Devenir propriétaire de sa résidence principale est une aspiration partagée par de nombreux Français. Mais qu’en est-il de la jeune génération ?

Selon l’Insee, près de 20% des moins de 30 ans sont déjà propriétaires d’un patrimoine immobilier. Soit un jeune sur cinq (1).

Emprunter sur le très long terme

Être jeune et propriétaire est d’autant plus envisageable que les jeunes emprunteurs ont l’opportunité de contracter un crédit immobilier sur le très long terme. Un moyen pour eux de maximiser leur pouvoir d’achat immobilier.

En 2015, selon une enquête du courtier Empruntis, 2 emprunteurs sur 10 avaient moins de 30 ans. 94% des projets concernaient une résidence principale ; 6% un investissement locatif. Pour leur très grande majorité (93%), il s’agissait d’un premier achat, principalement dans l’ancien (79%) (2).

Et les durées d’emprunt ne cessent de s’allonger pour les plus jeunes. Selon l’Insee, entre 2005 et 2011, la durée moyenne d’emprunt des moins de 30 ans est passée de 20 à 25 ans (3). Une augmentation sensible qui s’explique par l’inflation des prix immobiliers dans les grandes agglomérations, très attractives aux yeux des jeunes. De plus, au cours de la période récente, la chute des taux d’intérêt a facilité l’allongement des durées d’emprunt.

Se constituer un capital de départ

Se loger n’est pas le seul objectif visé. A travers ce premier projet immobilier, les moins de 30 ans cherchent surtout à se constituer un capital de départ pour bien démarrer dans la vie :

  • Rembourser une mensualité de prêt permet de se constituer une épargne forcée tout en économisant un loyer.
  • Sur le plan patrimonial, ce type d’investissement est très rentable. Sans surprise, le budget des moins de 30 ans est nettement inférieur à celui des 30-45 ans. Selon le courtier MeilleurTaux, l’écart est de l’ordre de 30% (4). Les moins de 30 ans privilégient les petites surfaces, mieux adaptées à leurs besoins… et à leur budget. Ce sont justement les petites surfaces (du T1 au T2) qui présentent la plus forte rentabilité locative.
  • Ce premier achat est aussi un moyen pour les plus jeunes de préparer les prochaines étapes de la vie (constitution d’un apport personnel pour acheter un appartement plus grand, prévoir l’agrandissement de la famille, etc.).

Nos conseils pour bien acheter

Autant d’arguments qui font mouche. Alors, pourquoi attendre avant de se lancer ? Voici quelques conseils pour orienter votre recherche immobilière :

  • Privilégiez les biens avec quelques défauts pour faire de bonnes affaires. Rez-de-chaussée, étage élevé sans ascenseur, peintures à refaire : ces critères parfois rédhibitoires pour certains acheteurs peuvent devenir acceptables si vous êtes plus jeune. Profitez-en pour négocier le prix à la baisse ! A titre d’exemple, vous pouvez obtenir une décote de 15 à 20% pour un rez-de-chaussée (5).
  • Évitez les copropriétés avec de gros travaux à prévoir (ascenseur, chaudière, toiture, ravalement…). Si les travaux votés en assemblée sont théoriquement payés par le vendeur, ceux qui sont à venir sont à votre charge. Or, cela peut représenter un budget important si vous avez peu de revenus, voire pas de revenus du tout. Prenez le temps de bien lire les procès-verbaux d’assemblée générale, cela vaut le coup !

Source : YouLoveWords.com

Crédit visuel : xavierarnau /iStock

Découvrez l’ensemble de nos conseils immo dans notre dossier dédié « Acheter son bien immobilier »