En 2014, on recensait 2,3 millions de PERP en France (1). Si ce produit d'épargne a mis du temps à susciter l'adhésion des particuliers, il est aujourd'hui l’un des leviers privilégiés pour se constituer un complément de revenu en vue de la retraite.

Créé en 2003, le Plan d'Épargne Retraite Populaire (PERP) est un produit d'assurance qui a pour but d'aider les épargnants à se constituer une retraite individuelle. Le souscripteur peut généralement toucher son capital sous forme de rente viagère une fois à la retraite. Tous les salariés peuvent ouvrir un PERP, quel que soit leur statut, de même que les personnes sans activité professionnelle. De plus, les avantages fiscaux du produit peuvent représenter un atout supplémentaire. Explications.

Comment fonctionne le PERP ?

Son fonctionnement se rapproche de celui de l'assurance-vie puisqu’il s'agit d'un produit d'épargne de long terme. Les versements peuvent s'effectuer librement, voire de façon régulière, en fonction de montants définis à l'avance avec votre assureur. De plus, il n'existe pas de versement minimum (sauf pour certains contrats), ni de plafond.

Quelle est la grande différence avec l'assurance-vie ?

Tout retrait est impossible avant le départ à la retraite ! Vous ne pourrez le faire que dans certains cas très précis :

  • Vous avez été licencié et vos allocations chômage arrivent à leur terme ou vous êtes dans l'incapacité de retrouver un nouveau mandat social (en tant que gérant ou dirigeant d’entreprise) deux ans après la fin du précédent.
  • Vous avez dû cesser une activité non salariée après une liquidation judiciaire.
  • Votre conjoint marié ou pacsé est décédé.
  • Vous devenez invalide et ne pouvez plus exercer d'activité professionnelle.
  • Vous êtes en situation de surendettement.

Une fiscalité avantageuse

Si les conditions fiscales sont différentes de celles de l’assurance-vie, elles ont également leur lot d’avantages. Il est ainsi possible de déduire les versements de son impôt sur le revenu. Cette déduction est plafonnée et l'assuré devra choisir le montant le plus élevé en 2015 entre un plafond qui équivaut à :

  • 10 % des revenus professionnels de l'année précédente, limités à 8 fois le montant du plafond annuel de la Sécurité sociale (PASS).
  • 10 % du PASS (plafond annuel de la Sécurité sociale), si ce montant est plus important.

Comment récupérer son argent ?

Outre les cas précis mentionnés précédemment, l'assuré ne pourra récupérer son PERP qu'à partir de son départ à la retraite. La voie classique est de percevoir votre capital sous la forme d'une rente viagère. Cette dernière sera soumise soit à l’impôt sur le revenu (après un abattement de 10 %), soit à un prélèvement forfaitaire de 7,5 %.

Certains PERP proposent également une sortie en capital via un retrait partiel équivalent à 20 % de la valeur de rachat du contrat. Le reste sera perçu sous forme de rente viagère. Les non propriétaires seront par exemple en droit d'opter pour une sortie en capital pour acheter leur résidence principale, de même que les personnes dont la rente viagère n'excède pas 40 € par mois.

–-

Contrairement à l'assurance-vie qui peut répondre à plusieurs objectifs, le PERP est un produit d'épargne qui a été spécialement conçu pour la retraite et dont les versements sont déductibles. Ce qui permet à un particulier d'épargner davantage chaque année et donc de limiter l'effort d'épargne.

Cliquez ici pour consulter l’ensemble de notre dossier « Bien préparer sa retraite »

Source : YouLoveWords

Crédit visuel : kali9 / iStock