Bourse : les bons réflexes face à la volatilité des marchés

Les derniers mois ont vu un regain de volatilité en Bourse. Une situation qui marque surtout le retour à la normale des marchés, qui avaient jusqu’alors largement bénéficié de l’abondance de liquidités.

bourse volatilite actions investissement

Regain de volatilité sur les marchés

Le retour de la volatilité sur les marchés financiers s’explique par la conjonction de différents facteurs, notamment :

  • Les craintes de guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, qui pourraient se traduire par un accroissement des barrières douanières et un ralentissement du commerce mondial. Une telle situation pénaliserait alors l’ensemble des pays.

  • Une recrudescence des risques géopolitiques : retrait des États-Unis de l’accord nucléaire avec l’Iran, tensions au Moyen-Orient…

  • Une augmentation du prix du pétrole, qui est en partie une conséquence du point précédent.

  • Une méfiance des investisseurs vis-à-vis des valeurs technologiques, sur fond de scandales autour des données personnelles.

  • La hausse des taux d’intérêt qui pourrait à terme se traduire par un effet d’aubaine au profil des nouvelles obligations (et au détriment des titres de créance les plus anciens et des actions) et un renchérissement du coût d’endettement des entreprises.

La volatilité est avant tout une bonne nouvelle pour les investisseurs. Non seulement elle repose pour l’essentiel sur des bases conjoncturelles – et non des difficultés structurelles – mais elle signifie qu’il est à nouveau possible de prendre des bénéfices et acheter des valeurs à la baisse, sur des marchés qui étaient devenus haussiers.

Adaptez la composition de votre portefeuille

S’il n’y a pas de raison de s’alarmer, il faut donc en tirer les leçons pour adapter la composition de votre portefeuille :

  • Diversifiez les classes d’actifs afin de réduire la sensibilité de votre portefeuille au risque. Cette diversification doit s’envisager dans toutes ses dimensions : géographique (Europe, Amérique du Nord, Japon, Emergents…), sectorielle (biens de consommation, services financiers, santé, services aux consommateurs, technologies…) et par classe d’actifs (actions, obligations, matières premières…).

  • Vendez dans les phases de rebond pour retrouver du cash et éventuellement acheter des valeurs meilleur marché dans les phases de baisse. Attention à ne pas vous séparer de pans entiers de votre portefeuille en une seule fois : à la vente comme à l’achat, il est conseillé de lisser dans le temps les arbitrages afin de ne pas passer à côté d’une opportunité.

  • Achetez des actions d'entreprises qui ont pour habitude de verser des dividendes réguliers. Mieux vaut parfois un moindre rendement, à condition que celui-ci soit sûr et régulier.

Les actions : une classe d’actifs toujours incontournable

Vous l’aurez compris, le retour de la volatilité n’est pas une mauvaise nouvelle mais nécessite d’adapter la gestion de son portefeuille. D’ailleurs, le marché actions reste porté par les perspectives favorables de l’économie mondiale. Malgré des mises en garde sur la dette mondiale, le Fonds monétaire international l’a souligné dans une récente publication : « L’expansion économique mondiale qui a débuté aux environs du milieu de l’année 2016 est devenue plus large et plus vigoureuse… La croissance mondiale semble en voie d’atteindre 3,9 % cette année et l’année prochaine, soit bien plus que notre prévision d’octobre dernier.» (1)

Ce qu’il faut retenir

  • Le retour de la volatilité n’est pas une mauvaise nouvelle pour les investisseurs mais cela implique d’adapter la gestion de son portefeuille.

  • Le marché actions reste porté par les perspectives favorables de l’économie mondiale.

Source: YouLoveWords.com

Crédit visuel : South-agency /iStock

On vous conseille aussi...

 
 
 
 
 
 

Immobilier, actions, obligations : les meilleurs placements de 2018

3 idées reçues des Français sur les actions

Comment se portera l'économie mondiale en 2018 ?

N°1 du classement indépendant des meilleures banques
Classement fondé sur les frais bancaires réellement payés et la satisfaction clients de 300 000 utilisateurs de l'app Bankin'. (Bankin', juin 2017)