Assurance-vie : un bon moyen d’épargner pour ses enfants ?

Assurance-vie : un bon moyen d’épargner pour ses enfants ?

En tant que parents soucieux de l’avenir, mettre vos enfants à l’abri et anticiper de futures dépenses (études, permis, etc.) est une préoccupation majeure. C’est là qu’entre en jeu le choix du produit de placement. À ce titre, l’assurance-vie peut s’avérer être un bon placement pour valoriser un capital sur le long terme.

jeune famille avec enfants

L’assurance-vie : la solution d’épargne pour vos enfants


L’assurance-vie est un des placements d’épargne préférés des parents prévoyants. La raison ? C’est un produit sans limite d’âge, au potentiel de rendement intéressant par rapport à d’autres placements dans un contexte de taux bas et à la fiscalité avantageuse (1). De quoi permettre de financer la première voiture ou de financer le séjour linguistique au Guatemala.

De plus, l’assurance-vie offre une grande liberté. Vous pouvez choisir d’effectuer des versements ponctuels ou réguliers et décider du montant de versement. Certains assureurs fixent parfois un montant minimal pour les versements, mais, contrairement au livret A ou au livret Jeune, il n’y pas de plafond limite. Autre avantage : les fonds restent disponibles à tout moment(2). Vous pouvez opter pour le rachat total ou partiel de votre contrat quand bon vous semble, mais souvenez-vous, la fiscalité appliquée sur les rachats évolue à la baisse en fonction de la durée de placement(1).

Seule ombre au tableau : des frais souvent plus élevés que pour d’autres produits. Il faut notamment compter sur des frais de dossier et de gestion, mais aussi des frais sur les versements, sur les arbitrages et de rachat.

A noter

Chez Fortuneo, vous pouvez bénéficier de 0€ de frais d’entrée et de versements avec le contrat Fortuneo Vie. Hors frais spécifiques aux SCPI, SCI, OPCI et ETF. Pour les autres frais, consulter la notice du contrat.

Fonds en euros, UC (unités de compte)… : comment placer son épargne ?


« Il est important de constituer une épargne de précaution d’un montant compris entre 3 et 6 mois de son salaire, en fonction de son patrimoine. Cette épargne peut être investie sur des placements de court terme comme les livrets. Le reste de l’épargne est habituellement investi sur un contrat d’assurance-vie avec un arbitrage à faire entre le fonds en euros et les unités de compte non garanties en capital selon le profil de l’investisseur et son aversion au risque », indique Renaud Bellivier de Prin, Responsable des départements bourse et patrimonial chez Fortuneo.

Il est important de garder à l’esprit que les supports en unités de compte présentent un risque de perte en capital.

Vous priorisez les placements sûrs ? Il est possible d’opter pour les fonds en euros. Leur taux de rendement est plus limité (de l’ordre de 1,60 % net de frais de gestion (3) en 2018 selon le cabinet Good Value for Money(4)) et ils s’inscrivent dans un contexte de taux de plus en plus bas. A noter que certains contrats garantissent le capital même lorsque le rendement est inférieur aux frais du contrat. Autrement dit, le fonds en euros est un placement relativement sûr.

Les rendements passés ne préjugent pas des rendements futurs.

À l’inverse, vous êtes prêt à investir sur le moyen ou long terme et les risques de fluctuation des marchés ne vous font pas peur ? Rien ne vous interdit d’opter pour un contrat d’assurance-vie multisupport et d’investir une part raisonnable de l’épargne pour votre enfant sur des unités de compte. À la clé, des perspectives de performances qui peuvent être supérieures à un investissement sur les fonds en euros. Revers de la médaille : votre capital n’est pas garanti et il y a des risques réels de pertes en capital.

Il est préférable de miser sur du long terme (avec un horizon d’investissement de 8 ans ou plus). Vous pouvez même, en cas d’investissement progressif, faire d’une pierre deux coups : lisser les effets de marché tout en bénéficiant de la fiscalité avantageuse de l’assurance-vie en cas de rachat(1). Mais n’oubliez jamais que les unités de compte sont des placements risqués, « En fonction du couple rendement/risque, il est préférable de choisir les fonds ayant les meilleures évolutions dans le temps même si les rendements passés ne préjugent pas des rendements futurs.» vous rappelle Renaud Bellivier de Prin.

Ouvrir un contrat d’assurance-vie pour ses enfants


Pour ouvrir un contrat d’assurance-vie pour vos enfants, deux solutions s’offrent à vous.

  • Vous ouvrez un contrat d’assurance-vie au nom de votre enfant et vous assurez sa gestion jusqu’à sa majorité. Lorsque votre enfant soufflera ses 18 bougies, il reprendra la gestion du capital accumulé (et devra par la même occasion mettre à jour la clause bénéficiaire de son contrat). Si vous privilégiez cette option, le mieux est d’ouvrir le contrat sans tarder. L’idéal ? Avant les 10 ans de l’enfant. En effet, après 8 ans de détention, les contrats d’assurance-vie bénéficient d’une fiscalité allégée et d’un abattement annuel en cas de rachat (1).

A noter

Si votre enfant a moins de 12 ans avant l’ouverture du contrat, la signature des deux parents est requise. S’il a plus de 12 ans, le consentement de l’enfant est requis.

  • Vous pouvez ouvrir un contrat d’assurance-vie à votre nom et désigner votre enfant comme bénéficiaire. Dans ce cas, la démarche est un peu différente. Il ne s’agit pas de prévoir une somme d’argent pour donner un coup de pouce à vos enfants, mais de leur transmettre un capital en cas de décès (et donc, potentiellement, beaucoup plus tard).

D’un point de vue fiscal, cela peut être très intéressant en cas de patrimoine conséquent : les versements effectués avant le 70ème anniversaire de l'assuré bénéficient d'un abattement fixe de 152 500 €, avant taxation, pour chaque bénéficiaire. Au-delà, des prélèvements forfaitaires sont appliqués selon le montant du capital et selon la date du décès du souscripteur(1).

En résumé...

Quelle que soit la formule d’épargne que vous choisissez pour vos enfants, tout dépend de votre capacité financière, mais aussi de votre objectif. Et enfin, dans tous les cas, plus vous anticiperez, plus le capital que vous laisserez à vos chérubins sera important si vous avez opté pour une stratégie d’investissement sécurisée.

Source: Webedia, juillet 2019.

Crédit visuel : Erin Lester, GettyImages.

On vous conseille aussi...

 
 
 
 
 
 

L'arbitrage en assurance-vie : mode d'emploi

Quels indicateurs regarder avant d'investir dans un fonds ?

Optimiser la fiscalité sur les rachats d’une assurance-vie

DÉCOUVREZ L’ASSURANCE-VIE FORTUNEO VIE **

Des frais réduits


0

  • 0 € de frais d'entrée et de sortie.
  • 0 € de frais sur versements.
  • 0 € de frais pour les arbitrages en ligne. 28 € pour les autres types d'arbitrage y compris options de gestion **.

Hors frais spécifiques aux SCPI, SCI, OPCI et ETF.

Pour les autres frais, consulter la notice du contrat Fortuneo Vie

N°1 du classement indépendant des meilleures banques
Classement fondé sur les frais bancaires réellement payés et la satisfaction clients (Bankin’, n°1 ex aequo, septembre 2019).