Les dispositifs Pinel, Malraux ou encore les SCI n’ont plus de secret pour vous ! Vous savez comment investir dans le cinéma via les SOFICA, mais cherchez à présent à diversifier votre portefeuille et vous inscrire sur le long terme ? La forêt est faite pour vous !

Investir dans une forêt, ça rapporte ?

Le bois et la forêt sont considérés comme des valeurs dites « refuges », c’est-à-dire de long terme et au rendement modéré. S’il est généralement considéré que le rendement moyen d’une forêt oscille entre 1 et 2 % par an, ce dernier dépend de nombreux facteurs, au premier rang desquels se trouve la localisation de la forêt ainsi que son peuplement, c’est-à-dire les essences qui y poussent.

Ainsi, selon l’indicateur 2015 des Safer (Sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural), le prix moyen de l’hectare de forêt variait de 650 à 11 500 €, pour une moyenne de 3 940 €. En 1997, le prix moyen de l’hectare était presque deux fois inférieur, à 2 180 €.

Si votre forêt est peuplée d’espèces recherchées, le rendement annuel de votre investissement peut aller jusqu’à excéder 4 %. La conjoncture actuelle est propice à un investissement de ce genre puisque le gouvernement entend mobiliser la filière bois afin que la part d’énergies renouvelables dans le mix énergétique national atteigne l’objectif européen de 22 % en 2020.

Investir dans une forêt, comment faire ?

Vous souhaitez vous lancer ? Identifiez tout d’abord la parcelle que vous souhaitez acquérir, ce qui ne sera pasaussi facile qu’il n’y paraît. En effet, seule une infime partie de la forêt française est mise en vente chaque année, les parcelles s’héritant souvent de génération en génération.

Renseignez-vous donc en priorité dans votre région, ou tout lieu dans lequel vous avez des attaches. Cela vous permettra de mener votre transaction en toute confiance et de mieux connaître les risques liés à cette forêt (climatiques, maladies, etc.). Demandez ensuite à un spécialiste d’évaluer la valeur et le peuplement de la forêt et, si vous souhaitez acheter une parcelle de grande surface (plus de 50 hectares), tournez-vous vers une Safer.

Vous pouvez également choisir d’investir dans un Groupement forestier d’investissement (GFI), qui est globalement à la forêt ce qu’une SCPI est à l’immobilier. Vous pouvez donc entrer au capital de cette société, qui possède de nombreuses parcelles qu’elle exploite, ce qui vous assurera un rendement généralement situé autour de 2 %.

Investir dans une forêt, ça défiscalise ?

En investissant dans une forêt, vous pourrez bénéficier du Dispositif d’encouragement fiscal à l’investissement en forêt, également appelé DEFI forêt. Créé en 2001, il a été prolongé en 2013 (jusqu’au 31 décembre 2017 au moins) et concerne les achats de forêts ou de terrains destinés à être boisés. Trois dispositifs spécifiques le composent :

  • Le DEFI acquisition permet une réduction d’impôt d’un montant de 18 % du prix d’achat de la forêt, ce dernier étant plafonné à 5 700 € pour une personne célibataire et 11 400 € pour un couple.
  • Le DEFI travaux permet de défiscaliser 18 % des sommes investies dans des travaux visant à replanter, entretenir ou encore protéger la forêt.
  • Le DEFI gestion permet de défiscaliser 18 % du montant d’un contrat de gestion signé au profit d’une coopérative de gestion. L’objectif est de professionnaliser l’approche de la forêt et de dynamiser la filière bois en France.

Si, enfin, vous êtes assujettis à l’Impôt sur la fortune (ISF), sachez que vous serez exonéré de 75 % de votre part d’ISF relative à la valeur de votre forêt. De même, vous serez exonéré à 75 % en cas de donation ou de succession, dans la limite de 76 000 € (au-delà, l’exonération n’est plus que de 50 %). Attention tout de même, cette seconde exonération est soumise à un impératif : que le bénéficiaire s’engage à promouvoir une gestion durable de la forêt durant les trente années suivantes. Quand on vous parlait d’investissement de long terme…

--

Source : YouLoveWords.com

Crédit visuel: kostolom / iStock