Comment vont évoluer les taux immobiliers en 2019 ?

Comment vont évoluer les taux immobiliers en 2019 ?

Vous prévoyez d’acheter un bien immobilier ? Quelle que soit la nature de votre projet, vous devrez tenir compte des taux de crédit au moment de planifier votre financement. La bonne nouvelle, c’est que les conditions d’emprunt sont particulièrement attractives en ce moment, avec des taux exceptionnellement bas. La mauvaise ? Difficile de dire si ces niveaux records vont se maintenir.

Le taux de prêt est un élément important quand on souscrit un crédit immobilier. Forcément : plus le taux est bas, moins le coût total de votre crédit sera élevé. D’où l’intérêt de prendre une décision quand celui-ci est le plus avantageux. Pour cela, suivez de près l’évolution globale des taux afin de profiter d’un marché favorable.

Taux immobiliers : quel bilan en 2018 ?

Les emprunteurs bénéficient depuis quelques années de conditions exceptionnelles, avec des taux de prêt orientés à la baisse. Et l’année 2018 n’a pas échappé à la règle. Si on devait choisir un mot pour décrire l’évolution de ces derniers mois, ce serait : stabilité.

Malgré une sonnette d’alarme tirée en fin d’année, les taux sont restés à des niveaux très bas. Selon Crédit Logement/CSA, le taux moyen nominal toutes durées confondues s’élevait à 1,44% en décembre 2018.

On est loin des niveaux record de 2008, à plus de 5 %. La tendance stable, voire baissière, amorcée depuis la sortie de crise, se poursuit et pourrait bien durer encore quelques années.

Avec ces conditions attractives, autant dire que si vous avez réalisé votre projet immobilier en 2018, vous avez bien fait. Autre point positif : le recul des taux de crédit a eu pour effet d’améliorer le pouvoir d’achat immobilier des emprunteurs. Et oui, car si le coût du logement reste relativement élevé, celui des crédits est au plus bas.

Du côté de l’assurance emprunteur aussi, on relève des changements plutôt favorables. Depuis le 1er janvier 2018, grâce à la loi Bourquin, vous pouvez résilier ou changer votre contrat d’assurance chaque année, à la date d’anniversaire du contrat. L’avantage ? Vous pouvez ainsi faire baisser la cotisation relative à votre couverture, et réduire en même temps le coût total de votre prêt immobilier. Parole de Paul

Au fait, quelle est la différence entre le taux nominal et le TAEG ? Bonne question ! Lors de la négociation de votre emprunt immobilier, vous devez vous référer au TAEG pour connaître le coût réel de votre crédit. Je m’explique, le TAEG prend en compte le coût du crédit, c’est-à-dire le taux nominal négocié avec votre établissement bancaire, mais aussi les frais de dossier, les frais de garantie et l’assurance emprunteur si ces frais sont obligatoires pour obtenir le prêt ou l’obtenir aux conditions annoncées.

Le TAEG est le taux affiché sur les communications de votre Banque.

Des taux à la hausse en 2019 ?

Pour l’heure, cette tendance stable se poursuit. En janvier, les taux nominaux se sont établis à 1,45% en moyenne, avec des durées moyennes qui se maintiennent à haut niveau à 230 mois (soit près de 19 ans)(1).

En ce qui concerne les prochains mois, tout dépendra de la Banque centrale européenne (BCE), qui fixe indirectement les conditions de prêt immobilier en France et en Europe. Celle-ci a annoncé qu’elle pourrait entamer une hausse progressive de ses taux directeurs ‘’au second semestre 2019’’ (c’est d’ailleurs la stratégie choisie par la Banque centrale américaine (FED) ces dernières années).

Quel impact cela pourrait-il avoir sur le marché immobilier français ? Il faudrait compter quelques semaines pour que la hausse se répercute sur les barèmes de taux des banques. Avec pour conséquence, un ralentissement possible du marché. Effectivement, comme les acquéreurs se sont habitués à des conditions favorables, il est possible qu’ils soient surpris par une remontée des taux.

Cela dit, il est trop tôt pour affirmer qu’il y aura forcément une hausse. D’autres facteurs entrent en jeu, comme le contexte de ce début d’année. Et sur ce point, les experts sont formels : entre le ralentissement de la croissance en Allemagne, le Brexit, la situation économique en France et les craintes d’une baisse de la croissance mondiale, la conjoncture actuelle est peu propice à un mouvement de hausse des taux de la BCE.

Dès lors, peu de risque d’un sursaut brutal des taux en 2019. On peut penser que l’augmentation restera légère ou soit reportée. C’est en tout cas l’avis de l’Observatoire Crédit logement/CSA qui se veut rassurant : “le taux moyen des prêts immobiliers devrait se relever modérément en 2019” pour atteindre environ 1,65 % en moyenne annuelle contre 1,45% en 2018 (soit une hausse de 0,2 points). Un optimisme partagé par l’organisme de courtage Cafpi, qui néanmoins anticipe une hausse de 0,5 % sur 2019, ce qui rapprocherait les taux d’intérêts de la barre des 2 %.

Des conditions qui peuvent évoluer

Outre une hausse des taux d’emprunt, d’autres facteurs peuvent faire évoluer les conditions de financement en 2019. Notamment, les établissements de crédit pourraient adopter une politique des taux plus restrictive, en privilégiant les profils à revenus plus importants.

Effectivement, il faut savoir que votre profil emprunteur influe sur le taux que vous recevez lorsque vous demandez un prêt. Concrètement, plus votre dossier est solide, plus vous avez de chances de faire progresser votre demande dans les meilleurs délais et d’obtenir un taux de prêt avantageux.

Pour cela, renseignez-vous sur ce que votre banque attend dans un dossier de crédit immobilier : quel est le montant d’apport personnel dont vous avez besoin, quels sont les revenus qui comptent, etc. Le but : rassurer votre banque quant à votre santé financière et démontrez que vous avez un excellent profil emprunteur. C’est une condition importante pour obtenir un crédit et porter à bien votre projet immobilier.

On vous conseille aussi...

 
 
 
 
 
 

Valoriser son bien immobilier : les secrets du Home staging

Rachat de crédit immobilier : quand est-il intéressant ?

Immobilier : investir dans le neuf ou dans l'ancien ?

Découvrez l'offre de crédit immobilier Fortuneo


  • Des taux fixes compétitifs de 7 à 25 ans pour un montant emprunté entre 100 000 € et 1 000 000 €
  • Aucuns frais de dossier.
  • Pas d'indemnité de remboursement anticipé *.

*Fortuneo n'applique pas d'indemnité de remboursement anticipé, sauf en cas de reprise du prêt par un établissement externe. L’emprunteur dispose d’un délai de réflexion de 10 jours pour accepter son Offre de prêt. La vente est subordonnée à l’obtention du crédit. Si celui-ci n’est pas obtenu, le vendeur doit lui rembourser les sommes versées.

Fortuneo désignée Banque la moins chère en 2019
Pour le profil cadre supérieur avec une carte World Elite (Challenges/Meilleurebanque.com, janvier 2019).