Expatriation : dois-je conserver mes comptes bancaires en France ?

Expatriation : dois-je conserver mes comptes bancaires en France ?

Avant de quitter le sol français pour quelques mois ou de longues années, les expatriés s’interrogent souvent sur le fait de garder leur compte bancaire ouvert dans l’Hexagone ou non. Une question qui en amène d’autres…

Pourquoi conserver ses comptes bancaires en France quand on est expatrié ?

Quel est l’intérêt de garder un compte bancaire en France ?

Les motifs d’expatriation sont nombreux : mutation professionnelle, études à l’étranger, retraite passée dans un autre pays, regroupement familial, envie de changer d’horizon, etc. Dans la plupart des cas, les expatriés savent quand ils partent mais ne savent pas quand ou s’ils reviendront en France, d’où le fait de se demander s’il est réellement utile et judicieux de conserver un compte bancaire dans leur pays d’origine. la réponse est souvent oui.

Dans un premier temps, le fait de garder votre compte bancaire ouvert en France vous permet de ne pas vous retrouver sans carte ou sans moyen de paiement pendant vos débuts dans votre nouveau pays de résidence : c’est un fait, l’ouverture d’un compte bancaire, où que vous déménagez, peut prendre du temps, avec une procédure stricte à respecter et des documents précis à transmettre. C’est particulièrement intéressant si vous vous expatriez dans l’Union Européenne puisque les opérations bancaires réalisées dans la zone euro ne font pas l'objet de frais supplémentaires/additionnels (Pensez à bien vérifier ce point dans la brochure tarifaire de votre établissement bancaire). Les retraits et les paiements avec votre carte bancaire française bénéficieront de la même tarification dans un pays de la zone euro qu'en France.

Au-delà de faciliter la phase de transition entre votre ancienne et votre nouvelle vie, le fait de conserver votre compte bancaire ouvert en France vous permet également :

  • De continuer à régler simplement certaines factures dues en France (électricité, impôts, etc.) ;
  • De rembourser un emprunt immobilier, s’il est encore en cours ;
  • D’encaisser des chèques endossables en France ou en Europe ;
  • De régler des achats par Internet où que vous soyez ;
  • De réaliser facilement des virements vers des comptes français ;
  • Etc.

Par ailleurs, et cela n’est pas négligeable, le fait de disposer d’un compte bancaire français vous permet de régler aisément des dépenses lorsque vous revenez sur le territoire français, que ce soit de façon temporaire ou permanente. En somme, vous l’aurez compris, il y a de nombreux avantages à garder un compte ouvert en France, à court comme à moyen et long terme.

Par contre, gardez en tête que des frais vous seront sûrement facturés pour garder votre compte ouvert en fonction de votre banque, d’où l’importance de vous renseigner auprès de votre banque avant le départ pour faire le point sur le sujet et éventuellement comparer plusieurs offres bancaires différentes.

Qu’est-ce qui change avec le statut d’expatrié ?

Il faut savoir que, si vous décidez de conserver votre compte bancaire français tout en résidant à l’étranger, vous devez en informer votre banque (ainsi que l’administration fiscale française). Votre statut change, et vos droits également. Concrètement, si votre résidence principale, votre activité professionnelle principale et vos intérêts économiques se trouvent hors de France, vous devenez alors ce que l’on appelle un non-résident fiscal français. (1)

À ce titre, pendant toute la durée de votre séjour à l’étranger, vous pouvez conserver votre compte bancaire courant, vos actions, vos obligations, votre Livret A et vos contrats d’assurance-vie mais aussi votre Plan Epargne Logement (PEL) et, parfois, votre PEA. Pour ce dernier, cela ne fonctionne pas si vous résidez dans un Etat ou territoire dit non-coopératif. (2)

En revanche, en tant que non-résident fiscal français, vous ne pourrez pas conserver votre Livret d’épargne populaire (LEP), votre Livret de Développement Durable et Solidaire (LDDS) ni votre Livret Jeune. En résidant à l’étranger, vos possibilités en matière d’épargne sont donc réduites.

Que faire lors de mon retour en France ?

Si vous avez conservé un compte bancaire en France tout au long de votre séjour à l’étranger, vous devez de nouveau prévenir votre établissement bancaire (et l’administration fiscale française, encore une fois) de votre retour afin d’actualiser votre situation. Si vous avez décidé de fermer votre compte bancaire français pendant votre expatriation, vous devrez repasser par l’étape de l’ouverture de compte en transmettant à l’établissement concerné plusieurs pièces justificatives, qui varient en fonction de votre établissement bancaire.

Quelles que soient les modalités de votre retour, vous avez également l’obligation de déclarer chacun de vos comptes détenus à l’étranger, qu’ils soient ouverts ou clos. En cas de non-respect de cette procédure, vous vous exposez à une lourde contravention.

Les informations transmises dans cet article ont un caractère purement informatif et ne sauraient être considérées comme un conseil délivré par Fortuneo (juridique, fiscal, investissement ou autre).

Source: Jellyfish, Avril 2021

Crédit visuel : Caiaimage/Agnieszka Olek; Gettyimages

On vous conseille aussi...

 
 
 
 
 
 

Comment aider ses enfants à acheter un bien immobilier ?

Immobilier locatif : investir dans l’ancien, est-ce intéressant ?

6 bonnes raisons d'investir dans l'immobilier

Découvrez l'offre banque en ligne Fortuneo.

Vos opérations courantes en ligne sont gratuites*

  • Pour l’ouverture, la tenue et la clôture de compte.
  • Cartes bancaires * , chéquiers, bordereaux de remise de chèques **, virements et prélèvements SEPA **.
  • Paiements et retraits illimités dans toute la zone euro - dans la limite des plafonds de la carte bancaire.
Découvrir notre offre
Fortuneo désignée Banque la moins chère
Pour les profils « jeune », « employé », « cadre », « cadre supérieur », « commerçant » et « chef d’entreprise ». (Capital/Panorabanque.com, n°1 ex-aequo, septembre 2020)