Panorama de la retraite en France

Panorama de la retraite en France

La retraite est un des grands acquis sociaux des Français. Le système créé au lendemain de la seconde guerre mondiale s’est construit sur le principe de la répartition : les actifs finançant les pensions des retraités par leurs cotisations. De nombreuses réformes ont modifié le système de retraite et le gouvernement travaille sur un nouveau texte de loi pour assurer le financement des retraites des prochaines décennies.

Le système de retraite français tel qu’il existe aujourd’hui s’est progressivement mis en place depuis 1945, via la création d’un régime général de retraite unifié qui concerne notamment l’ensemble des salariés du secteur privé. Tout au long de votre carrière professionnelle, vous cotisez pour toucher une pension qui vous sera versée au moment de votre départ à la retraite. Mais à quoi servent réellement vos cotisations et comment fonctionne ce système de retraite, vous demandez-vous ? Il est l’heure de faire le point sur le sujet.

Un système de retraite qui repose sur deux grands principes


En France, le système de retraite, qui a beaucoup évolué depuis sa création, est régi par deux principes fondateurs : il est obligatoire pour toutes les personnes qui travaillent et il fonctionne par répartition. Autrement dit, le total des cotisations versées chaque année au titre de l’assurance vieillesse sert à financer les pensions des retraités de cette même année.

Au-delà de cela, il est également contributif et solidaire. Contributif car votre pension de retraite dépend des cotisations que vous avez versées tout au long de votre vie active : elle est calculée en fonction de vos revenus, du nombre d’années passées à travailler et de l’âge auquel vous partez à la retraite. Solidaire car les actifs financent les pensions des retraités et leur pension sera en principe elle-même financée plus tard par les actifs de demain. Le système de retraite français est composé de trois éléments : la retraite de base et la retraite complémentaire, obligatoires, et la retraite supplémentaire, facultative.

La retraite de base, le fondement du système de retraite en France


La retraite de base, qui fonctionne via un système de cotisation par annuité, désigne la pension perçue par tout individu ayant exercé une activité professionnelle et ayant été affilié à une ou plusieurs caisses de retraite. Son calcul dépend du salaire annuel moyen, de la durée de la carrière de l’assuré et du taux de liquidation.

Les conditions à remplir pour pouvoir profiter de la retraite de base à taux plein, à savoir pour bénéficier de la meilleure pension possible, sont les suivantes :

  • Avoir atteint l’âge l’égal de la retraite, soit 62 ans à partir du 01/01/1955 ;

  • Avoir cotisé le nombre de trimestres nécessaires, à savoir 172 trimestres pour une personne salariée née à partir de 1973.

Si l’une des conditions n’est pas remplie, alors le montant de la pension de retraite sera minoré. On parle alors de décote. À l’inverse, il y aura une majoration (ou surcote) de la pension de retraite si vous continuez à travailler alors que vous remplissez les conditions requises. À noter que, quel que soit le nombre de trimestres cotisés dans la carrière, le taux plein s’applique systématiquement à partir et au-delà de 67 ans.

La retraite complémentaire, une autre cotisation obligatoire


La retraite complémentaire a un fonctionnement qui lui est propre, en reposant sur un système de points. Elle sert à compléter la retraite de base du régime de base des salariés. Chaque année, le salarié acquière des points en cotisant. Au moment du départ à la retraite, les points accumulés tout au long de la carrière sont convertis en euros, en étant multipliés par la valeur du point. En cas de majoration ou de minoration, celle-ci s’applique également pour la retraite complémentaire.

La retraite supplémentaire, un moyen de préparer l’avenir avec plus de sérénité


Pour améliorer leur retraite, plusieurs solutions s’offrent aux épargnants. Lesquelles, vous interrogez-vous ? En plus de travailler plus longtemps ou de racheter des trimestres, il existe des solutions pour compléter les revenus à la retraite, notamment l’épargne-retraite, qui se base sur un système de capitalisation.

L’épargne-retraite, aussi appelée retraite supplémentaire, est facultative et peut être mise en place par une entreprise ou de manière individuelle. Elle permet au salarié de se constituer un capital pour sa retraite, en complément des deux précédents étages du système de retraite en France. En mettant volontairement et à votre rythme de l’argent de côté tout au long de votre carrière, vous augmentez le montant de votre future pension de retraite, avec une rente qui vous sera versée chaque mois au moment du départ en retraite.

Ce que prévoit la future réforme des retraites


Le gouvernement travaille actuellement sur une grande réforme du système des retraites, qui prévoit d’instaurer un nouveau système universel au sein duquel l’ensemble de la pension de retraite sera calculée par points, comme c’est déjà le cas pour le régime de retraite complémentaire. L’ambition affichée est d’uniformiser le système de retraite en appliquant les mêmes règles de calcul pour tous.

Dans le cadre de cette réforme, un nouveau produit d’épargne-retraite a d’ores et déjà été lancé : le PER. Ce nouveau type de placement simplifie et regroupe tous les dispositifs d’épargne-retraite qui existaient jusque-là (PERP, PERCO, Madelin, Article 83, etc.) et garantit une harmonisation fiscale et une unification des règles de fonctionnement. Le PER, individuel ou collectif, peut être alimenté de trois façons :

  • Par les versements volontaires de l’épargnant ;

  • Par les sommes versées au titre de l’épargne salariale ;

  • Par les versements obligatoires de l’employeur ou du salarié.

L’ensemble de la réforme devrait être votée à l’été 2020 au plus tôt, ce qui vous laisse le temps de vous y préparer.

Source: Webedia, septembre 2019.

Crédit visuel : Webedia.

On vous conseille aussi...

DÉCOUVREZ L’OFFRE BANQUE EN LIGNE FORTUNEO

Vos opérations courantes en ligne sont gratuites*

  • Pour l’ouverture, la tenue et la clôture de compte.
  • Cartes bancaires * , chéquiers, bordereaux de remise de chèques **, virements et prélèvements SEPA **.
  • Paiements et retraits illimités dans toute la zone euro - dans la limite des plafonds de la carte bancaire.
Fortuneo désignée Banque la moins chère
Pour les profils « jeune », « employé », « cadre », « cadre supérieur », « commerçant » et « chef d’entreprise ». (Capital/Panorabanque.com, n°1 ex-aequo, septembre 2020)