Achat immobilier : les villes les plus chères de France

Achat immobilier : les villes les plus chères de France

En 2020, selon un Classement basé sur les données SeLoger septembre 2020 et de données issues du baromètre LPI-SeLoger, l’activité sur le marché immobilier est inférieure à celle de 2019 à la même période. Ce qui n’empêche pas les prix de grimper dans plusieurs communes. En cette rentrée 2020, quelles sont les villes de France où le mètre carré est le plus cher ?

Classement basé sur les données SeLoger septembre 2020 + données issues du baromètre LPI-SeLoger

Paris

Sans surprise, la capitale se hisse en haut du podium des villes les plus chères de France. À Paris, le prix moyen au mètre carré (tous biens confondus) est de 11 083 € en septembre 2020. On constate de grands écarts entre les arrondissements : dans le 6ème, le m² se négocie en moyenne 15 544 €, contre 9 188 € dans le 19ème. La majorité des biens sont des appartements (11 048 € au m²), à peine 1 % sont des maisons (11 299 € au m²). Le prix de la pierre parisienne a légèrement reculé entre juin et août 2020 (- 4,2 %). L’apathie estivale et le changement de comportement des acheteurs face à la crise sanitaire liée au Covid-19 expliquent, en partie, cette situation.

Lyon

La capitale des Gaules s’illustre également par le niveau élevé des prix sur son marché immobilier (même s’ils restent bien inférieurs à ceux du marché parisien). À Lyon, le mètre carré se facture en moyenne 5 086 € en cette rentrée 2020. Cela va de 4 168 € dans le 9ème arrondissement à 6 255 € dans le 2ème arrondissement. Et de 5 154 € le m² pour les appartements à 4 636 € pour les maisons. Les prix sur un an ont explosé à Lyon, avec un bilan de + 11,5 % entre août 2019 et août 2020 (+ 4,5 % à Paris). Pour dénicher des tarifs plus économiques, il faut prospecter du côté des villes environnantes (le m² est à 3 872 € à Villeurbanne, notamment).

Bordeaux

La capitale girondine, elle aussi, se taille sa place dans le trio de tête des villes les plus chères pour un achat immobilier. À Bordeaux, en septembre 2020, on note un prix moyen au mètre carré de 4 595 €. La part de maisons (4 481 € au m²) est relativement importante dans la commune : 23 %, contre 77 % d’appartements (4 684 € au m²). Les biens les plus coûteux sont localisés dans les quartiers Hôtel de Ville-Quinconce-Saint Seurin-Fondaudège et Grand Parc-Chartrons-Paul Doumer. Agréable, dynamique, accessible, Bordeaux a de quoi séduire. Toutefois, après un emballement ces dernières années, la hausse des prix s’y stabilise : elle se chiffre à + 0,9 % entre août 2019 et août 2020.

Nice

Les villes de la Côte d’Azur ne sont pas réputées pour leurs biens immobiliers à bas prix. Cela se vérifie à Nice, avec un tarif moyen au mètre carré de 4 524 €. Les logements les plus chers se dressent dans le Vieux-Nice, le quartier du Port, le quartier du Vinaigrier et celui du Mont Boron. Comme dans plusieurs autres grandes communautés urbaines de l’Hexagone, les maisons sont particulièrement recherchées à Nice et autour : au sein de la Métropole Nice Côte d’Azur, le prix au m² des maisons dans l’ancien a bondi de 6 % entre août 2019 et août 2020, contre 4,6 % pour les appartements.

Nantes

Pour la suite du classement des villes les plus chères de France, direction les Pays de la Loire. Dans l’ancienne capitale bretonne, le prix moyen de l’immobilier au mètre carré s’élève à 3 707 €. La Cité des Ducs s’appuie sur sa population jeune, sa croissance économique, sa facilité d’accès depuis Paris et son cadre de vie qualitatif pour attirer les acheteurs. Les quartiers du centre abritent les biens les plus onéreux, tandis que les logements les plus abordables sont implantés dans le quartier Géraudière-Boissière. Les prix des appartements anciens ont nettement augmenté entre août 2019 et août 2020 dans la métropole de Nantes : ils ont connu une flambée de 11 % en un an (entre août 2019 et août 2020).

