Comment investir dans l'or ?

Comment investir dans l'or ?

Crise économique, inflation, catastrophe, conflit, baisse du dollar : faut-il encore investir dans l’or ? On dit du métal jaune qu’il est une valeur refuge. Mais comment acheter de l’or ?

Investir dans l’or, valeur refuge par excellence

Métal inaltérable et actif physique, l’or peut voir son cours influencé par l’environnement des taux d’intérêt, les conflits internationaux et la balance entre l’offre et la demande. Alors, comment investir dans l’or ? Deux solutions principales : acheter de l’or physique ou parier sur l’or-papier via des ETC.

L’achat d’or physique, gare au stockage !

La méthode la plus évidente pour acquérir le précieux métal consiste à l’acheter. C’est ce qu’on appelle l’or physique qui se présente ainsi sous plusieurs formes : pièces, lingots, lingotins, barres ou encore plaquettes.

Pour acheter de l’or physique, l’investisseur doit délivrer un ordre d’achat à sa banque. Cette dernière prélève au passage un pourcentage du montant de la transaction, soit une commission pouvant osciller entre 1,5% et 2,5%(1). Pour que l’or physique soit qualifié d’investissement, il faut que lingots et autres plaquettes pèsent plus d’un gramme et que leur pureté affiche 995 millièmes minimum. En revanche, les pièces d’or, frappées après 1800, doivent être pures à 900 millièmes.

L’or physique n’apporte aucun rendement contrairement à l’immobilier qui possède une valeur d’usage. Par contre, le métal doré est plus facile à gérer même si son stockage peut poser souci. Sa sécurité entraine donc un coût supplémentaire pour son détenteur (la location d’un coffre fort par exemple). Quant au prix d’achat, il faut savoir que plus la quantité d’or achetée est faible, plus son coût en fonction du poids/de la quantité sera élevé, principalement pour des raisons de fabrication (frais de fonderie).

La fiscalité de l’or physique relève d’un régime spécial de taxation. D’une part, la taxe forfaitaire qui s’applique sur le montant du prix de la vente est fixée à 11,5% depuis le 1er Janvier 2018.

Mais depuis le 1er Janvier 2006, les investisseurs peuvent aussi opter pour le régime des plus-values réelles dès lors qu'ils peuvent justifier du prix et de la date d'acquisition. Le taux sur les gains est de 36,2%, prélèvements sociaux inclus et l’épargnant peut bénéficier d’un abattement de 5% qui s’accumule à partir de la 3e année de détention.(2)

A noter : la TVA s’applique sur les pièces d’or de collection mais pas sur celles frappées après 1800 (2).

L’achat d’or papier

La financiarisation des actifs a engendré des véhicules qualifiés « d’or papier », à l’image de la pierre-papier pour le secteur immobilier. L’idée n’est pas de détenir de l’or tangible mais des produits financiers qui répliquent le cours du précieux métal. Ces ETP (Exchanged Traded Product) suivent un sous-jacent, en l’occurrence l’or. La gestion est donc passive, donc les coûts plus faibles. Dans cette catégorie d’ETP, l’or-papier s’inscrit dans des ETC (Exchange Traded Commodities), c’est-à-dire des véhicules qui offrent un accès à des matières premières.

Contrairement aux ETF (Exchange Traded Fund), fonds indiciels dont l’investisseur est actionnaire, l’ETC est un titre de dette. Le détenteur d’or-papier fait un prêt au tracker qui doit le rembourser. Il n’est donc pas propriétaire de l’ETC. Très liquide, cette catégorie de support attire les investisseurs institutionnels.

Autre option : investir dans des fonds diversifiés qui se composent d’un panier d’actifs corrélés à plusieurs matières premières. Toutefois, la réglementation ne permet pas à ce véhicule de disposer de plus de 35% d’or. Généralement, il s’agit de produits dérivés (les swaps) qui ne sont pas reliés à des stocks d’or physique. Ils offrent un fort effet de levier mais aussi un niveau de risque élevé.

Il est également possible d'investir sur les Sicav des sociétés aurifèes (mines d’extraction). Toutefois, les fonds aurifères présentent un fort biais actions et une volatilité importante. Afin de tenter de supprimer ces écueils, une alternative consiste à s’exposer au métal précieux via des fonds de certificats émis par les banques. Ces titres de créances répliquent le cours de l’once d’or, qui n’est pas couvert contre le risque de change euro/dollars. Outre la parité, les coûts de gestion impactent leur potentielle performance.

A noter : les gains sur les produits or-papier sont soumis au prélèvement forfaitaire unique de 30%.(2)

Mais quels sont les risques ?

Si le cours de l’or ne suit pas forcément celui des autres marchés, il peut cependant évoluer en fonction des évolutions géopolitiques, de la parité du dollar, des achats des banques centrales, des mouvements de taux d'intérêt, de la spéculation etc. Autant de facteurs qui entraînent une forte volatilité.

De plus, ni le rendement ni le capital ne sont garantis c’est pourquoi, avant d’investir, demandez-vous si ce type d’investissement correspond à vos objectifs et à vos moyens financiers.

Source: Webedia, Août 2020.

Crédit visuel : Athitat Shinagowin, Gettyimages.

On vous conseille aussi...

 
 
 
 
 
 

Faut-il investir dans des turbos ?

Comment investir dans des turbos ?

5 choses à savoir sur les turbos

DÉCOUVREZ L’OFFRE BOURSE FORTUNEO


  • 0 € de droits de garde et tenue de compte.
  • Des frais de courtage réduits *.
  • Des outils de trading en temps réel gratuits pour tous.
Fortuneo désignée Banque la moins chère
Pour les profils « jeune », « employé », « cadre », « cadre supérieur », « commerçant » et « chef d’entreprise ». (Capital/Panorabanque.com, n°1 ex-aequo, septembre 2020)