L'inflation: au plus haut comme au plus bas, comment menace-t-elle l'épargne ?

L'inflation: au plus haut comme au plus bas, comment menace-t-elle l'épargne ?

L'inflation, tout le monde a une idée de ce que c'est. Pourtant, les investisseurs n’ont pas toujours conscience des effets de l’inflation sur leur épargne.

Investissement sur les marchés financiers : faut-il s’inquiéter du ralentissement de l’inflation ?

Avec l’inflation, les prix des biens et services augmentent et le niveau de vie des ménages baisse si les revenus n'augmentent pas en proportion. Au sens économique, « l'inflation est un processus durable et généralisé de hausse des prix qui se traduit par une perte de pouvoir d'achat de la monnaie » décrit le ministère de l’Économie.

Depuis une décennie, sous l'effet de la concurrence, de l'Euro et de la mondialisation, l'inflation n'inquiète guère (taux autour de 1% en France d’après l’Insee). En France, dans les années 1970, l'inflation élevée a fait des gagnants et des perdants au niveau individuel mais elle fragilisait globalement nos acteurs économiques (moins compétitifs que ceux des pays maîtrisant leurs prix).

Pas toujours mauvaise pour le patrimoine

Selon son origine, l'inflation peut refléter un emballement de l'économie ou de graves difficultés. Plutôt positive : l'inflation par la demande, lorsque l'offre de biens ne suit pas l'envol de la demande stimulée par la hausse des salaires ou du crédit (par exemple, les prix immobiliers dans les grandes villes).

Plus inquiétant : l'inflation par les coûts, lorsque les prix des matières premières et des produits importés flambent (crise pétrolière de 1973-1979) ou lorsque les frais et charges des entreprises, en hausse, sont répercutés sur les prix des biens et services.

Enfin, il y a l'inflation par création monétaire : plus la masse monétaire en circulation est importante, plus les prix augmentent. C'est l'effet « planche à billets », les autorités d'un pays créent de la monnaie pour rembourser la dette plutôt que de réduire les dépenses ou augmenter les impôts. Économiquement, en effet, l'inflation peut être un moyen de réduire le poids de la dette ! Aussi constitue-t-elle une menace sérieuse pour l'épargne des ménages qui jouent le rôle de prêteurs...

Épargnants en difficultés , États désendettés !

Dans les années 1920, l'inflation a fait très mal aux revenus tirés de l'épargne, et a même ruiné certains petits rentiers (porteurs d'emprunts d’État). La cause ? Les revenus fixes des obligations (intérêts) n'augmentent pas tout au long du placement, alors que les prix s'envolent... Lorsque le capital est remboursé à l'échéance (5, 10 ans plus tard...), il s'est fortement déprécié ! Si l'inflation augmente régulièrement, elle appauvrit à coup sûr les souscripteurs d'obligations à taux fixe ou de comptes à terme, comme les bénéficiaires de rentes.

En 2020, l'épargne financière largement concentrée dans l'assurance-vie en euros et les livrets, a plutôt souffert des taux d'intérêt qui étaient au plancher (voire négatifs), un « plus bas » en rapport avec la faiblesse de l'inflation (qui était proche de 0 en France en 2020 selon les estimations de l’Insee).

L'inflation, même quasi nulle, n'est pas bonne, non plus, pour le rendement de nos placements préférés !

Paradoxe, c'est la création monétaire – autrefois cause d'inflation - qui entraîne indirectement cette chute du rendement de l'épargne... Car pour financer les déficits que génère la crise sanitaire du COVID-19, les pays développés font acheter massivement leurs émissions obligataires à des taux extrêmement bas par les Banques centrales comme la BCE (qui créent de la monnaie pour souscrire à ces emprunts d’État). Cela remplace la planche à billets d'autrefois.

Au final, les taux d'intérêt, malgré la forte demande de crédit, n'augmentent pas (grâce à la création monétaire des Banques centrales), et les rendement obligataires rapportent toujours moins.

Les informations transmises dans cet article ont un caractère purement informatif et ne sauraient être considérées comme un conseil délivré par Fortuneo (juridique, fiscal, investissement ou autre).

Source: Jellyfish, Juillet 2021

Crédit visuel : Gettyimages

On vous conseille aussi...

 
 
 
 
 
 

3 façons d’investir dans une start-up

Votre portefeuille est-il à l'abri de l'inflation ?

Immobilier, actions, obligations : les meilleurs placements de 2018

Découvrez les offres Fortuneo

  • 0 € de droits de garde, abonnement et tenue de compte.
  • Des frais de courtage réduits.*
  • Des outils de trading en temps réel gratuits pour tous : streaming, analyse technique, passage d’ordre rapide.
Découvrir les offres
Fortuneo désignée Banque la moins chère
Pour les profils « jeune », « employé », « cadre », « cadre supérieur », « commerçant » et « chef d’entreprise ». (Capital/Panorabanque.com, n°1 ex-aequo, septembre 2020)