Rennes

Un peu plus au Nord, en Bretagne, se situe une autre ville au marché immobilier prisé. À Rennes, le prix au mètre carré est de 3 497 €. Les tarifs sont, par exemple, de 5 031 € le m² dans les environs d’Arsenal-Redon, contre 1 880 € au Landrel. Tout comme à Nice, les maisons ont du succès dans l’actuelle capitale bretonne. Pour ce type de biens dans l’ancien, la hausse des prix sur un an (août 2019 à août 2020) est de 15,5 % dans la métropole de Rennes (contre 9,9 % pour les appartements).

Bayonne

Parmi les villes les plus chères en France pour un achat immobilier, on trouve aussi Bayonne. Dans la commune du Sud-Ouest, le prix médian au mètre carré s’établit à 3 449 €. Il est de 3 568 € pour les appartements et 2 993 € pour les maisons. Les biens dotés des tarifs les plus hauts sont dans le quartier Arènes-Allées Marines (pour les appartements) et le Petit Bayonne (pour les maisons). Le marché local est très actif, avec des prix qui ne cessent d’augmenter. Bayonne cumule les avantages : proximité de l’océan, de la montagne et de l’Espagne, richesse culturelle, peu d’insécurité.

Lille

Continuons dans les Hauts-de-France. Lille enregistre un prix au m² de 3 421 € au mois de septembre 2020. Les tarifs sont disparates entre les différentes zones de la ville. De 1 870 €/m² à Lomme-Le Marais, ils atteignent 4 538 €/m² dans le quartier charmant et recherché du Vieux-Lille. Les appartements se vendent en moyenne 3 687 € le mètre carré, et les maisons 2 540 €. Pour favoriser l’accession à la propriété dans le neuf, la Métropole européenne de Lille a mis en place en septembre 2020, par l'intermédiaires des banques partenaires des prêts immobiliers à taux zéro dans la limite de 75 000 € et pour une durée maximale de 15 ans.

Toulouse

Les prix sont élevés à Toulouse, même s’ils demeurent raisonnables pour une localité de cette taille. Dans la ville rose, un mètre carré s’achète 3 217 € en moyenne. Les zones les plus chères sont celles du Capitole (4 974 €/m²), des Chalets-Saint Aubin-Saint Étienne (4 483 €/m²) et d’Amidonniers-Caffarelli (4 265 €/m²). Au total, on compte 82 % d’appartements et 16 % de maisons, caractérisés respectivement par un tarif moyen au m² de 3 220 € et 3 268 €. Grâce aux réseaux de transport bien développés, de nombreux acheteurs choisissent de s’établir dans les communes proches. Certaines présentent des prix tout aussi hauts que ceux des quartiers toulousains qui les bordent, comme Balma (3 381 €/m²) et Vieille-Toulouse (3 621 €/m²).

Strasbourg

Clôturons ce tour de France des villes les plus chères pour l’achat d’un bien immobilier avec Strasbourg. Dans la capitale alsacienne, il faut débourser en moyenne 3 172 € pour acquérir un mètre carré. Les secteurs les plus coûteux sont dans le centre-ville ou à proximité : Contades Centre (4 363 €/m²), Mairie Nord (4 425 €/m²) et Orangerie Est (5 356 €/m²). Plaisante par sa taille humaine et son patrimoine historique, Strasbourg a vu son marché se tendre d’année en année. Aujourd’hui, la demande est clairement supérieure à l’offre, ce qui pousse les acheteurs à chercher leur bonheur dans les communes voisines, moins chères, mais plus rurales (Wolfisheim, Hurtigheim, Truchtersheim, etc).

Source: Webedia, Octobre 2020.

Crédit visuel : Kirill Rudenko, Gettyimages.

On vous conseille aussi...

 
 
 
 
 
 

Etat des lieux de l’immobilier en France

Donation en nue-propriété, y avez-vous pensé ?

Préparer son achat immobilier, quels sont les points d'attention ?

Découvrez l'offre de crédit immobilier Fortuneo*


  • Des taux fixes compétitifs de 7 à 25 ans pour un montant emprunté entre 100 000 € et 1 000 000 €
  • Aucuns frais de dossier.
  • Pas d'indemnité de remboursement anticipé **.
Fortuneo désignée Banque la moins chère
Pour les profils « jeune », « employé », « cadre », « cadre supérieur », « commerçant » et « chef d’entreprise ». (Capital/Panorabanque.com, n°1 ex-aequo, septembre 2020)