Idée reçue 1 : L'assurance-vie, cela sert seulement en cas de décès.

FAUX ! Si elle présente des avantages en cas de décès, l'assurance-vie permet avant tout de préparer un ou plusieurs projets pour en profiter de son vivant.

Plus de détails

Idée reçue 2 : L'assurance-vie bloque mon argent pendant 8 ans.

FAUX ! Si l'assurance-vie est bien un placement à long terme, il est possible pour l’assuré de disposer de son capital dès qu'il le souhaite. En revanche, la date à laquelle interviennent les rachats partiels ou le rachat total du contrat (c’est-à-dire le retrait d’une partie ou de la totalité de la valeur du contrat), a une incidence sur la fiscalité appliquée aux intérêts et plus-values perçus.

Plus de détails

Idée reçue 3 : Si je débloque mon argent avant 8 ans, mes intérêts partent aux impôts.

FAUX ! Dans le cas d'un rachat partiel (c’est-à-dire le retrait d’une partie de la valeur du contrat) effectué avant la huitième année du contrat, seulement une partie des intérêts est soumise au prélèvement forfaitaire libératoire (PFL) ou au barème progressif de l'impôt sur le revenu.

Plus de détails

Idée reçue 4 : L'assurance-vie n'est pas faite pour les enfants.

FAUX ! Il n'existe pas d'âge minimum pour être titulaire d’un contrat d'assurance-vie. Au contraire, il est important pour les parents de "prendre date" et d'ouvrir un contrat à son enfant le plus tôt possible.

Plus de détails

Idée reçue 5 : Je ne peux plus souscrire de contrat d'assurance-vie si je suis trop âgé.

FAUX ! Légalement, il n'existe pas de limite d'âge pour souscrire un contrat d'assurance-vie. Pour autant, certaines règles diffèrent pour les plus de 70 ans, et imposent donc certaines précautions.

Plus de détails

Idée reçue 6 : L'assurance-vie, ce n'est que pour les gens aisés.

FAUX ! L'assurance-vie permet à chacun de se constituer son capital à son rythme et suivant ses moyens, et ainsi d’en disposer le moment venu.

Plus de détails

Idée reçue 7 : L'assurance-vie, c'est un placement qui ne rapporte rien.

FAUX ! L'assurance-vie rapporte plus que d'autres produits d'épargne, notamment que les traditionnels livrets. Et au-delà, son intérêt ne réside pas uniquement dans la hauteur de ses rendements.

Plus de détails

Idée reçue 8 : L'assurance-vie, ce n'est intéressant qu'à long terme.

FAUX ! Contrairement aux idées reçues, l'assurance-vie n'est pas intéressante qu'à long terme ! Sa fiscalité et ses rendements demeurent avantageux même avant le huitième anniversaire du contrat.

Plus de détails

Idée reçue 9 : L'assurance-vie, c'est un placement trop risqué.

FAUX ! L'assurance-vie propose plusieurs formules qui permettent de moduler le risque en fonction des objectifs, des priorités et de la sensibilité de chaque assuré.

Plus de détails

Idée reçue 10 : L'assurance-vie n'est intéressante que jusqu'à 152 500 €.

FAUX ! Cette limite correspond simplement au seuil jusqu'auquel les bénéficiaires peuvent être exonérés des droits de succession sur la transmission du capital, en cas de décès de l’assuré. Néanmoins, ce seuil évolue en fonction du nombre de bénéficiaires et de l’âge de l’assuré.

Plus de détails

Idée reçue 11 : Tous les contrats d'assurance-vie se valent.

FAUX ! En fonction de l’assureur, les conditions, les frais ou la performance peuvent varier.

Plus de détails

Idée reçue 12 : Je ne peux souscrire qu'un seul contrat d'assurance-vie.

FAUX ! La loi autorise la souscription de plusieurs contrats d'assurance-vie au nom d'un même assuré.

Plus de détails

Idée reçue 13 : L'assurance-vie comporte plein de frais cachés.

FAUX ! Le législateur oblige contractuellement l'assureur à indiquer clairement, et de manière tout à fait transparente, tous les frais afférents à la souscription et la gestion d'un contrat d'assurance-vie.

Plus de détails

Idée reçue 14 : Il est inutile de souscrire un contrat d'assurance-vie au profit de mon conjoint.

FAUX ! Depuis quelques années, si la loi exonère les droits de succession, il peut toujours être intéressant d'indiquer son conjoint comme bénéficiaire d'un contrat d'assurance-vie.

Plus de détails

Idée reçue 15 : Une fois le contrat signé, je ne peux plus changer de bénéficiaire.

FAUX ! Le souscripteur peut à tout moment et sans limitation du nombre de fois, modifier le(s) bénéficiaire(s) de son contrat, sauf acceptation du bénéficiaire et de l’assuré.

Plus de détails