Fonds en euros, de quoi sont-ils composés ?

L’assurance-vie est un investissement largement plébiscité par les Français. En 2021, selon des chiffres de la Fédération française de l’assurance (FFA), ce produit ne comptait pas moins de 38 millions de bénéficiaires dans l’Hexagone et 18 millions de détenteurs(1). Les détenteurs d’une assurance-vie peuvent investir dans deux types de supports : les fonds en euros et les unités de compte. Découvrez de quoi sont composés les fonds euros pour mieux comprendre.

Les unités de compte et les fonds en euros présentent un risque de perte en capital.

Composition fonds en euros

Le fonds en euros de l’assurance-vie, qu’est-ce que c’est ?

Au moment d’investir dans un contrat d’assurance-vie, tout assuré doit faire un choix entre deux types de contrats : ceux dits « monosupports » ou ceux dits « multisupports ». Ces derniers associent fonds en euros et unités de compte (UC) qui présentent un risque de perte en capital. Actuellement, on estime qu’environ 61% des encours investis le sont en fonds en euros(2), et la part des unités de compte augmente chaque année.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Le fonds en euros s’adresse aux investisseurs qui souhaitent limiter le risque de leur investissement. En effet, dans le cadre des contrats proposants des fonds en euros nets de frais de gestion, votre capital est garanti. Ccertains fonds en euros comportent une garantie totale du capital net investi tandis que pour d'autres la garantie est partielle. Toutefois, la garantie reste partielle puisqu'elle dépend des frais annuels de gestion. Dans le contexte actuel de taux bas, où les rendements des fonds euros ont tendance à baisser, se pose dorénavant la question de la réorientation des encours.

Enfin, de manière générale, l’assuré peut procéder à un rachat à tout moment(3). Néanmoins, la fiscalité de l'assurance-vie est avantageuse au-delà de la 8ème année(4).

Les différents fonds en euros qui existent

On distingue cinq principales familles de fonds en euros :

  • Les fonds en euros obligataires sont composés en large majorité d’obligations d’Etat et/ou d’entreprises peu risquées qui génèrent des intérêts. La fraction restante est éventuellement placée sur d’autres types d’actifs destinés à accroître la rentabilité générale. Il en résulte que le niveau des taux obligataires est déterminant pour nourrir le rendement financier de ces fonds en euros.

  • Les fonds en euros opportunistes misent, de leur côté, sur la diversification afin de booster les bénéfices de l'investissement grâce à des actifs potentiellement plus rémunérateurs. Leur composition évolue selon les opportunités décelées par l’assureur. Ils peuvent être composés, entre autres, d’obligations, d’actions ou de parts de fonds immobiliers. Pour pouvoir investir sur ce type de fonds, il peut être exigé qu'une partie de votre versement soit affectée à des unités de compte non garanties en capital. En marge de cela, tous les fonds en euros sont soumis à des conditions d'investissement. En somme, vous êtes souvent amené à investir sur des supports en UC : le risque de perte en capital est réel mais le gain est potentiel.

  • Les fonds en euros dynamiques se démarquent par le fait qu’au moins 70% de l’investissement est composé d’obligations et d’actifs non risqués qui génèrent des intérêts tandis que 30% maximum sera dédié aux fonds actions. Par ailleurs, la poche de diversification est revue à la baisse si les marchés boursiers affichent une moindre performance. L’accès à ces supports est également en général soumis à des contraintes d’investissement sur des unités de comptes non garanties en capital.

  • Les fonds en euros immobiliers, comme leur nom l’indique, ont une composition à dominante immobilière. L’argent est placé sur des supports immobiliers (SCPI, OPCI, immobilier en direct) qui peuvent profiter de rendements supérieurs aux fonds en euros classiques. Attention, des contraintes d’investissement sont à prévoir (investissement plafonné, quote-part en unités de compte non garanties en capital exigée, etc.) et une pénalité en cas de sortie prématurée peut être incluse.

  • Les fonds euro-croissance, enfin, permettent aux gestionnaires de fonds de disposer de plus de marge de manœuvre que sur un fonds en euros classique en investissant une partie (jusqu’à 20% maximum) de l’épargne sur des actifs plus risqués pour espérer obtenir un rendement supérieur. La grande différence avec le fonds en euro classique repose sur le fait que le capital n’est pas garanti à tout moment, mais seulement au terme du contrat, dont l’échéance est fixée à au moins huit ans.

Pour rappel, les supports en unités de compte ne garantissent pas le capital versé et sont soumis aux fluctuations des marchés financiers à la hausse comme à la baisse.

Quel taux de rendement pour les fonds en euros ?

Chaque début d’année, les assureurs annoncent le taux de rendement qu’ils vont servir, au titre de l’année écoulée, aux investisseurs dans leurs différents contrats. Ce taux, qui varie notamment en fonction des rendements potentiels du fonds lui-même et qui change donc selon les assureurs et les contrats. En cela, le rendement du fonds en euros peut largement varier d’un contrat à l’autre mais également d’une année sur l’autre.

Les rendements passées ne préjugent pas des rendements futurs.

Source: Webedia, septembre 2019.

Crédit visuel : Nicolas Hansen, Gettyimages.

On vous conseille aussi...

Décès que devient le compte bancaire du défunt ?

Banque

Décès, que devient le compte bancaire du défunt ?

comprendre les critères ESG

Tendances financières

Comprendre les critères ESG

transmission et avantages de l'assurance-vie

Assurance-vie

Transmission : avez-vous pensé aux avantages de l'assurance-vie ?


(1) Données France Assureurs en 2022 : https://www.franceassureurs.fr/nos-positions/lassurance-qui-finance/assurance-vie-solution-epargne-financement-economie-productive/

(2) Données France Assureurs en 2022 : https://www.franceassureurs.fr/espace-presse/communiques-de-presse/chiffres-assurance-vie-mars-trimestre1-2022/

(3) Hors cas spécifiques tels que le nantissement et l’acceptation de bénéficiaire.

(4) Fiscalité en vigueur au 01/01/2022 (susceptible d'évolutions)

Document publicitaire dépourvu de valeur contractuelle.