Italie : envolée des taux à court terme et spread, de quoi parle-t-on ?

En Italie, l’alliance du Mouvement 5 étoiles et du parti d’extrême-droite La Ligue a provoqué un séisme politique. Le contrat de gouvernement entre les deux formations a suscité une vive inquiétude chez les investisseurs. La politique du nouveau gouvernement italien pourrait avoir pour effet d’augmenter massivement la dette italienne. À cela s’ajoute l’envolée des taux d’emprunt à court terme.

crise italie economie europe pays

Une équation économique de plus en plus difficile

Refus des politiques d’austérité, instauration d’un revenu universel de 780 € par mois, baisse massive des impôts , abaissement de l’âge de départ à la retraite : les conséquences de ces mesures chiffrées à 120 Md€ (1) pourraient avoir de sérieux impacts pour l’économie italienne. La dette italienne, elle, atteint déjà 132 % du PIB et pourrait encore s’alourdir.

Le spread : un indicateur clé pour les investisseurs

Les marchés ont déjà tiré les leçons de cette situation instable. Pour s’en convaincre, il suffit de s’intéresser aux taux auxquels l’État italien s’endette à court terme. Les taux d’intérêt à court terme correspondent au rendement sur les titres d’État à 2 ans, par opposition aux taux d’intérêt à long terme sur 10 ans.

Plus la durée d’un emprunt d’État est longue, moins le taux augmente car on considère que le risque de défaut est limité sur les échéances les plus longues. De plus, les risques de taux (fluctuations des taux d’intérêt exposant le créancier à un risque de moins-value) ou d’inflation sont identiques. À l’inverse, ces différents facteurs peuvent conduire à une hausse des taux d’intérêt à court terme, particulièrement lorsque l’économie est sous tension. C’est ce qui s’est passé en Italie. Le taux auquel emprunte l’État italien sur 2 ans a augmenté de 30 points de base début juin, quand le taux sur 10 ans subissait une hausse de 12 points.(2)

Le spread italien (écart entre le taux italien et le taux allemand sur 10 ans) est scruté de près. Cet indicateur, qui mesure le niveau de confiance des investisseurs dans l'économie italienne, reflète davantage une perception qu'une lecture objective des fondamentaux de l'économie de la péninsule. Plus l’Italie apparaît comme une bombe à retardement aux yeux des investisseurs, plus ses voisins européens – à commencer par l’Allemagne – paraissent attractifs.

Les marchés rassurés… mais des attentes fortes

L’Italie a rassuré les marchés en affirmant qu’une sortie de l’euro n’était pas à l’ordre du jour. Néanmoins, les attentes demeurent fortes et les nouveaux dirigeants italiens vont devoir démontrer leur capacité à maîtriser la dépense publique.

La Banque centrale européenne (BCE) se veut optimiste. Même si elle reconnaît que les mesures protectionnistes annoncées par l’Italie sont à considérer avec sérieux, l’institution estime que la croissance dans la zone euro est solide. Elle écarte de fait toute possibilité de contagion entre l’Italie et les autres pays européens dans un avenir proche.(3) À suivre.

  • Le spread italien correspond à l’écart entre le taux italien et le taux allemand sur 10 ans.
  • Les taux d’emprunt de court terme se sont envolés, signe d’une confiance limitée des investisseurs.
  • Les dirigeants italiens sont toutefois parvenus à rassurer les marchés et la BCE se veut confiante.

Source: YouLoveWords.com

Crédit visuel : peshkov /iStock

DÉCOUVREZ L’OFFRE BOURSE FORTUNEO


  • 0 € de droits de garde et tenue de compte.
  • Des frais de courtage réduits *.
  • Des outils de trading en temps réel gratuits pour tous.
N°1 du classement indépendant des meilleures banques
Classement fondé sur les frais bancaires réellement payés et la satisfaction clients de 300 000 utilisateurs de l'app Bankin'. (Bankin', juin 2017)