Pourquoi opter pour une assurance vie pour épargner ?

Pourquoi opter pour une assurance vie pour épargner ?

Souvent qualifiée de "placement préféré des Français" en matière d'épargne, l'assurance-vie dispose en effet de bien des avantages.

L’assurance-vie, un moyen d’investissement incontournable en France

Selon une étude menée par l’INSEE en 2018 (1), près de 4 ménages français sur 10 auraient souscrit au moins une assurance-vie, ce qui fait de ce produit le premier moyen d’investissement dans l’Hexagone. Pour comprendre les avantages de l’assurance-vie, il faut d’abord comprendre son principe. Il existe plusieurs types de contrats d’assurance-vie : les contrats monosupport en fonds en euros et les contrats multisupport - alliant fonds en euros et unités de compte - qui présentent un risque de perte en capital non garanties en capital mais avec un potentiel de rendement plus élevé. Dans les deux cas, il est possible d’effectuer des retraits (2) ou de clôturer votre contrat à tout moment.*

*sauf acceptation du bénéfice du contrat par les bénéficiaires ou autre cas de blocage tels que le nantissement.

L’investissement en unités de comptes et sur les marchés financiers comporte un risque de perte en capital.

Un produit d’épargne qui offre de la flexibilité

L’un des parincipaux avantage de l’assurance-vie est qu’il permet de se constituer un capital sur le moyen ou le long terme, selon vos envies, vos besoins et votre situation. L’assurance-vie offre une grande flexibilité et vous permet de construire un véritable contrat sur-mesure : après le versement initial associé à l’ouverture du contrat, vous pouvez effectuer librement des versements, sans limite de montant et sans périodicité imposée. Et vous pouvez tout aussi librement effectuer des retraits (2) ou mettre fin à votre contrat. En somme, vous êtes libre de faire entrer et sortir votre capital comme bon vous semble selon vos besoins.

Dès lors, avec une telle liquidité, l’assurance-vie peut se révéler pertinente, que ce soit pour financer un projet à moyen terme ou à long terme. Votre horizon de placement et votre profil de risque guident votre manière de gérer vos fonds.

Un produit qui donne beaucoup de liberté(s)

Au-delà d’être flexible, l’assurance-vie est un placement qui vous donne la possibilité de choisir librement les bénéficiaires du contrat souscrit. Et cette décision n’est pas irrévocable, sauf exception.(2) Tout au long de la durée du contrat, vous pouvez donc modifier les bénéficiaires comme vous le souhaitez en modifiant votre clause bénéficiaire selon vos envies.

Dès lors, si vous souhaitez transmettre une partie de votre patrimoine à des personnes précises qui ne suivent pas les règles de l’héritage (ami, neveu, nièce, etc.), sachez que c’est possible et simple grâce à l’assurance-vie.

Un produit à la fiscalité avantageuse (3)

La fiscalité actuellement avantageuse de l’assurance-vie est aussi un atout non négligeable si vous souhaitez placer votre épargne sur le long terme. Concrètement, les gains potentiels ne sont soumis à l’imposition qu’en cas de retrait partiel ou total, même si des prélèvements sociaux appliqués aux intérêts du fonds en euros sont à régler chaque année. Par ailleurs, la fiscalité applicable dépend de la durée du contrat et elle est dégressive.

Aussi, dans la plupart des cas, le paiement de l’impôt peut être réduit voire même évité à partir de huit ans après l’ouverture du contrat. En effet, un abattement annuel de 4 600 euros (ou de 9 200 euros pour un couple marié ou pacsé) s’applique sur les plus-values retirées. (3)

Enfin, les bénéficiaires des contrats liquidés au moment du décès bénéficient par ailleurs d’une exonération de droits de succession, dans la limite d’un certain plafond et selon l’âge de l’assuré au moment du versement des sommes sur le contrat d’assurance-vie.

Un produit avantageux à chaque étape de la vie

Quel que soit le moment, l’assurance-vie entend simplifier certains aspects de votre vie grâce à l’existence d’une réserve de capital qui peut fructifier année après année. En souscrivant à ce type de contrat, vous préparez activement et facilitez la transmission de votre patrimoine en décidant directement qui seront vos bénéficiaires pour cette portion précise de votre épargne.

Pendant la vie active, vous pouvez aussi placer régulièrement vos économies dans un contrat d’assurance-vie de façon à vous constituer un capital ou une rente que vous débloquerez par exemple au moment de votre retraite, pour toucher plus de revenus en dépit de la perte potentielle de votre salaire.

Enfin, l’assurance-vie peut être une bonne manière de disposer d’un capital de secours dont vous pourriez avoir besoin en cas de dépense imprévue ou de changement majeur dans votre vie. Puisque vos fonds sauf exceptions (2) ne sont jamais bloqués, vous disposez d’une réserve dans laquelle vous pouvez librement avoir accès en cas de coup dur. Néanmoins, l’assurance vie reste un placement financier, si les fonds euros sont généralement garantis, les unités de compte ne comportent quant à elles aucune garantie et présentent donc un un risque de perte en capital.

Les informations transmises dans cet article ont un caractère purement informatif et ne sauraient être considérées comme un conseil délivré par Fortuneo (juridique, fiscal, investissement ou autre).

Source: Webedia, Février 2021

Crédit visuel : UWE_UMSTAETTER; Gettyimages.

On vous conseille aussi...

 
 
 
 
 
 

Dans quels cas peut-on débloquer son PER avant la retraite ?

Néobanques, banques en ligne, banques de réseau, quelles différences ?

Combien épargner pour la retraite ?

Découvrez l'assurance-vie Fortuneo Vie **

Des frais réduits


0

  • 0 € de frais d'entrée et de sortie (hors option pour la remise de titres).
  • 0 € de frais sur versements.
  • 0 € de frais pour les arbitrages en ligne. 28 € pour les autres types d'arbitrage y compris options de gestion *.

Hors frais spécifiques aux SCPI, SCI, OPCI et ETF.

Pour les autres frais, consulter la notice du contrat Fortuneo Vie

Fortuneo désignée Banque la moins chère
Pour les profils « jeune », « employé », « cadre », « cadre supérieur », « commerçant » et « chef d’entreprise ». (Capital/Panorabanque.com, n°1 ex-aequo, septembre 2020)