La volatilité, l’un des indicateurs de risque de référence

La volatilité, l’un des indicateurs de risque de référence

L’un des premiers indicateurs scrutés par les investisseurs dans leur sélection de titres ou de fonds est la performance, qu’elle soit positive ou négative. Mais cette dernière doit être mise en lumière à l’aune du risque pris. Ainsi, un fonds d’actions peut permettre d’obtenir des performances supérieures à un fonds obligataire, mais en contrepartie d’une prise de risques plus importante. L'une des mesures de ce risque est la volatilité.

Une mesure de l’instabilité du placement

Cet indicateur vous renseigne sur l’ampleur des variations de cours intervenues sur une durée donnée. Prenons, par exemple, deux fonds actions ayant tous deux atteint une performance sur un an de 7%. Le premier avec une volatilité de 17 et l’autre une volatilité de 21. Cela signifie que le premier fonds aura généré sa performance de manière plus linéaire que le second, qui aura connu plus d’à-coups.

Pour calculer la volatilité, il faut s'intéresser à l’écart-type. Pour une action, le cours est relevé toutes les semaines sur un an par exemple (pour un fonds, c’est la valeur liquidative). Une valeur moyenne est calculée. Ensuite, pour chaque relevé hebdomadaire, l’écart par rapport à cette valeur moyenne est mesuré puis mis au carré. Le tout est additionné et divisé par le nombre de relevés (52 semaines soit une année dans notre exemple). Pour obtenir la volatilité, il faut prendre la racine carrée du résultat.(1)

Investir sur les marchés financiers comporte un risque de perte en capital.

D’où provient la volatilité ?

Lorsqu’on étudie la volatilité d’un placement, il faut prendre en compte deux facteurs : le produit en lui-même mais aussi son marché. Ainsi, comme on vient de le voir, marché actions et marchés obligataires présentent des niveaux de volatilité intrinsèquement différents. En outre, ces niveaux, sur un marché donné, peuvent évoluer à la hausse ou à la baisse selon le contexte économique, politique et financier. En période de stress sur les marchés, ces derniers sont agités et la volatilité est plus forte. Il existe d’ailleurs un indice qui donne le contexte de volatilité sur les marchés actions : c’est le VIX (Volatility Index) (2) . On l’appelle aussi souvent l’indice de la peur car il grimpe quand l'anxiété explose sur les marchés.

Enfin, les produits ont aussi leur comportement propre. Une biotech, de par sa taille, sa jeunesse et son secteur sera beaucoup plus instable qu’une grosse valeur du CAC 40. De même, parmi les fonds d’actions françaises par exemple, certains sont gérés de façon plus agressive que d’autres, ce qui suppose un cheminement de performance plus accidenté (et donc davantage de volatilité !). Il est généralement déconseillé aux investisseurs ayant une forte aversion au risque d’investir sur les valeurs les plus volatiles.

Source: Webedia, Novembre 2020.

Crédit visuel : lOvE;Gettyimages.

On vous conseille aussi...

 
 
 
 
 
 

L’investissement responsable devient-il la norme ?

Faut-il investir dans des turbos ?

Comment investir dans des turbos ?

Découvrez l'offre Bourse Fortuneo.


  • 0 € de droits de garde et tenue de compte.
  • Des frais de courtage réduits *.
  • Des outils de trading en temps réel gratuits pour tous.
Découvrir notre offre
Fortuneo désignée Banque la moins chère
Pour les profils « jeune », « employé », « cadre », « cadre supérieur », « commerçant » et « chef d’entreprise ». (Capital/Panorabanque.com, n°1 ex-aequo, septembre 2020)