Intérêts composés : la capitalisation des intérêts au service de votre épargne

Intérêts composés : la capitalisation des intérêts au service de votre épargne

Vous avez entendu parler des intérêts composés, mais vous ne savez pas si c'est fait pour vous ? C'est très simple. Vous épargnez pour votre retraite ? Félicitations : vous prenez votre avenir en main ! Alors, si vous voulez booster la rentabilité de vos placements, les intérêts composés peuvent être un précieux allié.

Les intérêts composés, comment ça marche ?


D’accord, mais de quoi s'agit-il exactement ? Bonne question... on reprend tout depuis le début. Vous connaissez le principe de l'épargne ? Vous placez de l'argent tous les mois sur un compte dédié. La banque vous verse des intérêts selon un taux défini au moment de la souscription mais cependant non garanti pour la durée du contrat. Par exemple, certains livrets de banque offrent une rentabilité de 1 % à 3 %. Mais certains investissements plus risqués peuvent offrir une performance bien meilleure !

Les supports en unités de compte présentent un risque de perte en capital. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Année après année, le produit de ces intérêts vient gonfler votre capital... Puisque celui-ci devient de plus en plus important, l'argent généré par les intérêts augmente lui aussi. C'est mécanique ! Plus votre capital augmente, plus les intérêts augmentent, et ainsi de suite. Un vrai cercle vertueux.

Les intérêts composés fonctionnent exactement selon ce même mécanisme. Facile, non ? S'ils peuvent être un bon moyen de mieux rentabiliser votre capital, il est important de respecter quelques règles simples pour en tirer profit au maximum.

Intérêts composés : comment calculer les intérêts ?


Prenons un petit exemple pour illustrer ce mécanisme, si vous le voulez bien. Votre patron a décidé de vous accorder une prime de 1 000 euros pour vous récompenser pour votre travail. Bravo, vous êtes un employé exemplaire !

Prenons un exemple fictif et disons que vous décidiez de placer cette somme. Vous souscrivez à un produit dont la rémunération est de 4 %.

Sortons notre calculatrice... au bout de la première année, les intérêts s’élèveront à 40 € (soit 4 % de 1 000 €). Cette somme viendra s'ajouter à votre capital et vous disposerez désormais de 1 040 €. Vous suivez toujours ? Bien, poursuivons.

Si vous décidez de ne pas toucher à cette épargne, l'intérêt de 4 % qui vous est dû au titre de la deuxième année sera calculé à partir de cette base de 1 040 €... et ainsi de suite. Poursuivons l'exercice sur quelques années... Si vous ne touchez ni à votre capital de départ, ni à vos intérêts, votre capital aura doublé en seize ans dans le cas d’un placement à 4 %. Et imaginions que vous décrochez un placement à 6%, vous aurez doublé votre pécule en douze ans seulement. Pas mal, non ? Il faut tout de même noter que ce taux n’est pas garanti et qu’il peut être négatif.

Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Intérêts composés : les clefs du succès


On ne vous a pas perdu en route ? Tant mieux. Alors, quelles leçons peut-on tirer de ce petit exemple ?

  • Premier facteur de succès : pour que votre placement soit fructueux, il vaut mieux que vous n'effectuiez que peu ou pas de retraits.

  • Deuxième facteur de succès : vous voulez accroître cet effet multiplicateur, il est important d’alimenter régulièrement votre épargne .

Dans cette optique, mieux vaut donc choisir un produit avec le meilleur rendement possible. Le Livret A, ou encore le Livret de Développement durable, offrent par exemple un rendement de... 0,75 %(1) Peut mieux faire ! Que pensez-vous de vous tourner plutôt vers des contrats d’assurance-vie ou encore des plans d'épargne en action ou des plans épargne retraite qui peuvent, s’ils sont choisis avec soin, offrir un rendement plus intéressant ?

Les supports en unités de compte présentent un risque de perte en capital.

Capitalisation des intérêts : l'anticipation, secret d'une retraite réussie


27 % des Français épargnent pour financer leur retraite... et vous ? N'oubliez pas que plus vous vous y prenez tôt, plus vous pouvez préparer cette période de votre vie. L'idéal, c'est donc de constituer votre épargne dès votre entrée dans la vie active en souscrivant à un produit financier rentable... puis de l'alimenter régulièrement. Reprenons un exemple fictif :

Vous voulez vivre une retraite confortable ? On peut vous comprendre ! Supposons que vous visiez une rente de 2 600 euros par mois. Selon la société de gestion d'actifs BlackRock , vous devrez mettre 520 euros de côté tous les mois de 25 ans à 65 ans et placer cet argent sur un produit à 5 % de rendement pour parvenir à ce résultat. Vous avez 35 ans ? Ce chiffre passe à 946 euros mensuels. Et si vous commencez à épargner à 45 ans, rattraper le temps perdu ne va pas être simple... c'est 1 901 euros mensuels que vous allez devoir épargner pour atteindre votre objectif !

Profitons-en pour rappeler que les produits financiers tels que l’assurance-vie investie en unités de compte, le PEA ou encore le PEA/PME présentent, en contrepartie de leur rentabilité, un risque de perte en capital. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Vous avez compris : le maître mot est l'anticipation. Alors, êtes-vous prêts à profiter de la puissance des intérêts composés ?

Source: Webedia, mise à jour avril 2019.

Crédit visuel : Kupicoo / iStock.

On vous conseille aussi...

 
 
 
 
 
 

Quels indicateurs regarder avant d'investir dans un fonds ?

Unités de compte ou fonds en euros : quelle différence ?

10 astuces pour optimiser la gestion de votre contrat

DÉCOUVREZ L’ASSURANCE-VIE FORTUNEO VIE **

Des frais réduits


0

  • 0 € de frais d'entrée et de sortie.
  • 0 € de frais sur versements.
  • 0 € de frais pour les arbitrages en ligne. 28 € pour les autres types d'arbitrage y compris options de gestion **.

Hors frais spécifiques aux SCPI, SCI, OPCI et ETF.

Pour les autres frais, consulter la notice du contrat Fortuneo Vie

N°1 du classement indépendant des meilleures banques
Classement fondé sur les frais bancaires réellement payés et la satisfaction clients (Bankin’, n°1 ex aequo, septembre 2019).