Nouveaux moyens de paiement et sécurité des données : les Français ont-ils confiance ?

Le besoin de sécurité et de transparence

La banque de demain sera digitale ou ne sera pas. Selon une étude du cabinet de conseil McKinsey, les établissements réussissant leur transformation numérique généreront des marges 30 à 40 % supérieures à celles de leurs concurrents restés à la traîne. Un enjeu majeur en contrepartie : les Français demandent à être rassurés quant à la sécurité de leurs opérations bancaires. Alors que les nouveaux moyens de paiement sont plus sûrs, la sécurité de leurs données personnelles constitue le véritable enjeu de demain.

Les Français en attente de protection sur internet

Investir dans le digital est devenu une priorité pour les banques : la hausse des dépenses informatiques des institutions financières mondiales à l’horizon 2019 se chiffre à plus de 310 milliards de dollars (1).

Une grande partie de ces dépenses sera consacrée à la sécurité des sites internet et des applications :

  • D’un côté, les clients des banques, en particulier les plus jeunes, sont de plus en plus nombreux à réaliser des opérations en ligne. Le baromètre 2017 de Deloitte confirme la forte progression des applications mobiles : +5 points par rapport à 2016 sur toutes les opérations, +7 points pour la consultation de comptes et la réalisation d'opérations simples (2).
  • De l’autre, les Français demandent à être rassurés quant à la sécurité de leurs opérations bancaires. D’après une étude BVA, 7 Français sur 10 sont inquiets concernant la sécurité de leurs données personnelles (73 %), l’utilisation de leurs données personnelles par les grandes entreprises d’internet (72 %) ou encore celles transmises volontairement aux entreprises et services sur Internet (73 %) (3).

Nouveaux moyens de paiement : vers plus de sécurité

La numérisation des services (notamment financiers) semble inéluctable. Et cette évolution ne pourra avoir lieu sans un souci permanent de sécurisation des données.

D’abord, les nouveaux moyens de paiement (paiement sans contact via téléphone portable, e-wallets, transferts d’argent par SMS…) représentent une part marginale de la fraude sur l'ensemble des moyens de paiements. Cette dernière a coûté 800 millions d’€ en France en 2016 selon l'Observatoire de la sécurité des moyens de paiement (4).

  • La carte bancaire pour régler les achats en ligne ou chez les commerçants représente la moitié de cette somme. Un tiers des 800 millions est lié aux paiements par chèque. Le solde provient des autres instruments de paiement (virements, prélèvements…).
  • Contre toute attente et alors que le nombre de paiements sans contact a été multiplié par 3 entre 2015 et 2016, le taux de fraude sur le sans contact n'a pas dépassé 0,020 % en 2016 contre 0,019 % en 2015 !

Ensuite, les acteurs du secteur bancaire font preuve d’ingéniosité pour garantir la sécurité de ces nouveaux moyens de paiement. Empreinte digitale, reconnaissance vocale, fréquence cardiaque, force de frappe sur le clavier de l’ordinateur ou du téléphone, réseau veineux oculaire, forme des oreilles : plusieurs techniques pourraient ainsi remplacer demain le traditionnel mot de passe (5). Il est déjà possible de se connecter à son application Fortuneo pour iPhone avec le fonctionnalité Touch ID.

La question de la protection des données

Les nouveaux moyens de paiement étant plus sûrs, il faut désormais s’intéresser à l’étape d’après, à savoir le traitement de la data. Les banques devront investir sur 3 sujets clés :

  • Assurer la sécurité des données personnelles. Le renforcement du contexte réglementaire, à la faveur de l’entrée en vigueur du RGPD (règlement général sur la protection des données) en 2018, devrait y contribuer.
  • Garantir la transparence de l'utilisation des données. Moins de 2 Français sur 10 s’estiment bien informés concernant l’utilisation de leurs données par les grandes entreprises d’internet d’après l’institut BVA.
  • Sensibiliser les clients aux différents risques, notamment ceux concernant les données transmises volontairement aux entreprises et services sur Internet. La révolution de la banque digitale tient surtout à la démocratisation des usages d’internet. Il est donc de la responsabilité des banques d’informer les utilisateurs.

Ce qu’il faut retenir

  • Les Français gèrent de plus en plus leur compte en banque depuis le site internet ou l’application mobile de leur banque.
  • Ils sont malgré tout inquiets concernant la sécurité de leurs opérations et l’utilisation qui est faite de leurs données personnelles.
  • C’est sur le terrain de la confidentialité et de la sécurité des données que vont se concentrer les investissements des banques ces prochaines années.

Source: YouLoveWords.com

Crédit visuel : Sitthiphong /iStock

On vous conseille aussi...

 
 
 
 
 
 

Quelles nouveautés pour les moyens de paiements ?

Acheter sur internet sans utiliser son numéro de CB

Stop aux idées reçues sur le paiement sans contact !

N°1 du classement indépendant des meilleures banques
Classement fondé sur les frais bancaires réellement payés et la satisfaction clients de 300 000 utilisateurs de l'app Bankin'. (Bankin', juin 2017)