Depuis bientôt une centaine d'années, l'impôt sur le revenu est régulièrement dans les conversations de tous les foyers. Chaque gouvernement y va de sa réforme ou de son nouveau mode de calcul. Mais en fin de compte, comment est utilisé l'argent des impôts ?

Foyers fiscaux, défiscalisation, recettes : l’impôt sur le revenu en chiffres

Tout le monde n'est pas concerné par l’impôt sur le revenu, car celui-ci dépend en priorité du revenu annuel, mais aussi de la situation familiale, et des investissements. :

  • Le nombre de foyers imposés est d'environ 50 %, sur un total des 37 millions de foyers fiscaux.

  • Les possibilités de défiscalisation sont très nombreuses : il existe ainsi plus de 400 niches fiscales en France. Pour en découvrir les principales, consultez notre infographie dédiée à ce sujet.

Ces chiffres varient d'une année à l'autre, en fonction des nouvelles décisions des gouvernements mais aussi des changements de vie (mariage, divorce, enfants…) et des changements professionnels.

Pourtant, les montants encaissés par l’État représentent pour ce seul impôt quasiment un quart de l’ensemble de ses recettes. Dans la loi de Finances 2016, le gouvernement prévoit une rentrée de 72,3 milliards d'euros pour cet impôt sur le revenu.

Mais à quoi sert cette somme dans les caisses de l’État ?

Un impôt national pour les dépenses nationales

L'argent de l'impôt sur le revenu va rejoindre les sommes récoltées par l’État pour alimenter le budget de fonctionnement des activités du pays relevant directement de sa compétence : Education nationale, santé, retraites, défense, charge de la dette, etc.

En revanche, si l’impôt sur le revenu contribue à une très large diversité d’actions, il ne finance pas pour autant l’intégralité des actions relevant de la compétence de collectivités locales disposant d’une fiscalité propre. Si ces collectivités reçoivent des dotations de l’État, leur principale marge de manœuvre est due à leur propre fiscalité : taxe d’habitation, taxe foncière, taxe sur les ordures ménagères, etc.

La répartition des dépenses de l’État en 2016

Les postes principaux de dépenses de l’État sont constitués par :

  • Les pensions, l'éducation, et le transfert aux collectivités territoriales, qui représentent chacun un budget prévu de près de 50 milliards d'euros.
  • Suit de très près la charge de la dette, avec environ 44,5 milliards d'euros.

L’État prend également en charge la défense (31,7 milliards), la recherche et l'enseignement supérieur (25,6 milliards), et verse une contribution à l'Union Européenne pour 21,5 milliards en 2016. De nombreux autres postes existent, les anciens combattants, l'agriculture, l'écologie, les régimes sociaux et de retraites, le travail et l'emploi, la diplomatie, l'immigration, l'Outre-Mer. Tout cela pour un budget global de 373 milliards d'euros.

--

Malgré les évolutions des tranches, des barèmes ainsi que le fameux projet de prélèvement à la source, le débat sur l'impôt en France n'est pas près de s'éteindre. En effet, en face d'un budget prévisionnel de 373 milliards d'euros pour l'année 2016, les rentrées fiscales du pays sont établies à 300 milliards. Un simple calcul suffit à déceler un déficit budgétaire de 73 milliards, soit l'équivalent exact de votre impôt sur le revenu…

Source : YouLoveWords.com