En 2017, la volatilité sur les marchés financiers (1) devrait rester importante, voire s'accroître. Une bonne raison de diversifier son portefeuille d'investissement pour limiter les risques de fluctuation !

Vous connaissez l'adage selon lequel il ne faut « jamais mettre tous ses œufs dans le même panier » ? Il en va de même concernant vos placements financiers et investissements actuels ou à venir. En effet, davantage répartir les risques en misant sur des produits divers, peu corrélés entre eux et disposant de rentabilité et d'échéances différentes, permet de mieux lisser les risques liés à la fluctuation de la performance. Fortuneo vous explique pourquoi et comment diversifier votre portefeuille.

Une diversification des produits et des secteurs

Dans une période de relative incertitude telle que celle que traversent les marchés actuellement, diversifier vos investissements permet de rester prudent en lissant les risques.

Ainsi, si vous investissiez toute votre épargne dans les actions d’une seule entreprise ou d’un seul fonds, vous pourriez perdre beaucoup d’argent en cas de chute brutale des cours. La clé d'un portefeuille capable de garantir une performance acceptable sur le long terme repose sur un mix d'investissement dans des valeurs peu corrélées telles que :

  • Des actions de plusieurs entreprises.
  • Des actions de plusieurs secteurs d'activité (biotechnologies, automobile...).
  • Des produits financiers différents (actions, obligations, placements collectifs...).
  • Des matières premières.
  • De l'immobilier.
  • Des objets d'art.

L'étendue de la diversification de votre portefeuille dépendra également bien entendu de vos moyens financiers.

Comment commencer à diversifier son portefeuille ?

Pour débuter votre diversification de portefeuille vous pouvez vous concentrer sur les produits financiers suivants :

Les obligations. Si leur rendement est relativement modéré, elles n'en demeurent pas moins des placements relativement sûrs sur le long terme. Toutefois, prenez garde à l’inflation : si son taux est supérieur au rendement de vos obligations, votre investissement ne sera pas rentable à argent constant. Si les obligations d’État ou de grandes entreprises publiques sont des gages de sécurité, il est important de noter que les obligations sur les créances de sociétés sont plus risquées. En effet, si ces dernières déposent le bilan, le créancier ne récupère souvent qu’une partie de son investissement. Il est donc important d’étudier attentivement la constitution de son portefeuille d’obligations afin d’éviter d’éventuelles déconvenues.

Les actions. Malgré les aléas à court terme, elles constituent des placements rentables à long terme. Un graphique publié par la banque d’investissement JP Morgan en 2015 compare les rendements des actions, obligations et portefeuilles partagés depuis 1950. Il apparaît que sur un an, le rendement d’un portefeuille constitué exclusivement d’actions oscille entre +51 % au maximum et -37 % au minimum. Mais en conservant vos actions 5 ans, la perte maximale est de 2 %, et le gain maximal de 28 %. Et lorsque vous gardez vos actions durant 20 ans, il n’est plus question de pertes, les actions se valorisant entre 6 et 18 %. A partir d’une durée de conservation de 5 ans, les risques de moins-value ou de faible plus-value seraient même quasi équivalents à ceux des obligations.

Les Organismes Communs de Placements. Ces produits d'épargne qui fonctionnent comme des fonds d'investissements placent les économies des épargnants sur les marchés financiers en constituant des portefeuilles de valeurs mobilières (actions, obligations...). Plébiscités pour compléter ses revenus ou préparer sa retraite, ils se classent en différentes familles, les FCP et les SICAV en étant les deux produits phares. Certaines plus spécifiques comme les FCPI ou les FIP placent au moins 60 % de leurs actifs dans des entreprises innovantes non cotées et 40 % dans des SICAV plus sécurisées. De plus, elles présentent un avantage fiscal.

--

Vous ne devez pas perdre de vue que votre diversification doit évidemment prendre en compte vos objectifs personnels et vos besoins en liquidité. Certains placements proposent des échéances à 1 an, 3 ans, 5 ans, 10 ans, quand d'autres procurent des ressources régulières. Mais le meilleur moyen d'amorcer votre diversification de portefeuille reste évidemment de demander conseil à votre conseiller financier en ligne.

Cliquez ici pour consulter l’ensemble de notre dossier "Bien se lancer en Bourse"

Source : YouLoveWords.com