Après une année 2015 marquée par la reprise du marché immobilier, les professionnels du secteur tablent sur le maintien d'un niveau élevé des ventes, aux alentours de 800 000 biens en 2016 (1).

Des taux au plus bas

Le marché immobilier a le vent en poupe ! Première raison : les taux d'intérêt historiquement faibles continuent de descendre et ont atteint 2,09 % en février (2). Aussi, la diminution des prix du mètre carré de 1,6 % en moyenne l'an dernier (3), la révision à la baisse des frais de notaires ou encore le renforcement du Prêt à Taux Zéro (PTZ) depuis janvier, contribuent à dynamiser les ventes. Dans un contexte très favorable à l'investissement, un petit rappel s'impose sur les quelques règles à savoir concernant l'obtention d'un crédit et la souscription d'une assurance-emprunteur.

Bien préparer la demande de son crédit immobilier.

Si vous envisagez de vous lancer dans un investissement immobilier, vous devez avant toute chose évaluer votre budget. En effet, le montant de votre apport, le prix du bien que vous souhaitez acheter ou les autres crédits que vous avez en cours auront un impact sur votre prêt. Par exemple, il est important de garder en tête que le montant total des mensualités de vos crédits ne pourra dépasser 33 % de vos revenus.

Certains frais pourront également faire gonfler le montant du prêt nécessaire. Si vous passez par exemple par un agent immobilier plutôt que par un particulier, vous devrez verser une commission qui peut aller jusqu'à 8 % du prix d'achat (4). De même, les émoluments de notaires peuvent représenter 7 à 8 % de la valeur d'achat dans l'ancien (5) et jusqu'à 3 % dans le neuf (6).

La banque intégrera toutes ces variables dans le calcul du prêt qu'elle vous accordera. Petit conseil : privilégiez les crédits à taux fixes ou taux variables capés qui vous protègeront contre d'éventuelles hausses des taux d'intérêt.

Assurance-emprunteur : préférez les contrats individuels.

Une fois la demande de crédit acceptée, votre banque exigera la souscription d'une assurance emprunteur pour finaliser l'opération. Son objectif est simple : cette garantie prendra en charge le remboursement du crédit restant en cas de décès ou de perte d'emploi.

Très souvent, votre établissement bancaire vous proposera de souscrire à son contrat groupe. Néanmoins, il est préférable d'opter pour une assurance individuelle, moins chère et plus personnalisée. La loi Lagarde autorise en effet la délégation d'assurance, ce qui signifie qu'un emprunteur peut choisir un contrat différent de celui proposé par sa banque.

L'une des astuces pour trouver des garanties à des prix avantageux est de se rendre sur des comparateurs d'assurance en ligne où vous pourrez accéder à différentes offres de la moins chère à la plus coûteuse. Notez toutefois que le contrat choisi devra être validé par votre banque et que les garanties devront être d'un niveau similaire à celles initialement proposées.

–-

Réussir son investissement immobilier et alléger la charge financière de certains frais obligatoires demande simplement un peu d'anticipation et d'organisation. De plus, n'oubliez pas que pour vous soutenir dans l'achat d'un bien, vous pouvez profiter d'un certain nombre de mesures et dispositifs fiscaux, parmi lesquels le Dispositif Pinel et le Prêt à Taux 0.

Source : YouLoveWords.com