Sept erreurs à éviter pour investir en Bourse

Sept erreurs à éviter pour investir en Bourse

De plus en plus d’épargnants sont tentés d’investir en bourse en vue de tenter de générer des gains. Pourtant, investir sur les marchés financiers n’est pas sans risque. Découvrez les erreurs à éviter.

Le krach qu’a connu la Bourse entre mi-février et mi-mars 2020, lors de l'apparition du Covid-19, a eu des conséquences inattendues. En effet, la chute spectaculaire des marchés actions a contre toute attente généré des vocations chez les épargnants français. L’Autorité des marchés financiers (AMF), a en effet recensé 150 000 nouveaux investisseurs depuis janvier 2018 (1), entraînant une explosion des achats d’actions. Ces nouveaux boursicoteurs ont identifié une opportunité unique d’entrer sur les marchés financiers. Mais le plus dur reste à faire : bâtir un portefeuille solide afin d’espérer de la performance sur la durée. Voici les principales erreurs à éviter.

Erreur n° 1 : mettre tous ses œufs dans le même panier

Un des éléments clés pour investir en Bourse consiste à construire un portefeuille correctement diversifié : vous devez varier les secteurs d’activités et les typologies d’entreprises. Les professionnels recommandent généralement un minimum d’une dizaine de sociétés. Pour démarrer en douceur ou pour s’épargner la tâche de sélectionner les valeurs, il est possible d’opter pour un fonds, lui-même déjà investi dans des dizaines de titres. Votre travail consistera alors surtout à diversifier votre allocation géographique entre actions françaises, européennes, américaines...

A noter : L’investissement sur les marchés financiers comporte un risque de perte en capital.

Erreur n° 2 : chercher à jouer le market timing (2)

Après des périodes de santé exceptionnelle, certains événements endogènes ou exogènes peuvent provoquer des baisses plus ou moins fortes des marchés et plus ou moins rapides sur chacun d’eux. Pour tenter de palier à la volatilité des marchés mieux vaut adopter une approche systématique grâce à l’investissement progressif. Cela consiste simplement à miser de petites sommes de manière régulière et étalée dans le temps, plutôt que d’investir tout son capital à un moment donné. Cela permet de lisser ses points d’entrée.

Erreur n° 3 : investir dans ce que l’on ne comprend pas

Prenez l’habitude de passer votre chemin lorsque vous ne comprenez pas les tenants et aboutissants de la stratégie d’une entreprise ou d’un domaine d’activité. Les raisons peuvent être diverses : la complexité du secteur mais aussi une mauvaise communication de la part de l’entreprise, par exemple.

Erreur n° 4 : laisser son portefeuille se déformer

Bien souvent, on prête grand soin à la construction de son portefeuille au moment de le créer. C’est ensuite que les choses se gâtent. Que vous investissiez via des fonds ou des titres en direct, votre allocation d’origine va évoluer avec le temps. Certains supports peuvent progresser et d’autres perdre de la valeur, entraînant des modifications conséquentes par rapport aux pondérations d’origine. C’est pourquoi il est nécessaire de procéder régulièrement à un bilan de ses investissements afin de suivre ces évolutions et les rectifier lorsqu’elles deviennent trop conséquentes. Pour un portefeuille de titres, le suivi devra être plus régulier que sur une allocation réalisée avec des fonds : de l’ordre d’une fois par mois contre une fois par trimestre, par exemple.

Erreur n° 5 : se laisser guider par ses émotions

En Bourse, il est important d’éviter la panique comme de céder à l’euphorie. Essayez au maximum de rester rationnels dans vos prises de décision. La discipline est cruciale en Bourse. Pour cela vous pouvez, par exemple, lister les raisons justifiant votre intérêt pour une société. Dans le même esprit, vous pouvez vous fixer un objectif de cours pour chacune des valeurs dans votre portefeuille et vous contraindre à céder au moins une partie de votre position lorsque celui-ci est atteint.

Erreur 6 : Penser que la Bourse est réservée uniquement aux experts

La Bourse est accessible à tous, à condition d’accepter d’y consacrer un minimum de temps et d’énergie pour connaître les sociétés, suivre leur actualité et d’accepter un risque de perte en capital. Tout le monde n’est pas prêt à faire cet effort ou à prendre ce risque. Pas d’inquiétude, des solutions existent pour tous les profils. Certains trouveront un grand intérêt à se documenter sur les valeurs et à les suivre dans le temps : c’est le profil du boursicoteur. Mais d’autres seront plus à l’aise en recourant à des fonds gérés par des professionnels ou en optant pour des mandats de gestion. Dans ce cas de figure, c’est un expert qui sélectionne les titres pour vous et réalise les opérations d’achat et de vente.

A noter :L’investissement en Bourse implique d’accepter un risque de perte en capital.

Erreur n° 7 : mettre en place des options automatiques à tout-va

Les outils automatiques comme les stop-loss (“coupe-perte”) permettent de fixer un niveau de perte maximum que l’on est prêt à supporter (en euros ou en pourcentage). Si le titre décroche au-delà de ce niveau, alors un ordre de vente est passé automatiquement. Cette option permet de limiter les pertes importantes et peut s’avérer plus rassurante, en particulier si vous n’avez pas les yeux rivés sur votre portefeuille. Mais dans des marchés chahutés, attention à ce que les professionnels appellent de façon imagée “la porte de saloon”. En clair : vous vendez lorsque le titre a déjà bien chuté et vous passez à côté du rebond qui suit souvent juste après. A manier avec précaution donc !

On vous conseille aussi...

 
 
 
 
 
 

Faut-il investir dans des turbos ?

Comment investir dans des turbos ?

Qu'est ce qu'un OPCVM

DÉCOUVREZ L’OFFRE BOURSE FORTUNEO


  • 0 € de droits de garde et tenue de compte.
  • Des frais de courtage réduits *.
  • Des outils de trading en temps réel gratuits pour tous.
Fortuneo désignée Banque la moins chère
Pour les profils « jeune », « employé », « cadre », « cadre supérieur », « commerçant » et « chef d’entreprise ». (Capital/Panorabanque.com, n°1 ex-aequo, septembre 2020)