La mise en place controversée de frais de tenue de compte par une majorité d’établissements bancaires a poussé le gouvernement à travailler sur un comparateur officiel des tarifs bancaires. Pendant ce temps-là, les paiements en espèces souffrent de la concurrence de la carte bancaire et des paiements dématérialisés.

Le gouvernement lance un comparateur de tarifs bancaires

Au début de l’année 2016, environ 80 % des banques ont déjà instauré des frais de tenue pour les comptes courants. Devant cette envolée des coûts bancaires, le Ministre de l'économie et des finances, a annoncé la mise en ligne d'un site comparateur des tarifs bancaires.

Ce site sera mis en place avec le Comité consultatif du secteur financier (CCSF) et aura pour objectif de faciliter la consultation des tarifs des différents établissements bancaires sur les services de base : virements, prélèvements, cartes bancaires, etc.

Cette démarche répond à une motivation de freiner l'augmentation des frais d'une manière trop conséquente. Toutefois, l’ensemble des frais facturés par les banques ne figurera pas sur ce site puisque seules onze tarifications pratiquées seront passées au peigne fin. Ce site sera accessible à tous dès le 1er février 2016.

Argent liquide : une mode de paiement en sursis ?

Réflexions sur la suppression des plus petites pièces coûteuses à émettre pour l’État, nombreux magasins refusant les grosses coupures, peur de la perte ou d'agression…. L'argent liquide perd progressivement de son importance.

La baisse du plafond autorisée pour les règlements en espèces en 2015 à 1 000 euros € (contre 3 000 euros € auparavant) va aussi dans ce sens. Si son objectif est clairement de lutter contre le blanchiment d’argent, il contribue à la lente perte de vitesse de l’argent liquide.

La France est l’un des pays européens les plus frileux en la matière : un rapport du Ministère de l’économie et des finances indique ainsi que le seuil psychologique à partir duquel les Français utilisent un autre moyen de paiement que l’argent liquide se situe autour de 15 euros€. Et ce n’est pas nouveau : en 2009, déjà, les paiements en liquide ne représentaient dans notre pays que 55 % des transactions, contre 75 % en Allemagne !

En parallèle, de nouveaux moyens de paiement apparaissent sur le marché, comme le paiement sans contact, le commerce en ligne, mais également le paiement via smartphone et, demain peut-être, le prélèvement dans les magasins. Ainsi, selon les chiffres 2015 donnes par la Fédération bancaire française, la carte bancaire représente près de 49,5 % des paiements. Ce moyen de paiement progresse à un rythme plus soutenu que les autres, soit environ 5 % chaque année.

Source : YouLoveWords.com