Liste du CAC 40 : quelle évolution depuis sa création ?

Voilà plus de 30 ans que le CAC 40 témoigne des performances des grandes entreprises françaises sur les marchés financiers. Classification initiale, entrées/sorties : mais quelle a donc été l’évolution de la liste du CAC 40 depuis la création de l’indice ?

1987 : la liste du CAC 40, première édition

La valeur du CAC 40 repose sur les cours des titres de 40 entreprises appartenant aux secteurs d’activité les plus représentatifs de l’économie de l’Hexagone. Certes. Mais comment sont choisies ces fameuses sociétés ? Eh bien ! La liste des entreprises du CAC 40 est établie par le Conseil scientifique des indices d’Euronext (le groupe qui a intégré la Bourse de Paris). Elle est évolutive : chaque trimestre, huit experts indépendants épluchent le palmarès des 100 sociétés françaises cotées ayant les volumes d’échange les plus conséquents, pour en tirer les heureuses élues.

Au jour de sa création en décembre 1987, le CAC 40 rassemble des entreprises comme Accor, Saint Gobain, Bouygues, Casino, Essilor, LVMH, L’Oréal, la Lyonnaise des Eaux, Pechelbronn, Pernod Ricard ou encore Michelin, Hachette, Peugeot et Sanofi. Ce qui correspond à un bel éventail de secteurs d’activité... qui sont loin d’être représentés de façon égale. À y regarder de plus près, des domaines comme la construction électrique et électronique, les produits chimiques, l’automobile et la finance (investissement, banque et crédit) ont un poids relativement démesuré par rapport à l’optique, au génie civil, à l’hôtellerie/loisirs ou aux transports.

Bon à savoir

Pourquoi observe-t-on une différence de poids si conséquente entre certains secteurs d’activité dans le CAC 40 ?

C’est un peu la faute du mode de calcul de l’indice... Chaque entreprise du CAC 40 a une pondération propre, déterminée par la valeur de sa capitalisation en bourse. Du coup, certains domaines ont une plus grande importance, tout simplement parce qu’ils sont représentés par des sociétés économiquement plus lourdes.

Liste des entreprises du CAC 40 : on entre, on sort...

Une fois l’indice boursier sur les rails, les trimestres et les années passent. Des entreprises entrent dans la liste du CAC 40, d’autres en sortent. Pour parfois y entrer et en sortir à nouveau. Ainsi, Essilor quitte le panier de l’indice en 1990, pour y réentrer en 2005. Eurodisney y entre en 1992, pour en sortir en 1995. Eurotunnel y est intégré en 1995, et le quitte en 1997.

Au cours du temps, la liste du CAC 40 est également modifiée suite à la fusion, au rachat ou à la fermeture d’entreprises. Par exemple, la Lyonnaise des Eaux est devenue Suez-Lyonnaise des Eaux, avant de sortir du CAC 40 après sa fusion avec GDF en 2008. Ou encore, Alcatel a été absorbée par Nokia, qui a finalement quitté la liste des entreprises du CAC 40 en 2017.

Bon à savoir

Malgré la valse des entrées et des sorties, certaines sociétés n’ont jamais quitté le CAC 40 depuis sa création. Parmi elles : Air Liquide, L’Oréal, LVMH, Michelin ou Saint Gobain.

2019 : l’industrie au top, la technologie fait un flop

Fin juin 2019, la liste des entreprises du CAC 40 compte des noms comme Airbus, Carrefour, Danone, Engie, Orange, Sodexo ou Total.

Coté secteurs d’activité, les biens et services industriels, les produits ménagers et de soin personnel, le pétrole et gaz, ainsi que la santé sont largement prédominants. À eux seuls, ces quatre domaines pèsent pour plus de la moitié de l’indice boursier.

Quid des secteurs les plus faibles ? Ce sont ceux des matières premières, du voyage et des loisirs, de l’immobilier, des télécommunications et des médias.

Fait remarquable : la technologie ne représente qu’une très petite part de l’indice boursier (4,32 % totalisés par quatre entreprises, Dassault Systèmes, Capgemini, STMicroelectronics et Atos). Et ce, malgré le boom actuel des innovations informatiques et des objets connectés. Doit-on y voir une légère inadéquation entre le CAC 40 et le schéma économique réel ? Serait-il préférable de ‘rajeunir’ la liste des entreprises qui composent l’indice ? Certains observateurs s’interrogent...

Bon à savoir

Le saviez-vous ? Depuis 2005, les entreprises du CAC 40 suivent la classification ICB. Elles sont regroupées en dix industries, elles-mêmes divisées en 19 super-secteurs, 41 secteurs et 114 sous-secteurs.

Investir sur le CAC 40… pourquoi pas ! Vous pouvez tout à fait inclure des actions, sicav ou d’autres valeurs mobilières directement émises par les entreprises de la liste du CAC 40 au portefeuille de votre compte-titres/PEA. Ou vous lâcher et investir en une fois sur le panier tout entier, en procédant à ce qu’on appelle un ‘investissement indiciel’, les fameux ETF. Dans ce cas, vous achetez une action du CAC 40 dans sa globalité. Ce qui vous procure une certaine sécurité, en vous permettant de mieux faire face aux baisses individuelles des cours de chaque entreprise.

Attention : l’investissement en bourse ne comporte pas de garantie, ni de performance, ni de > capital. L’investisseur prend des risques liés notamment aux variations des marchés financiers > et peu perdre tout ou partie de son capital investi.

Source: Webedia, juin 2019.

Crédit visuel : GettyImage.

On vous conseille aussi...

 
 
 
 
 
 

Compte-titres ordinaire : ses atouts pour investir en Bourse

Vers un retour à la hausse des marchés financiers ?

L'économie chinoise sous tension : quelles conséquences ?

Découvrez l'offre de crédit immobilier Fortuneo*


  • Des taux fixes compétitifs de 7 à 25 ans pour un montant emprunté entre 100 000 € et 1 000 000 €
  • Aucuns frais de dossier.
  • Pas d'indemnité de remboursement anticipé **.
N°1 du classement indépendant des meilleures banques
Classement fondé sur les frais bancaires réellement payés et la satisfaction clients (Bankin’, n°1 ex aequo, septembre 2019).