Immobilier : pourquoi acheter maintenant ?

On s’attendait à une remontée des taux d’emprunt très progressive. Un pronostic qui est en passe de se réaliser, alors que les taux sont encore au plus bas. C’est le bon moment pour concrétiser son projet immobilier… surtout lorsqu’on débute dans la vie.

Des taux immobiliers au plancher

D’après l’Observatoire Crédit Logement/CSA, en juillet 2018, les taux se sont établis en moyenne à 1,43% en France toutes durées confondues. Un chiffre en recul par rapport au mois précédent, où les taux moyens stagnaient à 1,44%.1

Conséquence, on assiste à un rebond de la production de crédit. L’Observatoire constate « un sursaut de la production bancaire classique en rythme trimestriel glissant », même s’il concède que « la tendance de l'activité du marché des crédits reste encore baissière en rythme annuel ».

Si tous les acquéreurs potentiels ne sont pas encore passés à l’acte, c’est que les prix immobiliers ont aussi fortement augmenté. Un effet collatéral de l’assouplissement des conditions de crédits. Lorsque les taux baissent, les prix augmentent : ce phénomène, bien connu des professionnels du secteur, bénéficie principalement aux jeunes emprunteurs.

Une situation très favorable aux jeunes emprunteurs

Ce sont en effet eux qui peuvent, du fait de leur jeune âge et de leur carrière ascendante, se permettre d’emprunter sur les durées les plus longues. Et ainsi d’emprunter un montant plus important. La durée moyenne des crédits accordés ne cesse de s’allonger. En juillet 2018, on empruntait en moyenne sur 222 mois (18,5 ans) soit 17 mois de plus par rapport à début 2014.

La baisse des taux a donné un vrai coup de pouce au pouvoir d’achat immobilier des jeunes et cela se vérifie dans les chiffres. La part des primo-accédants n’a de cesse d’augmenter. Même si les secundo-accédants représentent encore l’essentiel du marché, une transaction sur quatre concerne désormais des acheteurs qui font l’acquisition de leur première résidence principale.2

Si le désir de ne plus verser des loyers à fonds perdus et le besoin de se sentir vraiment chez soi comptent parmi les principales motivations des primo-accédants, d’autres objectifs viennent s’ajouter. Et notamment des objectifs patrimoniaux. Devenir propriétaire de sa résidence principale le plus tôt possible est un excellent moyen de préparer la retraite.

Profitez des taux bas pour renégocier son crédit

En résumé, les jeunes acquéreurs ont tout intérêt à concrétiser leur projet immobilier dès maintenant pour profiter des taux bas. Mais ils peuvent aussi saisir cette occasion pour renégocier un ancien crédit. Plus le capital restant dû est important, plus le rachat de crédit s’avère intéressant car une durée longue permet d’amortir plus facilement les frais liés à cette opération (pénalités de remboursement anticipé, frais de dossier…).

Enfin, le taux d’emprunt ne détermine pas à lui-seul le coût du crédit. Il faut aussi tenir compte d’autres frais et notamment du coût de l’assurance emprunteur. Le montant des cotisations peut varier sensiblement d’un assureur à l’autre, à garanties égales. Et, là encore, les jeunes sont particulièrement avantagés. Grâce à leur profil attractif et au nombre encore important de mensualités qu’il leur reste à rembourser, les moins de 40 ans sont les plus susceptibles de recevoir une offre avantageuse dans le cadre d’une délégation d’assurance.

Ce qu'il faut retenir

  • Les jeunes emprunteurs sont particulièrement favorisés par la baisse des taux car cela leur permet d’allonger leur durée de crédit et d’emprunter davantage.

  • Ils peuvent également saisir cette occasion pour renégocier leur crédit et/ou optimiser leur financement en sollicitant une délégation d’assurance.

On vous conseille aussi...

 
 
 
 
 
 

L’immobilier stimule le patrimoine des Français

Pourquoi le marché immobilier atteint-il des sommets ?

Immobilier : quel avenir pour les aides fiscales ?

Découvrez l'offre de crédit immobilier Fortuneo


  • Des taux fixes compétitifs de 7 à 25 ans pour un montant emprunté entre 100 000 € et 1 000 000 €
  • Aucuns frais de dossier.
  • Pas d'indemnité de remboursement anticipé *.
Désignée Banque la moins chère en 2018
Pour les profils « employé », « commerçant » et « chef d’entreprise » (Capital/Panorabanques.com, mars 2018)