Sur près de 10 ans, le Winedex 100 (l'indice des 100 premiers crus français) s'est apprécié de 125 % pendant que le CAC 40 reculait de plus de 20 % (1). Une bonne raison de penser qu’investir dans le vin peut être très intéressant… à condition d’avancer prudemment !

La crise de 2008 et la période de turbulences financières qui a suivi ont provoqué un engouement nouveau des investisseurs pour le vin. En effet, ce produit dont la valeur s'apprécie au fil des années est considéré d’une part moins volatil que certains actifs financiers, et d’autre part plus rémunérateur que les produits d'épargne classiques, qui plus est à l'heure des taux d'intérêt bas. L'appréciation de 16 % de l'indice des vins entre janvier et septembre 2016 (2) le prouve ! Néanmoins, une bonne connaissance du secteur ainsi que quelques conseils d'usage sont nécessaires avant de vous lancer.

Comment investir dans des bouteilles de vin ?

Un particulier dispose de plusieurs moyens simples de se constituer sa propre cave. Il peut évidemment le faire seul en se rendant régulièrement chez un caviste ou directement auprès des producteurs. Il peut également profiter de l’expertise de certains sites Internet spécialisés dans ce domaine, à l'image de Cavissima ou d'Idealwine.

Autre alternative : la plateforme de négociation Liv-ex. Créée en 1999, elle est devenue un acteur incontournable via lequel transitent 85 % des transactions internationales de bouteilles de vin (3). Elle a même créé un indice de référence, le Liv-ex Fine Wine 100, qui se base sur l'évolution du prix des caisses de 12 bouteilles des 100 crus les plus recherchés sur le marché secondaire.

Sachez également que certaines banques ont créé des fonds spécifiques qui ont troqué les actifs financiers pour des bouteilles de vin. Les rendements proposés sont d'ailleurs généralement plus intéressants que ceux de produits d'épargne classiques (autour de 5 %). Attention toutefois ! Vérifiez bien le montant du ticket d'entrée, souvent élevé, ainsi que l'existence ou non de frais d'entrée et de gestion (3).

Enfin, vous pouvez également passer par des maisons d'enchères (Christie's, Sotheby's, etc.), dont certaines sont spécialisées dans le vin (Millésima, Wineandco, etc.). Elles peuvent être intéressantes si vous souhaitez accéder à des produits, des formats ou des millésimes rares et prestigieux. Néanmoins, une commission généralement équivalente à 20 % du montant de la vente s'appliquera.

Quels conseils pour bien réussir son investissement ?

  • Conseil numéro 1 : adoptez une stratégie de long terme, sur 10 ans au moins. Le vin étant un produit qui s'apprécie au fil des années, vous ne pouvez attendre des rendements intéressants sur le court terme.

  • Conseil numéro 2 : si vous n'êtes pas connaisseur, faites-vous accompagner par une personne de confiance. Il peut en effet être très opportun de miser sur des vins rares ou des valeurs montantes.

  • Conseil numéro 3 : utilisez le vin comme un support de diversification, et non comme un investissement principal. N'oubliez pas qu'il s'agit d'un produit « atypique », qui ne doit donc en principe jamais dépasser 5 %, voire 10 % de la valeur totale de votre patrimoine (3).

  • Conseil numéro 4 : ne négligez pas la conservation ! En effet, un vin qui a de la valeur est un vin qui a été bien conservé. Si vous souhaitez investir dans le vin, n'hésitez pas à le faire aussi dans une cave adaptée (lumière, hygrométrie, température,etc.)

Quelle fiscalité s'applique lors de la revente ?

Bonne nouvelle ! La vente de vos bouteilles de vin est exonérée d'impôts et de prélèvements sociaux tant que le montant de chaque session de vente n'excède pas 5 000 € .

Si ce montant est plus important, les plus-values seront soumises :

  • A un prélèvement forfaitaire de 19 %
  • Aux prélèvements sociaux de 15,5 %

--

Au-delà du simple achat de bouteilles de vin, il est également possible d'acheter des parts de groupements fonciers viticoles. Si les rendements sont importants et les risques faibles, il faut parfois cependant dépenser jusqu'à plusieurs centaines de milliers d'euros par hectares pour certains crus prestigieux.

Source : YouLoveWords.com

Crédit visuel : Delpixart / iStock