La capitalisation des intérêts au service de votre épargne

La capitalisation des intérêts au service de votre épargne

Vous avez entendu parler des intérêts composés, mais vous ne savez pas si c'est fait pour vous ? C'est très simple. Vous épargnez pour votre retraite ? Félicitations : vous prenez votre avenir en main ! Alors, si vous voulez booster la rentabilité de vos placements, les intérêts composés peuvent être un précieux allié.

Les intérêts composés, comment ça marche ?

Dans le cadre de l’épargne, lorsque vous placez de l'argent tous les mois sur un compte dédié, ce capital mis de côté fructifie car la banque vous verse des intérêts. Le montant de ces intérêts dépend du taux fixé au moment de la souscription de votre contrat ou livret ; sachant que ce taux est susceptible de varier à la hausse ou à la baisse au fil du temps. Certains livrets de banque offrent une rentabilité de 1 % à 3 %. Mais d’autres investissements plus risqués peuvent offrir une performance meilleure.

Année après année, les intérêts perçus viennent s’ajouter au capital initial et sont pour ainsi dire « capitalisés ». Le montant investi croît et l'argent généré par les intérêts augmente lui aussi. Plus votre capital augmente , plus les intérêts sont importants. Un véritable cercle vertueux est susceptible de s’installer. Mais il est important de le rappeler : un investissement en unités de compte, potentiellement plus rentable, comporte aussi toujours sa part de risque. ...

les supports en unités de compte présentent un risque de perte en capital et les performances passées ne préjugent pas des performances futures.

Les intérêts composés, aussi appelés « intérêts cumulés », fonctionnent selon ce système de capitalisation exponentielle. S'ils peuvent être un bon moyen de mieux rentabiliser votre capital, il convient toutefois de respecter quelques règles simples pour en tirer profit au maximum.

Intérêts composés : comment calculer les intérêts ?

Puisque rien ne vaut un cas d’étude pour comprendre comment calculer les intérêts composés, prenons un exemple simple : votre patron a décidé de vous accorder une prime de 1 000 euros pour vous récompenser pour votre travail et vous décidez de placer cette somme en souscrivant à un produit dont la rémunération est de 4 %. Au bout de la première année, les intérêts s’élèveront à 40 € (soit 4 % de 1 000 €). Cette somme viendra s'ajouter à votre capital et vous disposerez alors désormais de 1 040 €.

Si vous décidez de ne pas toucher à cette épargne, l'intérêt de 4 % qui vous est dû au titre de la deuxième année sera calculé à partir de cette base de 1 040 €... et ainsi de suite. À moyen terme, si vous ne touchez ni à votre capital de départ, ni à vos intérêts, votre capital aura alors doublé en seize ans dans le cas d’un placement à 4 %. Dans le cas où vous souscrivez à un produit dont la rémunération est de 6 %, vous aurez doublé votre pécule en douze ans seulement.

Attention toutefois, en fonction du produit sur lequel vous allez investir, le taux initial n’est pas forcément garanti : il peut évoluer à tout moment, positivement ou négativement. .

Intérêts composés : les clefs du succès

Cet exemple met en évidence plusieurs leviers qui permettent d’actionner avec succès la technique des intérêts composés. Dans les faits :

Il est préférable de commencer à investir le plus tôt possible. Le temps est votre meilleur allié, il vous permet de faire fructifier votre capital et les fruits successifs de ce capital ! Il sera plus rentable de placer des sommes modérées sur le long terme plutôt que d’effectuer un placement conséquent de manière plus tardive.

Pour que votre placement soit fructueux, il vaut mieux que vous n'effectuiez que peu ou pas de retraits.

Si vous voulez accroître l’effet multiplicateur des intérêts cumulés, il est important d’alimenter régulièrement votre épargne.

Dans cette optique, mieux vaut donc choisir un produit avec le meilleur rendement possible. Concrètement, le Livret A, ou encore le Livret de Développement durable, avec leur rendement de... 0,5 % (1) sont potentiellement moins intéressants que des contrats d’assurance-vie, des plans d'épargne en action ou des plans épargne retraite qui peuvent offrir une performance plus rentable, en contrepartie d’un risque de perte en capital plus important.

Intérêts composés : les points de vigilance

Si la mise en place d’une stratégie d’intérêts composés paraît de prime abord relativement simple , certains points spécifiques doivent néanmoins être considérés avec soin :

  • Attention, tous les placements ne prévoient pas le réinvestissement des intérêts générés. Pour éviter les déconvenues, il convient de vous renseigner afin de savoir si celui que vous envisagez de réaliser permet ou non la capitalisation des intérêts.

  • La fiscalité et les frais (frais de gestion et de garde…etc.) applicables à vos placements sont des paramètres à ne pas négliger dans la perspective de votre stratégie d’investissement. Ils peuvent en effet venir grever vos gains. Comparez donc les différents produits afin d'opter pour le plus avantageux.

  • Une fois vos placements effectués, votre épargne doit faire l’objet d’un suivi assidu afin d’éviter les mauvaises surprises liées à des fluctuations inopinées. Vous pourrez ainsi sécuriser votre épargne en temps voulu, à l’approche de la retraite par exemple.

Capitalisation des intérêts : l'anticipation, le secret d'une retraite réussie

En 2020, plus de la moitié (53%) des actifs en France mettaient régulièrement de l’argent de côté pour préparer leur retraite. (2) La règle en matière d’épargne est simple : plus vous vous y prenez tôt, plus vous pouvez préparer cette période de votre vie. L'idéal est donc de constituer votre épargne dès votre entrée dans la vie active en souscrivant à un produit financier rentable... puis de l'alimenter régulièrement. Le tout en vous adaptant à vos besoins, à vos envies, à votre appétence au risque et à votre budget.

Par exemple, pour obtenir une rente de 2 600 euros par mois au moment de la retraite, sachez que vous devrez mettre en moyenne 520 euros de côté tous les mois pendant 40 ans en plaçant cet argent sur un produit à 5 % de rendement (3). Pour des placements sur 30 ans, ce chiffre passe à 946 euros mensuels. Et si vous commencez à épargner dix ans plus tard, c'est 1 901 euros mensuels que vous devriez épargner pour atteindre votre objectif !

Les informations transmises dans cet article ont un caractère purement informatif et ne sauraient être considérées comme un conseil délivré par Fortuneo (juridique, fiscal, investissement ou autre).

Source: Jellyfish, Juillet 2021

Crédit visuel : Kupicoo / iStock.

On vous conseille aussi...

 
 
 
 
 
 

Décès, que devient le compte bancaire du défunt ?

Comprendre les critères ESG

Transmission : avez-vous pensé aux avantages de l'assurance-vie ?

Découvrez l'assurance-vie Fortuneo Vie **

Des frais réduits


0

  • 0 € de frais d'entrée et de sortie (hors option pour la remise de titres).
  • 0 € de frais sur versements.
  • 0 € de frais pour les arbitrages en ligne. 28 € pour les autres types d'arbitrage y compris options de gestion *.

Hors frais spécifiques aux SCPI, SCI, OPCI et ETF.

Pour les autres frais, consulter la notice du contrat Fortuneo Vie

Fortuneo désignée Banque la moins chère
Pour les profils « jeune », « employé », « cadre », « cadre supérieur », « commerçant » et « chef d’entreprise ». (Capital/Panorabanque.com, n°1 ex-aequo, septembre 2020)