Qu’est-ce qu’un OPCVM ?

Qu’est-ce qu’un OPCVM ?

Que cache l’acronyme OPCVM ? Organisme de Placement Collectif en Valeurs Mobilières, cela ne doit pas vous aider davantage. Il s’agit de produits financiers dans lesquels vous pouvez investir votre épargne. Il en existe une grande variété avec des profils d’investisseurs plus ou moins risqués.

Vous êtes à la recherche de rendement et dans le contexte actuel, votre livret A, LDDS ou encore le fonds euro de votre assurance-vie ne parviennent pas à répondre à vos attentes. Il est peut-être temps de s’intéresser aux OPCVM.

ce que vous devez savoir sur les OPCVM

Le principe des OPCVM


Derrière ce mystérieux acronyme, l’investissement dans des OPCVM vous permet d’accéder aux marchés financiers mais de manière indirecte. Concrètement en investissant votre épargne dans un OPCVM, vous acquérez aux côtés d’autres investisseurs des parts ou des titres de l’OPCVM. Le gestionnaire de l’organisme, c’est-à-dire une société de gestion agréée, investit les souscriptions des épargnants sur les marchés financiers en achetant et vendant des actifs financiers comme des actions ou des obligations.

L’OPCVM n’est pas coté en bourse et sa valeur est égale au montant de son portefeuille (c’est-à-dire à la somme des actions et obligations qu’il détient) et est calculée quotidiennement après la fermeture des marchés. Par ailleurs, il existe deux grandes familles d’OPCVM avec des modes de fonctionnement et d’organisation distincts :

  • Les Sicav : Société d’investissement à capital variable

  • Les FCP : les Fonds Communs de Placement

Un outil de diversification de son portefeuille


La règle d’or de l’épargnant est de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier pour réduire les risques de ses investissements. Ce même principe s’applique aux OPCVM qui sont investis sur plusieurs actifs (entre quelques dizaines à plusieurs centaines de titres) et constituent dès lors un portefeuille diversifié.

Tous les OPCVM ne présentent pas la même stratégie d’investissement, certains s’avèrent plus offensifs que d’autres. Avant d’investir sur ce support, il est primordial de connaître votre profil d’investisseur en définissant, notamment, votre aversion au risque et votre horizon de placement.

Le niveau de risque de l’OPCVM dépend de plusieurs facteurs tels que l’exposition géographique, les secteurs d’investissement (santé, énergie, etc.) ainsi que les classes d’actifs composant son portefeuille (monétaires, actions, obligations). Par exemple, l’exposition aux actions est généralement plus risquée que sur les obligations en contrepartie d’une espérance de rendement plus élevée sur un horizon d’investissement long.

Ainsi, l’Autorité des marchés financiers (AMF) distingue 6 catégories d’OPCVM (1):

  • OPCVM actions qui présentent en permanence une exposition minimale de 60% sur les marchés actions.

  • OPCVM obligations qui évoluent en fonction des taux d'intérêt.

  • OPCVM monétaires qui suivent un indice du marché monétaire. En contrepartie d'une espérance de gain limitée, ils peuvent comporter des risques de perte plus limités

  • OPCVM alternatifs qui sont investis à plus de 10 % dans d'autres OPCVM mettant en oeuvre des stratégies dites «alternatives», c’est-à-dire qu’elles ne suivent pas les indices de marché.

  • OPCVM fonds à formule qui ont pour objectif d'offrir une performance conditionnelle définie en fonction de l'évolution des indices boursiers.

  • OPCVM diversifiés qui regroupent les fonds qui ne relèvent d'aucune autre catégorie et qui offre un niveau de risque moindre.

A savoir : les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Quels sont les frais sur les OPCVM ?


Les OPCVM sont soumis à des frais de plusieurs natures qui peuvent réduire le rendement de vos parts. La nature des frais et leurs montants sont obligatoirement indiqués dans la documentation de l’OPCVM.

L’Autorité des marchés financiers a répertorié 3 grandes catégories de frais (3) dont l’impact sur le rendement global n’est pas négligeable :

  • Les frais d’entrée : en achetant des parts d’OPCVM, l’épargnant doit régler des frais compris en général entre 0 et 5 % du capital investi.

  • Les frais courants qui comprennent les frais de gestion : ils sont appliqués sur le rendement de vos parts. Certains OPCVM appliquent également des commissions de surperformance.

  • Les frais selon les enveloppes : dans le cas où vos parts sont placées, par exemple, sur un contrat d’assurance-vie, des frais de gestion additionnels s’appliquent. Selon l’AMF, ils s’élèveraient en moyenne à 0,8 % déduit du capital investi après application des autres frais.

Source: Webedia, septembre 2019.

Crédit visuel : Westend61, Gettyimages.

On vous conseille aussi...

DÉCOUVREZ L’OFFRE BOURSE FORTUNEO


  • 0 € de droits de garde et tenue de compte.
  • Des frais de courtage réduits *.
  • Des outils de trading en temps réel gratuits pour tous.
Fortuneo désignée Banque la moins chère
Pour les profils « jeune », « employé », « cadre », « cadre supérieur », « commerçant » et « chef d’entreprise ». (Capital/Panorabanque.com, n°1 ex-aequo, septembre 2020)