budgetenfants

Enfant : quel budget annuel prévoir ?

Vivre d’amour et d’eau fraîche quand on a des enfants, ce n’est pas vraiment possible. Élever un enfant, de son plus jeune âge à son entrée dans la vie d’adulte, entraîne son lot de dépenses incontournables. Pour ne pas se sentir débordé à l’arrivée de bébé, il est préférable d’anticiper. Voici donc, pour vous y aider, un panorama des frais que vous pourriez être amené(e)s à engager année après année pour subvenir aux besoins de votre enfant, sans compter l’éventuel argent de poche !

Mis à jour le 27 juillet 2023

depenses-enfants

Avoir des enfants, c’est un fait, ça coûte cher. Dans le détail, si l’on se fie aux données publiées par le ministère de la Santé et des Solidarités, la dépense globale des parents pour un enfant de 0 à 20 ans atteindrait 180 000 euros, soit environ 750 euros par mois.(1) Une charge financière conséquente pour les familles, surtout si l’on est parent solo ou bien encore si l’on a plusieurs enfants ! En pratique, une famille de 4 personnes avec 2 enfants implique donc une dépense totale d’environ 360 000 euros sur 20 ans. Pour une famille de deux personnes avec un parent et un enfant, cela implique une énorme dépense à assumer seul. Et peut-être même plus actuellement, à cause de l’inflation élevée qui touche l’Hexagone depuis plusieurs mois. Mais à quel âge les dépenses pour les enfants sont-elles les plus importantes ? Combien coûte un enfant par mois en moyenne ? Quels sont les postes de dépense les plus conséquents ? On fait le point, âge par âge !

Des nourrissons qui impliquent de nombreux achats

Indéniablement, l’arrivée d’un bébé demande un budget important. Les premières années et même les premières semaines de la vie de votre enfant impliquent de nombreuses dépenses. Votre nouveau-né a des besoins spécifiques, ce qui entraîne des frais particuliers, notamment car il faut s’équiper pour bien accueillir cet enfant.

Selon une étude Ipsos pour l’Observatoire E. Leclerc des Nouvelles Consommations, en 2019, le budget mensuel moyen consacré par les jeunes parents français à leur premier bébé s’élevait à 490 euros par mois, jusqu’aux trois ans de l’enfant. Soit un total de 5 880 euros sur l’année. Dans le détail, les frais relatifs à l’équipement, à l’habillement et aux produits d’hygiène atteignaient chacun une cinquantaine d’euros à régler par mois tandis que l’alimentation requérait un budget de près de 80 euros. Mais c’est la garde de l’enfant qui restait surtout le poste budgétaire le plus important, en coûtant en moyenne 252 euros mensuels.(1)  Quatre ans plus tard, la répartition des dépenses est vraisemblablement la même mais il convient de noter que le budget mensuel global alloué à bébé a très probablement augmenté de façon significative. En effet, les produits de puériculture les plus courants sont en proie à une inflation vertigineuse ces derniers mois :  en un an, le paquet de couches a en moyenne augmenté d’1,25 euro(1) tandis que le prix du lait infantile et des petits pots est également en hausse. 

Des solutions existent néanmoins pour choyer les tout-petits en allégeant la facture. De la garde assurée par les grands-parents, au don ou au prêt de matériel de puériculture, la solidarité familiale peut permettre de réaliser des économies. Vous pouvez également compter sur les circuits alternatifs, comme le troc ou la seconde main, qui permettent d’équiper et d’habiller bébé à moindre frais. Ne négligez pas la préparation d’une liste de naissance, qui peut vous être d’un grand secours pour faire l’acquisition de certains équipements. Enfin, pour économiser sur le prix des couches tout en faisant un geste pour la planète, vous pouvez vous tourner vers des couches lavables. 

Age tendre, budget léger ?

