Dette publique et dette privée, comprendre l’endettement d’un pays

Dette publique et dette privée, comprendre l’endettement d’un pays

Pour bien comprendre la situation financière d’un pays et son niveau d’endettement, il faut dans un premier temps connaître quelques notions essentielles. C’est le cas par exemple des termes de dette publique et de dettes privée, qu’ils convient de ne pas confondre !

La dette publique,concerne les emprunts des administrations publiques

En quelques mots, la dette publique, c’est l’ensemble des engagements financiers pris sous forme d’emprunts par les administrations publiques. Cela inclut l’État, les collectivités territoriales et les organismes qui en dépendent directement, comme par exemple les organismes de sécurité sociale. En revanche, cela ne concerne pas les entreprises publiques du secteur marchand. Les emprunts en question sont réalisés par le biais de l’émission de titres financiers sur les marchés financiers. La dette publique d’un pays se mesure généralement en pourcentage du produit intérieur brut (PIB), qui correspond à la création de richesse d’un pays.

Attention à ne pas assimiler la notion de dette publique à celle de déficit public. La première correspond au total des emprunts contractés par les administrations publiques tandis que la seconde correspond au solde annuel négatif du budget de ces mêmes administrations. En d’autres termes, le déficit public signifie simplement que, sur l’année écoulée, les dépenses ont été supérieures aux ressources. La dette publique, elle, intervient quand les administrations publiques empruntent, justement en partie pour couvrir le déficit public de l’année.

Les dettes privées concernent l’endettement du secteur privé

La dette privée d’un pays, c’est la dette de l’ensemble des agents économiques privés. Cela comprend toutes les entreprises en activité dans le pays en question qui réalisent des emprunts : les entreprises privées, donc, mais aussi les artisans, les commerçants, les professions libérales, les agriculteurs, etc. Et cela concerne également les ménages, qui s’endettent pour l’achat d’un logement, d’un véhicule ou encore en souscrivant des prêts à la consommation.

En somme, les dettes privées désignent l’endettement du secteur privé non financier. La plupart du temps, les emprunts en question sont cette fois réalisés auprès de banques. À noter que la dette privée s’exprime également en pourcentage du PIB.

Ce que ces deux notions nous apprennent sur l’endettement d’un pays

Si la notion d’endettement peut inquiéter de prime abord, il faut aujourd’hui garder en tête que tous les pays sont endettés. De manière générale, l’endettement d’un pays n’est pas forcément dangereux tant qu’il reste sous contrôle.

En 2019, selon des données publiées par la Banque de France, la dette publique française était proche de 100% du PIB, en représentant plus de 2 300 milliards d’euros. Une dette publique qui s’est largement accrue au cours des dernières décennies et de ces derniers mois. En effet, d’une dette représentant moins de 20% du PIB au début des années 1970 puis 55% du PIB en décembre 1995 (1), nous sommes passés à une dette représentant 114,1% du PIB à la fin du second trimestre 2020.

Cette dette publique record est en grande partie le résultat de l’accumulation des déficits accumulés depuis 40 ans. Un pays peut ainsi être très endetté tout en restant considéré comme solvable s’il continue à produire de la richesse et s’il parvient à garder la confiance des créanciers. Avec la crise sanitaire et économique liée à la pandémie de Covid-19, la dette publique a atteint 2 638,3 milliards d’euros. Un chiffre jamais atteint. (2)

En ce qui concerne les dettes privées, toujours selon les données de la Banque de France, en 2019, les dettes contractées par les ménages français et les entreprises privées s’approchaient des 3 000 milliards d’euros, soit 133,2% du PIB du pays. Dans le détail, la dette des ménages représentait 60,4% du PIB, un niveau deux fois plus élevé qu’il y a 20 ans et justifié par des taux d’intérêt très bas incitant les souscripteurs à investir, notamment pour acquérir un bien immobilier. La dette des entreprises, elle, correspondait à 73,5% du PIB, avec des investissements traduisant un optimisme en matière d’activité. En cela, l’existence d’une dette privée n’est pas non plus forcément un signal d’alarme pour l’endettement d’un pays (3).

Toutefois, si le niveau d’endettement est trop fort ou s’il évolue trop rapidement, il est effectivement signe d’une mauvaise santé financière du pays et il peut alors risquer de déséquilibrer son système financier.

Source: Webedia, Octobre 2020.

Crédit visuel : d3sign, Gettyimages.

On vous conseille aussi...

DÉCOUVREZ L’OFFRE BANQUE EN LIGNE FORTUNEO

Vos opérations courantes en ligne sont gratuites*

  • Pour l’ouverture, la tenue et la clôture de compte.
  • Cartes bancaires * , chéquiers, bordereaux de remise de chèques **, virements et prélèvements SEPA **.
  • Paiements et retraits illimités dans toute la zone euro - dans la limite des plafonds de la carte bancaire.
Fortuneo désignée Banque la moins chère
Pour les profils « jeune », « employé », « cadre », « cadre supérieur », « commerçant » et « chef d’entreprise ». (Capital/Panorabanque.com, n°1 ex-aequo, septembre 2020)