En France, 59,7 % des cartes bancaires sont déjà équipées du système de paiement sans contact (1). Sa généralisation devrait se poursuivre dans les prochaines années, symbole de l'adhésion croissante des Français à cette technologie.

Le développement du paiement sans contact repose sur un principe simple : faciliter la vie des commerçants et des consommateurs. Rentrer sa carte bancaire dans un terminal et taper les 4 chiffres de son code ne sera peut-être bientôt qu'un lointain souvenir. Cependant, plusieurs freins persistent quant à sa généralisation : les frais appliqués sur ces transactions côté vendeurs et les craintes de fraude côté acheteurs. Pour y répondre, le Gouvernement prévoit quelques évolutions en 2016.

Une innovation qui permet de fluidifier les usages

La technologie sans contact permet au consommateur de gagner quelques secondes au moment de chaque transaction. Premier prérequis, sa carte doit être équipée de la technologie NFC (Near Field Communication) signalée par un logo en forme de radar. Aujourd'hui, la quasi-totalité des nouvelles cartes émises en sont dotées.

Deuxième prérequis, le commerçant doit disposer d'un terminal compatible. Aujourd'hui, seulement 25,5 % d'entre eux le sont (1). Une fois ces conditions réunies, il suffit de passer la carte sur l'appareil avant qu'un petit signal sonore ne confirme la validation de la transaction.

Pour l'instant, ce mode de paiement n'est autorisé que pour les montants ne dépassant pas 20 €, avec un plafond journalier de 100 €. En septembre 2015, le panier moyen d'achat se situait à 10,49 €, épiceries et supermarchés, établissements de restauration rapide et boulangeries représentant à eux seuls 41,3 % des transactions (1).

Le développement du paiement par Smartphone

C'est avec la même intention que se développe l'intégration de la technologie NFC dans le mobile. Le modèle est simple : la puce SIM fonctionne comme une carte bancaire et il suffit de passer son Smartphone sur un terminal compatible pour réaliser la transaction.

Aujourd'hui, 8,6 millions de mobiles en sont équipés en France, un chiffre qui a crû de 17,8 % entre janvier et septembre 2015.

Là encore, le montant des achats réalisés de cette façon est limité à 20 €, mais il est possible de saisir un code sur son téléphone pour réaliser une transaction plus importante.

Des freins demeurent à sa généralisation

Du côté du consommateur, des craintes persistent quant aux risques de fraude liés à cette technologie. En effet tant que le propriétaire n'a pas fait opposition, il est possible pour un voleur de réaliser des achats de moins de 20 € avec la carte et sans connaître le code. Le plafond journalier limite néanmoins les risques. Si la loi implique que le service de paiement rembourse le client dans les plus brefs délais, il pourra en revanche se voir appliquer une franchise.

Côté commerçants, les banques appliquent des frais sur les petits montants, ce qui pousse ces derniers à freiner leur équipement en terminal compatible. En effet, une taxe de 0,0235 € est prélevée sur chaque transaction réalisée par carte bancaire d'un montant inférieur à 15 € (2).

--

C'est pour répondre à ces inquiétudes que le Gouvernement entend agir. Ainsi, depuis le 1er janvier 2016, toutes les nouvelles cartes bancaires émises doivent systématiquement être équipées de cette technologie. De même, il prévoit de diminuer en 2016 les frais appliqués sur les transactions.

Source : YouLoveWords.com