Dans quelles régions investir ?

Dans quelles régions investir ?

Après une année 2018 très dynamique sur le marché de l’immobilier, 2019 s’annonce comme plus calme. Entre remontée des taux et tarifs toujours plus élevés dans les grandes villes, où se trouvent les bons plans pour investir dans l’immobilier ? quelles sont les régions à privilégier ?

Immobilier, dans quelle région investir

Dans quelles régions investir ?

Il existe plusieurs études statistiques mettant en exergue les qualités immobilières des régions et villes françaises. Des analyses d’autant plus importantes qu’elles permettent de noter que le marché va ralentir en 2019. Du moins, les primo-accédants devraient se faire plus rares. Selon les prévisions, alors qu’en 2018, 56 % des achats concernaient des primo-accédants, ce chiffre pourrait tomber à 40 %. Moins acheteurs que leurs voisins européens, “seulement” 57,7 % des ménages français sont propriétaires de leur logement.

Ce ralentissement s’expliquerait, selon les experts, par une relative remontée des taux d’intérêts. En 2018, autour de 1,45 - 1,50 % sur 20 ans, ces derniers devraient approcher des 2 % en 2019. De même, les prix, déjà en hausse de 3,7 % en 2018, pourraient encore progresser de 2,5 %. Avec de telles prévisions, il convient alors pour vous de choisir judicieusement dans quelles régions investir en 2019.

Selon les rapports, un investissement dans l’Ouest de la France semblerait opportun. En effet la capitale officielle de la Bretagne, Rennes, partage avec la capitale historique, Nantes, un attrait tout particulier pour les investisseurs.

A la conquête de l’Ouest

  • Selon un classement établit à partir de sept critères (prix moyens, délais de vente, solde migratoire, chômage, tension immobilière, pouvoir d’achat et âge de la population), la ville de Rennes (élue première des villes francophones où il fait bon vivre, par le magazine l’Express) et son agglomération, semblent être les lieux les plus pertinents pour investir. Avec un prix moyen de 2 726 euros le m² (contre 9 300 à Paris, à seulement 1h30 en train), une population jeune et dynamique (31 ans d’âge moyen) et des achats réalisés en moins de deux mois, la capitale bretonne peut être un bon choix pour vous. D’autant plus que les prix devraient grimper de 6 % rapidement, laissant présager une revente profitable et venant étayer la thèse selon laquelle les crêpes sont toujours meilleures consommées en Bretagne.

  • Sa rivale historique, Nantes, peut aussi être un bon investissement. Malgré un prix au m² tout juste supérieur à Rennes (2 900 euros), Nantes compense avec une situation géographique enviable, un patrimoine culturel attractif et une forte demande. La présence de nombreux acheteurs devrait faciliter une revente rapide au besoin (souvent dans le mois).

Cap au Sud

  • Plus au Sud, mais toujours un peu à l’Ouest, vous retrouvez le secteur de la capitale de l’Occitanie, Toulouse. La ville rose et la Haute-Garonne de façon générale, possèdent plusieurs atouts justifiants un investissement immobilier (prix moyens de 2 798 euros du m²). Son fort dynamisme économique lui permet d’avoir un solde migratoire positif, cela représente autant de nouveaux acheteurs et locataires. Cela vous permet d’envisager une bonne rentabilité pour ceux qui penseraient acheter pour louer, les 100 000 étudiants de son agglomération étant souvent en recherche d’un logement. Aussi, il serait bon d’acheter avant que la ville n’atteigne le seuil symbolique de 500 000 habitants (prévu pour 2020), dépassant alors Lyon comme troisième commune de France.

  • A mi-chemin entre Nantes et Toulouse, vous arrivez en Aquitaine et à Bordeaux. La capitale girondine, longtemps appréciée des investisseurs (et des amateurs de raisin) semble quelque peu marquer le pas en ce moment. Les tarifs, bien qu’en très légère baisse en 2018, restent très élevés pour une ville de province (4 348 euros du m², voire près de 10 000 euros dans certains quartiers). Seule Paris demeure plus chère que Bordeaux à présent. Si la cité conserve bien des atouts, le dernier en date est aussi celui qui la pénalise le plus. L’ouverture de la ligne à grande vitesse l’an dernier, place Paris à seulement deux heures de train, a fait gonfler les prix et attire des investisseurs plus fortunés que les habitants de Bordeaux. Néanmoins, son fort dynamisme urbain, estudiantin et démographique en font toujours un bon investissement, à condition, donc, que vous y mettiez le prix.

L’incontournable Ile-de-France

  • Acheter à Paris n’est pas forcément à la portée de tous les budgets. Mais si le vôtre vous le permet cela reste plus que pertinent. Certes, le prix moyen au m² approche des 10 000 euros, mais les retombées seront au rendez-vous. L’achat dans l’immobilier locatif est un bon moyen de rentabiliser un achat, même de petite superficie. En effet, entre les personnes cherchant à se loger pour un premier emploi, les étudiants, les familles, les touristes et les plus fortunés, la demande est forte. Acheter à Paris n’est pas à la portée de tous. En moyenne, un acheteur n’a un pouvoir d’achat immobilier que de 20m² (contre 48m² à Toulouse).

  • Aussi, les villes plus ou moins limitrophes de la capitale, profitant de l’attrait économique et culturel de Paris sont des choix à ne pas négliger. Saint-Ouen sera par exemple bientôt aussi desservi par la ligne 14 du métro. Au début des années 2020, la ville d’Aubervilliers sera sur la future ligne 15 du métro, ainsi que sur une prolongation de la ligne 12. Dans ces deux cas, le prix au m² se situe sous la barre des 4 500 euros, ce qui reste bon marché par rapport à Paris.

Deux facteurs viennent en plus s’ajouter à la pertinence d’un investissement en Ile-de-France : l’extension du réseau de transports en commun du Grand Paris, permettant de rallier le centre de la ville plus rapidement, mais aussi, de joindre tout aussi aisément, les communes de la région. Et aussi, l’organisation en 2024 d’une certaine compétition sportive d’inspiration grecque va maximiser la rentabilité de logements situés en proche banlieue, non loin des nouvelles lignes de métro et des sites des compétitions.

On vous conseille aussi...

 
 
 
 
 
 

Rachat de crédit immobilier : quand est-il intéressant ?

L’immobilier stimule le patrimoine des Français

Valoriser son bien immobilier : les secrets du Home staging

Découvrez l'offre de crédit immobilier Fortuneo*


  • Des taux fixes compétitifs de 7 à 25 ans pour un montant emprunté entre 100 000 € et 1 000 000 €
  • Aucuns frais de dossier.
  • Pas d'indemnité de remboursement anticipé **.
N°1 du classement indépendant des meilleures banques
Classement fondé sur les frais bancaires réellement payés et la satisfaction clients (Bankin’, n°1 ex aequo, septembre 2019).