Résidence secondaire : 3 choses à savoir avant d’investir

Résidence secondaire : 3 choses à savoir avant d’investir

Faire l’acquisition d’une résidence secondaire, c’est un rêve pour beaucoup de Français. Avec plus de 3 millions de logements de ce type, l’Hexagone est champion d’Europe(1). Mais avant d’investir à votre tour, assurez-vous de savoir ce que l’achat d’une résidence secondaire implique précisément.

Residence secondaire

L’importance de bien calculer le vrai coût de sa résidence secondaire


Que vous décidiez d’investir dans un appartement ou une maison au bord de la mer, en campagne ou encore à la montagne, l’achat d’une résidence secondaire représente un coût annuel qui est loin d’être négligeable.

Même si les taux d’intérêt en place actuellement se révèlent favorables pour les crédits immobiliers, l’acquisition d’un logement secondaire implique des dépenses diverses qu’il faut être capable de supporter chaque mois et chaque année. En marge du prix initial de l’habitation, plusieurs frais supplémentaires sont à prendre en compte :

  • Les frais liés à l’achat, comme par exemple un emprunt à rembourser ;

  • Les frais d’aménagement et de décoration ;

  • Les travaux de rénovation (toiture, robinetterie, isolation…) ;

  • Les taxes locales : taxe d’habitation et taxe foncière ;

  • Les frais d’entretien ;

  • Les abonnements et la consommation des différents services (chauffage, eu, électricité, téléphone, etc.) ;

  • Les assurances ;

  • Les charges de copropriété éventuellement ;

  • Etc.

En pratique, cela représente quel budget? Les professionnels de l’immobilier estiment que les coûts annuels d’une résidence secondaire sont évalués à 1 ou 2% de sa valeur à l’achat en moyenne.(2)

Les conséquences à prendre en compte sur votre fiscalité


De manière générale, ne comptez pas sur des aides financières de la part de l’Etat pour vous aider à investir dans une résidence secondaire. En effet, l’ensemble des dispositifs d’aides proposés par le gouvernement pour accéder à la propriété concernent uniquement les résidences principales. Cela vaut également pour les crédits d’impôt concernant les dépenses d’équipement de votre résidence secondaire (chaudière, panneaux solaires, isolation, etc.).

Vous pouvez éventuellement être exonéré de la taxe foncière sous certaines conditions. En revanche, impossible d’échapper à la taxe d’habitation en dépit de la réforme en cours(3) qui vise à supprimer cet impôt. Encore une fois, cela ne s’applique pas aux résidences secondaires.

Trouver le meilleur moyen de rentabiliser votre investissement


Si vous souhaitez rentabiliser votre achat d’une résidence secondaire en misant sur la location, la localisation de votre logement joue un rôle capital. Concrètement, vous vous donnez plus de chances d’assurer un bon retour sur investissement si vous optez pour l’achat d’un bien situé près de zones à forte affluence durant les vacances, et ce même si le prix à l’achat est alors plus élevé. Pour espérer réussir votre investissement, assurez-vous donc de vous renseigner sur l’essor que connaît la région dans laquelle vous souhaitez acheter et privilégiez les zones disposant de commerces et de loisirs à proximité.

L’intérêt d’un investissement locatif peut également reposer sur le fait que vous pouvez profiter, sous conditions(4), d’une fiscalité plus avantageuse, avec les revenus tirés de la location meublée imposés dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC). Mais l’inconvénient, c’est que vous ne pourrez pas profiter de votre résidence secondaire pendant les périodes de vacances scolaires, moment où la demande est la plus forte !

Source: Webedia, Avril 2020.

Crédit visuel : Maskot, Gettyimages.

On vous conseille aussi...

 
 
 
 
 
 

Qu’est-ce que la valeur locative cadastrale ?

Investissement locatif : 5 choses à savoir

Proposition d’achat : comment en faire une et à quoi vous engage-t-elle ?

Découvrez l'offre de crédit immobilier Fortuneo*


  • Des taux fixes compétitifs de 7 à 25 ans pour un montant emprunté entre 100 000 € et 1 000 000 €
  • Aucuns frais de dossier.
  • Pas d'indemnité de remboursement anticipé **.
N°1 du classement indépendant des meilleures banques
Classement fondé sur les frais bancaires réellement payés et la satisfaction clients (Bankin’, n°1 ex aequo, septembre 2019).