Votre portefeuille est-il à l'abri de l'inflation ?

Grande absente de l’économie mondiale depuis la crise financière de 2008, l’inflation fait son grand retour. En tant qu’investisseur, il est nécessaire de prendre en compte cette donnée et de diversifier votre portefeuille avec des produits réputés solides.

prix inflation finance immobilier assurance vie

Retour de l’inflation : lentement, mais sûrement

En 2017, les prix ont augmenté, en moyenne, de 1 % d’après l’Insee. La hausse généralisée des prix tient à plusieurs facteurs :

  • L’amélioration des perspectives de l’économie mondiale. Avec le retour de la croissance, le chômage diminue et les travailleurs sont en meilleure posture pour solliciter des hausses de salaires. Dans la plupart des cas, la hausse des coûts de production se répercute sur les prix.

  • Le niveau élevé des carnets de commandes. Les capacités de production se sont faiblement développées pendant la crise, du fait du sous-investissement et de la prudence des industriels. Les moindres signes de reprise entraînent potentiellement un risque de surchauffe, incitant les producteurs à relever leurs prix.

  • La hausse des coûts des matières premières, pétrole en tête.

Tout comme le regain de la volatilité sur les marchés financiers, le retour de l’inflation ne doit pas être perçu comme une menace mais comme un élément supplémentaire à prendre en compte dans votre analyse.

Or, immobilier : quels placements sont à privilégier ?

L’accélération des prix grignote le rendement des produits les moins rémunérateurs. Ainsi, le livret A et son taux de 0,75 % ne protègent plus contre l’inflation si celle-ci s’établit à 1 % voire davantage.

Dès lors, en tant qu’investisseur, vous avez le choix entre plusieurs alternatives :

  • Vous orienter vers des valeurs refuges comme l’or. Ce placement est ce qu’on appelle un actif contra-cyclique, c’est-à-dire qu’il évolue à l’inverse de la Bourse. Il est possible d’acheter de l’or physique ou de l’or papier, à partir de produits financiers. Toutefois, cet actif doit être manié avec précaution notamment en raison de sa fiscalité complexe. Veillez donc à ne pas investir plus de 5 à 10 % de votre patrimoine dans cette matière première.

  • L’immobilier fait aussi partie des incontournables, lorsqu’il s’agit de se prémunir contre l’inflation. La raison ? Le bail prévoit généralement l’indexation des loyers sur l’IRL, un indice calculé par l’Insee justement à partir du niveau des prix. Certes, l’inflation est le symptôme d’une hausse des taux d’intérêt qui peut venir diminuer le pouvoir d’achat immobilier des investisseurs. Mais les banques centrales surveillent cette hausse de près : la remontée des taux sera progressive pour ne pas handicaper la reprise économique.

Aucune piste n’est à négliger. La bonne stratégie face à l’inflation est avant tout celle qui consiste à ne pas tout miser sur un seul produit.

Diversifier ses investissements avec l’immobilier locatif et l’assurance-vie

Indexation des loyers, taux d’intérêt encore bas : l’immobilier locatif fait partie des solutions à privilégier pour préparer son patrimoine au retour de l’inflation. Mais ce n’est pas la seule.

L’assurance-vie, avec un taux de rendement moyen des fonds en euros de 1,8 % en 2017 – soit près du double du taux d’inflation – fait également partie de la sélection.

Enfin, sachez qu’il existe en Bourse des OPCVM ayant pour objectif de surperformer les grands indices de niveau de prix.

  • En 2017, les prix ont augmenté, en moyenne de 1 % d’après l’Insee. L’accélération des prix grignote le rendement des produits les moins rémunérateurs.

  • L’immobilier locatif et l’assurance-vie sont deux placements à privilégier pour préparer son portefeuille au retour de l’inflation.

Source: YouLoveWords.com

Crédit visuel : Pinky pills / iStock

On vous conseille aussi...

 
 
 
 
 
 

Signature dématérialisée : les différents avantages

Le retour de l'inflation est-il vraiment une bonne chose ?

Pourquoi le moral des investisseurs est-il au plus haut ?

Désignée Banque la moins chère en 2018
Pour les profils « employé », « commerçant » et « chef d’entreprise » (Capital/Panorabanques.com, mars 2018)