SICAV et FCP, quelles différences ?

SICAV et FCP, quelles différences ?

Investissement dans les OPCVM : êtes-vous plutôt SICAV ou FCP ? Ces deux supports vous permettent de placer indirectement de l’argent en Bourse pour développer votre épargne. Forme juridique, taille : il y a quelques différences à connaître.

Les SICAV et les FCP ont pour principale différence leur forme juridique.

Les OPCVM , ou Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières, sont des instruments permettant d’investir votre argent sur les marchés financiers. Ils vous offrent un moyen facile d’accéder à la Bourse puisque, au lieu d’investir directement dans des actions, des obligations, etc., vous investissez votre épargne dans des sociétés ou des fonds qui gèrent eux-mêmes les capitaux qui leur sont confiés. Les OPCVM, et donc les supports sur lesquels vous investissez, prennent soit la forme de SICAV (= Sociétés d’Investissement à CApital Variable), soit la forme de FCP (= Fonds Communs de Placement). Vous suivez ? Il nous reste à détailler les différences qui existent entre SICAV et FCP.

Avertissement : comme tout investissement lié aux marchés financiers, l’investissement dans les OPCVM (SICAV et FCP) comporte un risque de perte en capital.

La forme juridique : la principale différence entre SICAV et FCP


La grande différence entre une SICAV et un FCP ? La forme juridique. Une SICAV est une société anonyme à capital variable dont l’objet unique est la gestion d’un portefeuille de valeurs mobilières. Alors qu’un FCP est un régime de copropriété de valeurs mobilières. Ce qui entraîne des modes d’administration distincts.

SICAV = Société d’Investissement à CApital Variable

En investissant dans une SICAV, vous investissez votre capital dans une Société Anonyme (SA). Cette société se charge ensuite d’investir votre argent, ainsi que l’argent récolté auprès d’autres épargnants, en Bourse, afin de tenter de le faire fructifier. Vous, vous devenez actionnaire de la SICAV. C’est-à-dire que vous recevez des actions de la SICAV en l’échange de vos fonds. Si vous voulez récupérer du capital, il faut revendre tout ou partie de ces actions, dont la valeur est déterminée à partir de la somme des actifs financiers que possède la SICAV au jour de la vente.

En tant qu’actionnaire d’une SICAV, vous héritez d’un droit de vote lors des assemblées générales. Vous pouvez donc prendre part aux décisions importantes. Une SICAV est une personne morale, gouvernée par un conseil d’administration.

FCP = Fonds Commun de Placement

En investissant dans un FCP, vous intégrez une copropriété de valeurs mobilières. Formulé autrement, vous investissez votre capital dans un portefeuille d’actifs financiers en commun avec d’autres épargnants. Contre votre investissement, vous obtenez des parts de FCP, que vous pouvez revendre si vous le souhaitez. La valeur d’une part est calculée en divisant la valeur des actifs contenus dans le fonds par le nombre total de parts.

Un fonds commun de placement est administré par une société gestionnaire, qui agit exclusivement dans l’intérêt des porteurs de parts. En tant que ‘simple’ porteur de titres de FCP, vous n’avez aucun mot à dire quant à la gestion du fonds. Contrairement à ce qui se passe dans une SICAV, où les actionnaires participent à la prise de décisions, comme nous l’avons vu plus haut.

Taille, risques… Quelles sont les autres différences ?


Une SICAV peut permettre de procéder à des investissements très conséquents pour, potentiellement, accéder à des gains plus importants. Mais qui dit investissements conséquents dit également risques de pertes plus grands, il ne faut pas l’oublier. On distingue toutefois différentes sortes de SICAV, certaines étant assorties d’un risque plutôt modéré (et d’un rendement moindre), comme les SICAV monétaires.

Les fonds communs de placement, par leur petite taille, sont plus souvent spécialisés : un FCP peut être uniquement constitué de valeurs mobilières françaises ou européennes, ou de titres regroupés par thématiques (fonds immobilier, fonds dédié à l’innovation, etc.).

Néanmoins, les FCP ne présentent pas forcément moins de risques que les SICAV. Certains peuvent même être très risqués comme c'est le cas des FCPR (pour FCP à Risques). Ces derniers comprennent un investissement à 50 % dans des actions non cotées. Par ailleurs, en étant concentrés sur un domaine d’activité ou sur une zone géographique, les FCP sont plus susceptibles d’être touchés par une baisse localisée ou sectorielle du marché.

Au moment d’investir votre épargne dans un OPCVM, qu’il soit question d’une SICAV ou d’un FCP, prenez bien soin de lire le ‘document d’information clé pour l’investisseur’ (DICI) correspondant au support. Ce document fourni par votre banque résume les caractéristiques de la SICAV ou du FCP, ses performances passées, sa composition, etc. Il vous permettra de vous faire une idée du degré de risque encouru et de choisir votre OPCVM en toute clairvoyance.

Concernant les frais et la fiscalité, y a-t-il une distinction ?


Les différences entre SICAV et FCP se situent au niveau du statut juridique, du mode de gestion et de la taille de ces supports. Qu’en est-il des frais et de la fiscalité ?

Les frais

Il n’y a aucune distinction entre les SICAV et les FCP concernant les frais facturés aux investisseurs. Les deux supports peuvent impliquer le paiement de frais d’entrée (lorsque vous achetez une part ou une action, on parlera plutôt d’une souscription), de frais de gestion annuels (qui sont inclus dans la valeur liquidative), de frais de surperformance, de frais liés au contrat ou au compte sur lequel sont logées les actions ou les parts (frais d’ouverture et/ou de gestion d’une assurance-vie en unités de compte, d’un compte-titres), etc. Le document d’information clé pour l’investisseur vous précisera les frais à prendre en compte.

La fiscalité

Pas de différence non plus entre SICAV et FCP en matière d’imposition. Les deux produits font partie de la famille des placements financiers. Les gains et plus-values de cession tirés de parts de FCP et d’actions de SICAV sont soumis, pour la plupart et sauf option contraire, au Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU : taxation de 30 % dont 17,2 % de prélèvements sociaux et 12,8 % d’impôt sur le revenu). Dans certains cas, des abattements peuvent être appliqués . Vos gains et plus-values (et éventuelles moins-values) sont intégrés aux revenus indiqués sur votre imprimé fiscal unique , transmis chaque année par votre banque pour vous aider à remplir votre déclaration d’impôt.

Source: Webedia, Mai 2020.

Crédit visuel : Ezra Bailey, Gettyimages.

On vous conseille aussi...

 
 
 
 
 
 

Qu'est ce qu'un OPCVM

Quelles sont les grandes places financières mondiales ?

Marchés financiers : comment ça fonctionne ?

DÉCOUVREZ L’OFFRE BOURSE FORTUNEO


  • 0 € de droits de garde et tenue de compte.
  • Des frais de courtage réduits *.
  • Des outils de trading en temps réel gratuits pour tous.
Fortuneo désignée Banque la moins chère
Pour les profils « jeune », « employé », « cadre », « cadre supérieur », « commerçant » et « chef d’entreprise ». (Capital/Panorabanque.com, n°1 ex-aequo, septembre 2020)