Le paiement sans contact représente déjà près de 10 % des transactions de proximité(1) réalisées en France. Bonne nouvelle ! À partir d'octobre, la limite de paiement autorisé passera de 20 à 30 €. Commerçants et utilisateurs plébiscitent déjà cette avancée. Explications.

Depuis le mois de mars, les terminaux de paiement des commerçants ont été progressivement reconfigurés pour rehausser le plafond du paiement sans contact. Toutefois, ce nouveau plafond ne s’appliquera que graduellement à tous les utilisateurs, au gré des renouvellements de carte. Si 40 % des porteurs devraient en bénéficier d’ici la fin de l’année 2018(2) , l’intégralité des particuliers y auront accès à horizon 2020.

Une mesure visant à soutenir un usage en forte croissance

Depuis plusieurs années, le volume des paiements sans contact ne cesse d’exploser. En 2016, près de 630 millions de transactions « sans contact » ont été réalisés, soit trois fois plus qu’en 2015 ! Elles représentent désormais près de 10 % des transactions de proximité (3): un véritable succès !

Aujourd’hui, 40 % des paiements par carte bancaire sont d’une valeur inférieure à 20 € . En portant le palier maximum du paiement sans contact à 30 €(4), la technologie permettra de couvrir 60 % des transactions. Une évolution qui devrait encore soutenir la croissance de cet usage.

Une mesure attendue par les commerçants et utilisateurs

La forte croissance du paiement sans contact illustre l’adhésion des Français à cette nouvelle pratique. 80 % de nos concitoyens utilisant déjà le paiement sans contact sont ainsi favorables au relèvement du plafond à 30 €(5) . L’essayer, c’est l’adopter en quelque sorte !

De leur côté, les commerçants se montrent également très enthousiastes envers une mesure qui fluidifie le paiement en caisse et représente donc pour eux un gain de temps et de productivité.

Cette généralisation présente-t-elle des risques pour la sécurité ?

Contrairement aux idées reçues, le montant total des fraudes sur le paiement en carte bancaire est relativement peu élevé. Il a même diminué l‘an dernier, passant de 416 millions à 399 millions d’euros(6). Il porte sur environ 0,064 % du volume des transactions, ce qui équivaut à 6,4 transactions sur 10 000.

En ce qui concerne le seul paiement sans contact, le taux de fraude représente environ 0,08 % des transactions, un chiffre qui n’est que très légèrement supérieur à la moyenne(7) . Les professionnels et experts sont donc optimistes quant à la faiblesse des risques liés à cette technologie.

La généralisation du paiement sans contact ne serait cependant qu’une des premières pierres vers la révolution plus globale des moyens de paiement démagnétisés. Et pour cause, la Banque de France lance déjà des études sur d’autres technologies transactionnelles innovantes telles que la reconnaissance vocale, oculaire ou digitale.

Source : YouLoveWords

Crédit Visuel : martin-dm / iStock