L'économie chinoise sous tension

Le conflit commercial et diplomatique qui oppose la Chine aux États-Unis n’est probablement pas terminé. Pour autant, l’économie chinoise montre déjà des signes d’essoufflement.

La Chine affiche toujours des performances économiques exceptionnelles lorsqu’on les compare aux taux de croissance des pays européens. Mais la croissance chinoise perd en dynamisme, pour des raisons tant conjoncturelles que structurelles.

Ralentissement de l’économie chinoise


Au 3e trimestre de cette année, la croissance chinoise s’est élevée à 6,5 % 1. Un chiffre suspecté d’être gonflé, alors même qu’il correspond au niveau le plus bas observé depuis près de dix ans.

Certes, ce décrochage s’explique en partie par des facteurs conjoncturels. La morosité du marché immobilier freiné par la volonté du gouvernement de mieux encadrer les crédits dans ce secteur, pèse sur la croissance de l’Empire du Milieu. La production industrielle et le commerce de détail sont en retrait par rapport aux mois précédents. Le recul des ventes de voitures neuves est historique, car il s’agit de la plus forte baisse depuis sept ans 2. Enfin, le moral des ménages est en berne, notamment sous l’effet de la chute de l’indice phare de la Bourse de Shanghai depuis janvier.

Mais ce ralentissement s’explique aussi par des raisons structurelles, plus préoccupantes pour la santé de l’économie chinoise.

De nombreux facteurs de tension à moyen terme


Premier motif d’inquiétude, l’explosion de la dette, tous secteurs confondus. D’après un rapport du FMI, la dette globale atteint désormais 25 000 milliards de dollars3. Les vulnérabilités liées à l’endettement s’accentuent d’autant plus que la Chine finance de nombreux pays, africains notamment. Elle détiendrait même 20 % des dettes publiques du continent africain, laissant craindre un effet boule de neige en cas d’envolée des taux voire de défaut 4.

Les surcapacités de production (charbon, acier) attirent également l’attention, notamment concernant les entreprises d'État. La Chine s’est engagée à baisser sa capacité de production d’acier de 150 à 100 millions de tonnes (sur un total de 1,2 milliard) d’ici à 2020 et à supprimer 1,8 million de postes dans la sidérurgie 5. Cependant, les industriels et les autorités locales freinent ce processus. Il s’agit d’un enjeu important car le volume des exportations chinoises – dans un contexte où la Chine est accusée d’écouler sa production à perte – impacte directement sur les cours mondiaux.

Des mesures de relance et des réformes attendues


Plusieurs grands projets stratégiques et vitaux pour l’économie chinoise doivent amorcer la relance. Les nouvelles routes de la soie, qui traversent 68 pays ou régions, doivent ouvrir de nouveaux débouchés tout en renforçant l’influence diplomatique de la Chine. 3 000 milliards de dollars seront investis dans ce projet 6. La reprise des investissements dans les grandes infrastructures (les transports, le bâtiment) doit également permettre de remplir les carnets de commandes des entreprises chinoises.

Parallèlement, le pouvoir chinois a lancé plusieurs grands chantiers tels que l’assainissement du secteur financier, à travers un renforcement de la réglementation et de la supervision du secteur, un resserrement de la politique monétaire, un renouvellement des décideurs du secteur ainsi qu’une refonte en profondeur de la régulation. La réforme des entreprises d’État, surendettées et peu productives, s’annonce également comme un des grands enjeux de ces prochaines années, tout comme la lutte contre la dette en combattant la finance parallèle et en limitant l’accès au crédit.

Ce qu'il faut retenir...

  • La croissance chinoise a connu un ralentissement historique en 2018.

  • Ce rythme plus lent s’explique en partie par des facteurs conjoncturels sur fond de conflit commercial avec les Etats-Unis.

  • Des facteurs plus structurels appellent des réformes d’ampleur, comme l’assainissement du secteur de la finance ou la modernisation des entreprises d’Etat.

Source: YouLoveWords.com, janvier 2019.

Crédit photo : Silkwayrain, iStock.

On vous conseille aussi...

 
 
 
 
 
 

Bourse : les bons réflexes face à la volatilité des marchés

Les marchés et Donald Trump : je t’aime, moi non plus

2050 : Les grands gagnants et perdants du PIB Mondial

DÉCOUVREZ L’OFFRE BOURSE FORTUNEO


  • 0 € de droits de garde et tenue de compte.
  • Des frais de courtage réduits *.
  • Des outils de trading en temps réel gratuits pour tous.
N°1 du classement indépendant des meilleures banques
Classement fondé sur les frais bancaires réellement payés et la satisfaction clients (Bankin’, n°1 ex aequo, septembre 2019).