Bonne nouvelle, le budget consacré à un enfant n’est pas forcément croissant. Au fil des années, ses besoins et ceux de ses parents se confondent en partie de sorte que des économies d’échelle peuvent être réalisées, notamment en ce qui concerne l’alimentation et les loisirs. Dans une famille ne comptant qu’un seul enfant, 20 % du budget familial est consacré spécifiquement à ce dernier lorsqu’il a moins de trois ans, contre seulement 5 % lorsqu’il est âgé de 12 à 15 ans.(1)

Les dépenses engagées spécifiquement pour l’enfant sont bien souvent liées à sa scolarité. À ce sujet, bonne nouvelle, l’inflation a touché moins fortement les fournitures scolaires que les autres postes de dépenses ces derniers mois. Quoi qu’il en soit, c’est un fait, la rentrée est ainsi une période clé en termes de dépenses. Il s’agit en effet d’équiper les plus jeunes afin qu’ils étudient dans les meilleures conditions. Le budget croît avec le niveau d’études : en pratique, l’entrée au cours préparatoire (CP) de votre enfant a en moyenne coûté 162,64 euros en 2022(1) contre 359,90 euros pour son entrée en sixième. Au lycée, un écart se creuse entre les filières. La facture s’élevait ainsi à 414,87 euros pour une rentrée en seconde générale et atteignant 703,24 euros si votre enfant avait choisi d’intégrer une seconde Bac pro industriel.(1)

Au total, selon ces chiffres, on peut estimer le coût d’une année à l’école primaire à 580 euros en moyenne et celui d’une année au collège ou au lycée entre 890 et 1 160 euros. (1) Mais pour estimer aussi justement que possible combien coûte un enfant chaque année au moment de l’adolescence, d’autres types de dépenses sont à avoir en tête : l’achat de vêtements et d’équipement de marque ainsi que l’investissement dans des cours de soutien scolaire ou des activités extra-scolaires (sport, art, activité culturelle) pourront venir alourdir la facture, sans compter certaines dépenses incontournables en matière d’hygiène, de santé. Aussi, pour les ados, il convient souvent de disposer d’un budget « technologie » avec l’achat du premier smartphone ou du premier ordinateur notamment.

Les études supérieures : une dernière ligne droite onéreuse

Vous pensiez que, à sa majorité, votre enfant se prendrait en charge tout seul ? Erreur, un enfant coûte encore cher une fois le lycée terminé : les études supérieures constituent un véritable investissement. C’est sans aucun doute le poste de dépense qui pèsera le plus sur le budget prévu pour votre enfant. Droits de scolarité, assurances, transports et surtout loyers : l’entrée dans l’âge adulte se fait à grands frais. En moyenne, les parents consacrent plus de 7 000 euros par an aux études de leur enfant. Un chiffre là encore en hausse ces derniers mois à cause de l’inflation et de la hausse des taux d’intérêt qui voit les loyers augmenter dans toutes les grandes villes de France. 

Ce montant varie en fonction du cursus choisi : de 200 euros par an environ à l’Université(1) à plus de 10 000 euros par an pour des études en école de commerce.(1) Concernant le lieu de vie, on note que les étudiants vivant chez leurs parents requièrent un budget moyen moindre par rapport à ceux qui vivent dans un logement différent, puisque le loyer constitue actuellement le poste de dépense le plus important (et de loin) quand on calcule combien coûte un enfant qui étudie.

Les études supérieures impliquent des dépenses importantes qu’il est nécessaire de prévoir et, surtout, de préparer. Ainsi, pour 87 % des parents, financer les études de leur enfant implique de puiser dans leurs économies et, dans un peu plus de la moitié des cas, de faire des sacrifices. Des solutions existent néanmoins pour réduire l’addition et équilibrer le budget familial : jobs étudiants, prêts étudiants, résidences étudiantes mais aussi des solutions alternatives telles que la colocation.

De manière générale, quel que soit l’âge et le nombre d’enfants à charge, sachez que vous pouvez percevoir un certain nombre d’aides financières pour alléger le budget alloué à votre bébé, enfant, adolescent ou jeune adulte. Prime de naissance, allocations et bourses étudiantes par la suite, vous avez tout intérêt à vous renseigner auprès des organismes référents pour connaître ce à quoi vous pouvez prétendre, en fonction du montant de vos ressources et de la composition de votre foyer. 

Les informations transmises dans cet article ont un caractère purement informatif et ne sauraient être considérées comme un conseil délivré par Fortuneo (juridique, fiscal, investissement ou autre).

Source: Jellyfish, Mai 2021

Crédit visuel : EyeEm, Gettyimages


Consultez nos articles aux thématiques similaires