Placements : bilan 2018 et perspectives 2019

Pour les épargnants, la fin d’année est traditionnellement consacrée à la maximisation des avantages fiscaux en vigueur. C’est également l’occasion de faire le point sur leur choix d’investissements de l’année qui vient de s’écouler. A quoi ressemblera 2019 en termes de placements ? Faut-il tout miser sur une seule classe d’actifs ou, au contraire, jouer la carte de la diversification ? Le bilan de l’année écoulée est l’occasion d’ébaucher les perspectives 2019.

Immobilier : contraction en vue ?

La hausse du prix de la pierre a été au rendez-vous en 2018, avec une envolée de 16,5 % depuis 2016, et de 4,6 % depuis janvier à Paris. Les capitales régionales ont également connu une flambée des prix avec +9 % en moyenne depuis 2016 à Lyon, Marseille, Lille et Bordeaux1.

L’augmentation du prix au mètre carré est toutefois en train de s’essouffler, en raison notamment de l’ajustement progressif des politiques monétaires. Les vendeurs avaient la possibilité d’augmenter leur prix de vente tant que les acquéreurs potentiels pouvaient se financer grâce à des taux d’intérêt historiquement bas. Or, la remontée des taux directeurs s’accélère aux États-Unis et pointe en Europe.

Va-t-on vers une stabilisation de la grille des prix immobiliers en 2019 ?

Pas nécessairement, car les taux d’emprunt demeurent très attractifs mais pourraient ne pas le rester.

De plus, chaque opportunité doit être examinée avec le plus grand soin. Le volume de transactions a atteint des sommets ces dernières années. Conséquence, les pépites se font plus rares.

Dernier facteur à prendre en compte avec une éventuelle acquisition, le contexte électoral : les municipales de 2020 devraient traditionnellement conduire à un ralentissement des permis de construire et se solder par une offre en retrait dans le neuf.

Actions : vers un retour à la normale

Du côté de la bourse, l’an dernier, les analystes avaient tablé sur des prévisions de croissance positives et une réforme fiscale aux États-Unis très favorable aux entreprises. Là encore, ces prévisions se sont vérifiées avec une croissance qui a atteint 3,5 % en rythme annuel au troisième trimestre outre-Atlantique. Les marchés financiers en ont largement bénéficié.

Malgré tout, les marchés devraient se montrer volatiles en 2019, compte-tenu des tensions commerciales entre la Chine et les États-Unis et des corrections à venir au vu de la survalorisation des marchés, en particulier américains. Autre facteur de volatilité, la recherche par les investisseurs d’une prime de risque plus élevée avec pour toile de fond la remontée des taux obligataires.

La bourse présente donc encore de belles perspectives de rentabilité en 2019, mais les investisseurs devront profiter des phases de rebond pour effectuer leurs prises de bénéfices. Diversifier son portefeuille pourrait par ailleurs s’avérer intéressant pour saisir toutes les opportunités qui se présentent.

Obligations et fonds euros : hausse des taux d’intérêt en vue

De nombreux analystes avaient noté que les banques centrales allaient pouvoir normaliser leurs politiques monétaires en 2018. Les quatre hausses de taux qui se sont succédé aux États-Unis ont confirmé le pronostic.

La hausse des rendements obligataires devrait accompagner la remontée des taux, mais il faudra attendre quelques années avant que l’effet sur la performance des fonds en euros ne se fasse sentir.

Ce tour d’horizon des placements obligataires ne serait pas complet sans évoquer les obligations corporate libellées en euros. Toujours stimulées par la politique monétaire de la Banque centrale européenne, la faible fréquence des faillites et l’appétit des investisseurs, elles peuvent constituer une poche intéressante de diversification d’un portefeuille.

Ce qu'il faut retenir

  • La remontée très progressive des taux d’intérêt devrait accompagner une stabilisation des prix immobiliers en 2019.

  • Les marchés devraient se montrer volatiles en 2019, incitant les investisseurs à profiter des phases de rebond pour effectuer leurs prises de bénéfices.

  • La hausse des rendements obligataires devrait accompagner la remontée des taux, avec un impact à moyen terme sur la performance de la poche obligataire des fonds en euros.

Source : YouLoveWords.com

Crédit photo : Pinkypills

On vous conseille aussi...

 
 
 
 
 
 

Immobilier, actions, obligations : les meilleurs placements de 2018

Bourse : les bons réflexes face à la volatilité des marchés

Votre portefeuille est-il à l'abri de l'inflation ?

DÉCOUVREZ L’ASSURANCE-VIE FORTUNEO VIE *

Des frais réduits


0

  • 0 € de frais d'entrée et de sortie.
  • 0 € de frais sur versements.
  • 0 € de frais pour les arbitrages en ligne. 28 € pour les autres types d'arbitrage y compris options de gestion **.

Hors frais spécifiques aux SCPI, SCI, OPCI et ETF.

Pour les autres frais, consulter la notice du contrat Fortuneo Vie

Fortuneo désignée Banque la moins chère en 2019
Pour le profil cadre supérieur avec une carte World Elite (Challenges/Meilleurebanque.com, janvier 2019).