Les chèques-vacances permettent de payer des dépenses de vacances et de loisirs avec une participation de son entreprise. Près de 32 000 comités d’entreprises le proposent à leurs salariés.

En 2016, l’Agence nationale des chèques-vacances (ANCV), l’organisme chargé de gérer cette prestation, a accompagné plus de 4,28 millions de salariés, ce qui représente près de 10 millions de personnes si l’on prend en compte leurs familles. Pesant 1,57 milliards d’euros, l’émission de chèques-vacances permet ainsi de lutter contre les inégalités sociales.

Un complément de salaire proposé par certains employeurs

Pour gérer les chèques-vacances, ce sont les représentants des salariés, à travers les comités d’entreprises ou les délégués du personnel, qui sont à la manœuvre. Seule exception : les entreprises de moins de 50 salariés, où les chèques-vacances sont distribués directement par l’employeur.

Les chèques-vacances n’ont toutefois aucun caractère obligatoire pour l’employeur. Toutes les entreprises ne sont donc pas logées à la même enseigne :

  • Tout comme les titres restaurant, les chèques-vacances peuvent voir leur montant et celui de la participation employeur varier d’une entreprise à l’autre.

  • Quant à la part prise en charge par le salarié, celle-ci dépend de sa rémunération et du nombre de parts que compte son foyer fiscal.

La valeur réelle des chèques-vacances est toujours supérieure à ce qu'ils vous ont coûté. Mais votre participation varie en fonction de votre revenu :

  • Elle sera de 20 % minimum si votre rémunération est inférieure à 3 269 € bruts par mois.

  • Elle sera de 50 % minimum si elle excède ce montant.

Les chèques sont valables deux ans et peuvent être distribués sous deux formes : un carnet de chèques traditionnel ou bien des e-chèque-vacances.

Les raisons du succès : des retombées économiques et sociales fortes

Si les chèques-vacances rencontrent un aussi large succès, c’est parce qu’ils correspondent à une demande : celle des salariés, bien sûr, mais aussi des professionnels du tourisme qui apprécient de pouvoir compter sur cet outil particulièrement en temps de crise.

98 % des bénéficiaires disent apprécier les chèques-vacances et les prestations de l’ANCV, d’après une étude CSA menée en 2011. Trois dimensions de cet outil sont plébiscitées : sa simplicité, sa grande liberté d’usage et le grand nombre de commerces acceptant les chèques-vacances (hébergement, restauration, voyages, transport, loisirs, art, culture, etc.). La perspective de partir en vacances à moindre coût est un facteur de motivation pour les salariés.

Quant aux professionnels du tourisme, 90 % sont satisfaits ou très satisfaits de l’ANCV. C’est l’opportunité pour eux d’élargir leur clientèle et de déclencher des ventes complémentaires. Selon l’ANCV, un euro de chèques vacances génère une dépense touristique supplémentaire de deux à trois euros au bénéfice des opérateurs économiques.

En effet, grâce à l’ANCV, certains salariés partent en vacances alors qu’ils n’en auraient peut-être pas eu les moyens autrement…

Des actions de solidarité complémentaires

Le dispositif des chèques-vacances est complété par des actions de solidarité de l’ANCV. En 2016, 248 000 personnes ont bénéficié de son aide sociale.

L’ANCV attribue des financements spécifiques, comme les aides aux projets vacances. En partenariat avec un réseau d’associations, de dispositif permet aux personnes précaires de construire un projet de départ en vacances avec un accompagnement social. L’agence propose également des séjours tout compris (hors transport) aux seniors, ainsi qu’un programme d’aide aux vacances, destiné aux jeunes de 18 à 25 ans.

L’ANCV s’investit aussi pleinement au côté d’acteurs du tourisme social, que ce soit pour rénover ou réhabiliter des hébergements touristiques favorisant la mixité sociale, ou bien pour relayer des offres de séjours, de loisirs et de transports de qualité, à prix solidaires proposés à des collectivités, associations, etc.

Outre le défi de la dématérialisation qu’elle entend relever, l’ANCV va passer à la vitesse supérieure. Le contrat d’objectifs et de performance 2017-2021 qu’elle a signé avec l’État prévoit une augmentation de l’émission nette commerciale de chèques-vacances. Les petites entreprises devraient en être les principales bénéficiaires. Quant à l’aide sociale, l’accent sera mis sur l’aide à la pratique sportive !

Découvrez plus d’articles et de conseils dans notre dossier dédié « Le budget et les vacances ».

Source : YouLoveWords Crédit Visuel : AleksandarNakic / iStock