L’investissement responsable devient-il la norme ?

L’investissement responsable devient-il la norme ?

De plus en plus d’épargnants cherchent à donner du sens à leurs investissements. Ils peuvent le faire en se tournant vers l’investissement responsable, qui s’impose un peu plus année après année.

L’investissement responsable séduit de plus en plus d’investisseurs.

L’investissement responsable, un type d’investissement très particulier

Contrairement à l’investissement traditionnel, qui est basé principalement sur l’étude de critères financiers, l’investissement responsable, lui, prend également en compte des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (dits critères ESG). Ces critères extra-financiers guident les décisions d’investissement et la gestion du fonds, pour permettre à l’investisseur de donner du sens à son épargne et à investir dans des entreprises respectueuses de l’environnement et de la société.

En d’autres termes, l’investissement responsable cherche à concilier au mieux performances économiques et impact environnement et/ou social. Et en pratique?

Historiquement initié par le rapport Bruntland publié par les Nations Unies en 1987, l’investissement responsable peut prendre plusieurs formes :

  • Les fonds socialement responsables ou de développement durable sont des fonds qui associent critères sociaux et environnementaux et critères financiers pour évaluer et sélectionner les entreprises les plus performantes du point de vue du développement durable ;

  • Les fonds d’exclusion, aussi appelés placements éthiques sont des fonds qui excluent certains secteurs d’activité (armement, tabac, jeu, nucléaire…) pour des raisons morales.

A noter : un fonds peut mixer plusieurs approches, en appliquant par exemple un premier filtre d’exclusion sur des secteurs controversés puis en opérant une sélection sur des les entreprises plus performantes du point de vue du développement durable.

Un type d’investissement en forte progression

Près de 6 Français sur 10 estiment que la protection de l’environnement est un sujet prioritaire en matière d’investissement à l’heure actuelle(1). Ils sont tout aussi nombreux à souhaiter que les enjeux de développement durable soient obligatoirement inclus dans les produits d’épargne. Un souhait qui devient réalité année après année grâce au développement de l’investissement responsable.

Ce type d’investissement s’ancre de plus en plus dans le portefeuille des investisseurs et montre que l’on se dirige doucement vers une finance durable et même solidaire, dans l’Hexagone comme dans l’ensemble de l’Europe. En 2018, la Commission européenne a ainsi annoncé la mise en place du plan d’action de la Commission européenne sur la finance durable, qui entend soutenir les actions en matière de climat et de développement durable.

En France, sur l’année 2019, les encours de l’investissement responsable ont augmenté de 32% pour atteindre plus de 1 861 milliard d’euros contre 1 458 milliard d’euros en 2018, selon des données publiées par l’Association française de la gestion financière (AFG)(2).

Pour autant, il convient de préciser que l’investissement responsable n’est pas encore la norme en France. Environ un seul épargnant sur cinq déclare à ce jour avoir investi dans ce type de placement, essentiellement par manque d’information sur le sujet(2). Pour le moment, les investissements responsables sont essentiellement réalisés par des investisseurs institutionnels. Mais la part des particuliers progresse chaque année.

Les clés pour miser sur l’investissement responsable

Il existe plusieurs labels qui permettent aux investisseurs d’identifier plus facilement les placements responsables disponibles. Et surtout, ces différents labels garantissent le caractère engagé et éthique de ces investissements en s’assurant qu’ils respectent bien les critères ESG. Quels sont-ils, vous interrogez-vous ?

Le label ISR, cité plus haut, est le plus renommé en France. Le label Greenfin, destiné aux fonds d’investissement finançant la transition écologique, le label Finansol, qui labellise des produits à forte utilité sociale et/ou environnementale, sont également à connaître.

A noter : La majorité des supports durables ne sont pas labellisés. Le label peut être considéré comme un gage de qualité et de respect de la démarche ESG mais de nombreux autres supports intègrent ces dimensions environnementales, sociales et de gouvernance.

Mais alors, quels sont les risques ?

A l’image des fonds traditionnels, ce type d’investissement présente des risques de perte en capital et le rendement des fonds n’est pas garanti. Il est donc important de bien se renseigner avant de se lancer et d’adopter une stratégie d’investissement prudente en définissant le niveau de risque auquel l’investisseur est prêt à se confronter. Enfin il existe des risques imprévisibles, souvent liés à des évènements géopolitiques majeurs ou parfois des désastres naturels qui viennent ainsi perturber les marchés financiers dans leur globalité.

Source: Webedia, Septembre 2020.

Crédit visuel : Mint Images, Gettyimages.

On vous conseille aussi...

 
 
 
 
 
 

Faut-il investir dans des turbos ?

Comment investir dans des turbos ?

5 choses à savoir sur les turbos

DÉCOUVREZ L’OFFRE BOURSE FORTUNEO


  • 0 € de droits de garde et tenue de compte.
  • Des frais de courtage réduits *.
  • Des outils de trading en temps réel gratuits pour tous.
Fortuneo désignée Banque la moins chère
Pour les profils « jeune », « employé », « cadre », « cadre supérieur », « commerçant » et « chef d’entreprise ». (Capital/Panorabanque.com, n°1 ex-aequo, septembre 2020)