En France on compte environ 3 millions de petits actionnaires, un chiffre en recul par rapport au milieu des années 2000 (1). Néanmoins, si l’intérêt pour le « boursicotage » reste important, il est nécessaire de maîtriser certains termes de base avant de vous lancer.

Action, obligation, produit dérivé… Il n’est pas toujours facile pour un novice de s’y retrouver entre tous les produits et termes financiers. Pourtant, maîtriser le vocabulaire de base vous permettra de vous familiariser avec cet univers et de mieux en comprendre les ressorts.

L’action

Une action est un titre émis par une entreprise de capitaux. Sa valeur est égale à celle d’une fraction du capital social. De plus, chaque action a la même valeur. Cette dernière confère à son titulaire (« l’actionnaire »), plusieurs droits, notamment celui d’intervenir dans la gestion de l’entreprise, qui peut s’exprimer par un vote lors des assemblées d’actionnaires. Mais surtout, son détenteur peut en retirer un dividende dont le montant est corrélé aux bénéfices de l’entreprise.

L’obligation

Il s’agit là encore d’une valeur mobilière, mais qui représente cette fois une créance ou fraction de dette de l’organisme émetteur. Ce dernier est en général un acteur public ou une grosse entreprise privée. L’obligation ouvre droit au versement d’un coupon (qui correspond à un intérêt fixe ou variable) dont la périodicité et l’échéance sont fixées au moment de l’achat. Enfin, si leur rendement est plus faible que celui d’une action, elles sont néanmoins considérées comme des produits financiers plus sûrs.

Le produit dérivé

Le produit dérivé est un instrument qui permet à une entreprise de se couvrir contre certains risques financiers (fluctuation des taux de change, augmentation du cours des matières premières, etc.). Son principe est simple : 2 parties se mettent d’accord sur le prix d’un actif sous-jacent (une action, un taux de change, etc.) qui permettra à l’une d’entre elles d’acheter l’actif en question à une date future, mais à un prix prédéterminé au moment de la signature de l’accord.

Les OPC ou Organismes de Placement collectif

Les OPC sont des fonds d’investissement qui fonctionnent comme des portefeuilles de valeurs mobilières (actions, obligations…). Ils sont détenus collectivement par des particuliers ou des investisseurs institutionnels. Ils se divisent en une multitude de catégories dont les plus communes sont:

  • Une SICAV (Société d'investissement à capital variable) est une société anonyme qui émet des actions. Ainsi, chaque investisseur devient un actionnaire et peut participer et s’exprimer sur la gestion de l’entreprise.

  • Un FCP (Fonds commun de placement) est géré par une société commerciale de gestion qui agit au nom des porteurs. L’investisseur est copropriétaire des valeurs mobilières et ne dispose pas des droits de l’actionnaire.

Le CAC 40

Le CAC 40 est le principal indice boursier de la Bourse de Paris. Il se base sur les cours des actions de 40 sociétés hexagonales cotées sur le premier marché. Ces dernières représentent la majorité des secteurs économiques (automobile, banque, assurance, cosmétique, luxe, téléphonie, pharmacie…). Le CAC 40 offre ainsi une tendance de la santé de l’économie nationale.

--

Après ces quelques rappels nécessaires, il est désormais plus facile d’identifier quels sont les produits sur lesquels vous pouvez investir.

Cliquez ici pour consulter l’ensemble de notre dossier "Bien se lancer en Bourse"

Source : YouLoveWords.com

Crédit Visuel : mediaphotos / iStock