Enfant : quel budget annuel prévoir ?

Enfant : quel budget annuel prévoir ?

Élever un enfant, de son plus jeune âge à son entrée dans la vie d’adulte, entraîne son lot de dépenses incontournables. Pour ne pas se sentir débordé à l’arrivée de bébé, il est préférable d’anticiper. Voici donc, pour vous y aider, un panorama des frais que vous pourriez être amené(e)s à engager année après année pour subvenir aux besoins de votre enfant, sans compter l’éventuel argent de poche !

Des nourrissons qui impliquent de nombreux achats

Les premières années de la vie de votre enfant impliquent de nombreuses dépenses. Votre nouveau-né a des besoins spécifiques, ce qui entraîne des frais particuliers.

Selon une étude Ipsos pour l’Observatoire E. Leclerc des Nouvelles Consommations, en 2019, le budget mensuel moyen consacré par les jeunes parents français à leur premier bébé s’élevait à 490 euros par mois, jusqu’aux trois ans de l’enfant. Soit un total de 5 880 euros sur l’année. Dans le détail, les frais relatifs à l’équipement, à l’habillement et aux produits d’hygiène atteignent chacun une cinquantaine d’euros à régler par mois tandis que l’alimentation requiert un budget de près de 80 euros. Mais c’est la garde de l’enfant qui reste le poste budgétaire le plus important, en coûtant en moyenne 252 euros mensuels. (1)

Des solutions existent néanmoins pour choyer les tout-petits en allégeant la facture. De la garde assurée par les grands-parents au don de matériel de puériculture, la solidarité familiale peut permettre de réaliser des économies. Vous pouvez également compter sur les circuits alternatifs, comme le troc ou la seconde main, qui permettent d’équiper et d’habiller bébé à moindre frais. Ne négligez pas la préparation d’une liste de naissance, qui peut vous être d’un grand secours pour faire l’acquisition de certains équipements.

Age tendre, budget léger ?

Bonne nouvelle, le budget consacré à un enfant n’est pas forcément croissant. Au fil des années, ses besoins et ceux de ses parents se confondent en partie de sorte que des économies d’échelle peuvent être réalisées, notamment en ce qui concerne l’alimentation et les loisirs. Dans une famille ne comptant qu’un seul enfant, 20 % du budget familial est consacré spécifiquement à ce dernier lorsqu’il a moins de trois ans, contre seulement 5 % lorsqu’il est âgé de 12 à 15 ans. (2)

Les dépenses engagées spécifiquement pour l’enfant sont bien souvent liées à sa scolarité. La rentrée est ainsi une période clé en termes de dépenses. Il s’agit en effet d’équiper les plus jeunes afin qu’ils étudient dans les meilleures conditions. Le budget croît avec le niveau d’études : en pratique, l’entrée au cours préparatoire (CP) de votre enfant vous coûtera en moyenne 177,28 euros contre 407,68 euros pour son entrée en sixième. Au lycée, un écart se creuse entre les filières. La facture s’élèvera ainsi à 419,29 euros pour une rentrée en seconde générale et atteindra 694,57 euros si votre enfant choisit d’intégrer une seconde Bac pro industriel. (3)

Au total, selon ces chiffres, on peut estimer le coût d’une année à l’école primaire entre 850 et 1 150 euros en moyenne et celui d’une année au collège ou au lycée entre 1 450 et 1 550 euros, restauration, transports scolaires ou encore sorties scolaires inclus. L’achat de vêtements et d’équipement de marque ainsi que l’investissement dans des cours de soutien scolaire ou des activités extra-scolaires pourront venir alourdir la facture, sans compter certaines dépenses incontournables en matière d’hygiène et de santé.

Les études supérieures : une dernière ligne droite onéreuse

Les études supérieures constituent un véritable investissement. C’est sans aucun doute le poste de dépense qui pèsera le plus sur le budget prévu pour votre enfant. Droits de scolarité, loyers, assurances ou encore transports : l’entrée dans l’âge adulte se fait à grands frais. Selon une étude CSA Research pour Cofidis France, les parents consacrent en moyenne 7 118 euros par an aux études de leur enfant.

Ce montant varie en fonction du cursus choisi : de 6 473 euros par an à l’Université à 10 735 euros par an pour des études en école de commerce. Concernant le lieu de vie, on note que les étudiants vivant chez leurs parents requièrent un budget moyen de 6 393 euros alors que ceux qui vivent dans un logement différent doivent disposer de 8 461 euros en moyenne chaque année pour subvenir à leurs besoins, un chiffre qui varie par ailleurs grandement selon la zone géographique où se situe le logement étudiant.

Les études supérieures impliquent des dépenses importantes qu’il est nécessaire de prévoir et, surtout, de préparer. Ainsi, pour 87 % des parents, financer les études de leur enfant implique de puiser dans leurs économies et, dans un peu plus de la moitié des cas, de faire des sacrifices. Des solutions existent néanmoins pour réduire l’addition et équilibrer le budget familial : jobs étudiants, prêts étudiants, bourses, résidences étudiantes mais aussi des solutions alternatives telles que la colocation et le covoiturage.

Les informations transmises dans cet article ont un caractère purement informatif et ne sauraient être considérées comme un conseil délivré par Fortuneo (juridique, fiscal, investissement ou autre).

Source: Jellyfish, Mai 2021

Crédit visuel : EyeEm, Gettyimages

On vous conseille aussi...

 
 
 
 
 
 

Immobilier locatif : investir dans l’ancien, est-ce intéressant ?

Tout savoir sur le prélèvement forfaitaire libératoire (PFL) ?

Décès, que devient le compte bancaire du défunt ?

Découvrez l'offre banque en ligne Fortuneo.

Vos opérations courantes en ligne sont gratuites*

  • Pour l’ouverture, la tenue et la clôture de compte.
  • Cartes bancaires * , chéquiers, bordereaux de remise de chèques **, virements et prélèvements SEPA **.
  • Paiements et retraits illimités dans toute la zone euro - dans la limite des plafonds de la carte bancaire.
Découvrir notre offre
Fortuneo désignée Banque la moins chère
Pour les profils « jeune », « employé », « cadre », « cadre supérieur », « commerçant » et « chef d’entreprise ». (Capital/Panorabanque.com, n°1 ex-aequo, septembre 2020)