Pour profiter de leur retraites, nos ainés sont de plus en plus nombreux à s’installer dans des résidences pour seniors, des ensembles immobiliers où poursuivre leur vie de manière indépendante, tout en profitant de nombreux équipements et de personnel de service et de santé. Une piste d'investissement à ne pas négliger !

Ne pas négliger l’environnement et les services

Les résidences pour seniors sont présentes dans toutes les régions. Alors qu’il en existait 380 à fin 2014, ce chiffre devrait atteindre le millier à fin 2020, soit un total potentiel de 80 000 logements. Profitant du vieillissement de la population, ces résidences pour seniors ont aujourd’hui le vent en poupe et cherchent à attirer une large clientèle, en proposant des services de qualité : salle de gym, piscine, salon de coiffure, restaurant de qualité, sans oublier la présence d'un cabinet médical.

Pour celui qui cherche à investir, le potentiel de ce marché n’empêche pas la prudence. Avant de se lancer, il est en effet capital de s’assurer de la viabilité du projet. Le premier réflexe consiste donc à prêter attention à l'environnement extérieur. Plus celle-ci sera proche des commerces, des moyens de transport et des équipements, plus elle attirera des locataires.
Il faut aussi préférer une ville où les résidences sont peu nombreuses, la demande sera d'autant plus forte. Jardins, espaces verts au sein de la résidence ont également leur importance pour leur qualité attractive.

Dans quelle résidence investir ?

Deux options s’offrent à vous : choisir une résidence terminée, ou opter pour une VEFA (Vente en état futur d’achèvement) avec des garanties : la garantie financière d'achèvement, les assurances des professionnels, des bureaux d'études et des architectes, ainsi que la garantie dommage ouvrage.

Il faut ensuite vérifier certains critères :

  • Recherchez des résidences avec plusieurs types de logements, du studio au 4 pièces, cela présentera un attrait supplémentaire.
  • Le taux de remplissage de la résidence, plus de 90 %, démontrera également un potentiel de location.
  • La capacité de l’établissement a aussi une importance : un minimum de 70 lits permet d'assurer un équilibre financier au gestionnaire de la résidence, et donc permet la maîtrise des charges de fonctionnement.

Du côté prix, comptez une moyenne de 250 000 € pour environ 80 m² et 180 000 € pour 50 m2, les charges mensuelles se situant généralement entre 140 et 180 €.

Les loyers moyens évoluent entre 550 et 1 000 € par mois, plus 200 € de charges pour un célibataire en studio. Les différentes options cumulées se montent environ à 800 € par mois. La plupart des résidences proposent désormais des options à la carte : repas, sport, coiffeur, soins, blanchisserie, etc…

Des règles à respecter…

L'achat se déroule de la même manière que pour un logement en copropriété classique et, vous bénéficierez au même titre d'avantages fiscaux sur votre investissement :

  • Une résidence BBC, bâtiment basse consommation, réglementation thermique, RT2012, ouvre droit selon la loi Pinel/Duflot à la déduction du montant de son imposition de 12, 18 ou 21 % du montant de votre investissement sur 6, 9 ou 12 années.
  • Vous devrez cependant louer votre bien nu durant un minimum de six années et la mise en location devra être effective dans les 12 mois qui suivent votre achat. Il existe un plafonnement de ressources et de loyers et si cet engagement de location n'est pas respecté vous perdrez ces incitations fiscales.

Une autre possibilité consiste à pratiquer la location meublée non professionnelle, avec un bail commercial entre vous et le gestionnaire de la résidence. Si vous louez votre bien au minimum 9 ans, vous pouvez bénéficier de la loi Censi-Bouvard qui se termine néanmoins fin 2016.

  • Vous bénéficierez sur 9 ans d'une réduction d'impôt de 11 % du prix de votre bien hors taxes et frais de notaire. Le plafond est fixé à 300 000 €.
  • Vous récupérerez la TVA à 20 % sur l'investissement mobilier et immobilier.

Source : YouLoveWords.com