Immobilier, actions, obligations : les meilleurs placements de 2018

Comment profiter du climat de reprise mondiale ?

La reprise mondiale recèle de nombreuses opportunités d’investissement. Immobilier, actions et obligations devraient évoluer sous des cieux favorables en 2018.

Immobilier : les prix orientés à la hausse

Chaque mois de janvier, une question taraude les investisseurs : cette année sera-t-elle l’année de l’éclatement de la bulle immobilière ? Comme tout marché, l’immobilier est cyclique. Cependant, difficile de se prononcer sur un éventuel krach immobilier.

  • D’un côté, il y a les Cassandre qui agitent le chiffon de la remontée des taux (qui pourrait avoir un effet sur la demande) ou qui s’inquiètent de valorisations qui s’envolent (à Paris, les prix immobiliers dépassent 9 000 € dans 12 arrondissements (1)).
  • De l’autre, il y a les optimistes qui rappellent que la conjonction astrale est plutôt favorable à l’immobilier. Après des arbitrages fiscaux qui vont dans le bon sens, les signaux sont encourageants y compris au plan mondial : prévisions de croissance en hausse (2) , ajustement des politiques monétaires très progressif, retour des investisseurs institutionnels sur le résidentiel (3)

Force est de constater que les analyses pessimistes rencontrent un écho limité. Les prix immobiliers devraient continuer à augmenter, notamment en Île-de-France. Les investisseurs devront donc se positionner rapidement sur les actifs les plus prisés (petites surfaces situées dans les quartiers universitaires et les grandes agglomérations, notamment) s’ils veulent profiter à plein de la reprise.

Actions : le ciel s’éclaircit, la prudence reste de mise

Les conditions semblent réunies pour que les marchés financiers évoluent favorablement en 2018. La reprise mondiale est amorcée par de nombreux pays y compris par les pays émergents.

  • Malgré le resserrement monétaire initié par les banques centrales, la liquidité est toujours abondante pour investir. La réduction très progressive des politiques de quantitative easing a un effet collatéral : le rendement des obligations ne va pas remonter immédiatement, ce qui est positif pour les actions.
  • Les marchés actions devraient continuer de bien se porter en 2018, avec des prévisions de croissance bien orientées et une réforme fiscale aux Etats-Unis très favorable aux entreprises.

Obligations : un risque obligataire pour 2018 ?

Le prochain krach obligataire est-il pour 2018 ? Rien n’est moins sûr. L’année qui s’ouvre va être particulièrement délicate pour les banques centrales :

  • D’un côté, les banques centrales vont pouvoir normaliser leurs politiques monétaires pour tenir compte du contexte macroéconomique favorable.
  • De l’autre, le retrait de leur soutien devra se faire en douceur pour éviter de déstabiliser l’économie.

Les banques centrales ont bien conscience de la situation et communiquent largement sur leurs anticipations. La gestion obligataire devrait offrir des opportunités, notamment en ce qui concerne la dette souveraine des pays périphériques en Europe et des pays émergents. Autre alternative, l’univers des obligations d’entreprise accessible avec des fonds tels que Candriam Patrimoine Obli-Inter.

Ce qu’il faut retenir

  • L’investissement immobilier reste attractif et ceux qui ont investi peuvent espérer une plus-value intéressante à la revente
  • Les marchés actions devraient bénéficier de la reprise mondiale
  • La normalisation des politiques monétaires devrait se faire progressivement, laissant ouvertes de nombreuses opportunités en matière de gestion obligataire

Source: YouLoveWords.com

Crédit visuel : Ivan-balvan /iStock

On vous conseille aussi...

 
 
 
 
 
 

Pourquoi le moral des investisseurs est-il au plus haut ?

Existe-t-il un risque de bulle immobilière en France ?

Faut-il investir dans les fonds indiciels ?

N°1 du classement indépendant des meilleures banques
Classement fondé sur les frais bancaires réellement payés et la satisfaction clients de 300 000 utilisateurs de l'app Bankin'. (Bankin', juin 2017)