Tout n'est pas noir sur le front de l'économie ! Voici 3 indicateurs réconfortants qui vous feront positiver pour la rentrée.

Beaucoup d'entre vous profitent de la période estivale pour se reposer et tenter de laisser de côté l'actualité sombre de ces derniers mois. Mais pas de panique ! Nous avons sélectionné 3 bonnes nouvelles économiques qui devraient vous aider à repartir du bon pied à la rentrée et entrevoir des perspectives plus réjouissantes. C'est parti !

1- L'embellie sur l'immobilier se poursuit

Si la victoire du Brexit lors du référendum britannique a fait courir un vent de panique sur les marchés financiers et européens et ouverts une période d'incertitudes politiques et économiques, elle a paradoxalement aussi eu quelques effets positifs. L'un d'entre eux a d'ailleurs suivi presque immédiatement l'annonce du résultat: la baisse des taux immobiliers.

La majorité des banques les a en effet réduits de 0,10 % depuis fin juin (1), et ce quel que soit le profil de l'emprunteur. Actuellement, les taux moyens s'établissent à 1,48 % sur 15 ans, 1,70 % sur 20 ans et 2,03 % sur 25 ans.

Cette nouvelle baisse intervient dans un contexte de taux historiquement bas qui permet au marché immobilier de retrouver ses niveaux d'avant crise, et s'est traduite par une progression du nombre de transactions de 19 % sur un an (2). Conséquence : les prix commencent aussi à se ressaisir enfin et devraient afficher une hausse de 0,3 % cette année. Le bon moment pour acheter ?

2- La courbe du chômage s'inverse

La croissance repart dans l'Hexagone et devrait atteindre 1,5 % en 2016 (3) ! Mécaniquement, elle se traduit par de bonnes nouvelles sur le front de l'emploi avec un taux de chômage qui s'est enfin stabilisé dans notre pays et devrait même continuer de reculer en 2017. Conséquence : en métropole, ce taux est repassé sous la barre des 10 % (3).

Et cette embellie devrait notamment fortement se ressentir sur l'emploi des cadres. 200 000 recrutements sont à prévoir en 2016 (4) , principalement dans les domaines de l'informatique, ainsi que des fonctions commerciales et R&D. La fonction publique, l'industrie, le commerce, la santé et les services à la personne sont les autres secteurs qui embauchent en 2016 (5) .

3- Hausse du pouvoir d'achat des étudiants

Bonne nouvelle pour les parents et les étudiants ! Les montants des inscriptions universitaires n'augmenteront pas à la rentrée pour la deuxième année consécutive. Ils s'établiront à 184 € pour la licence, 256 € pour le master, 391 € pour le doctorat et 610 € pour les diplômes d'ingénieur des écoles publiques.

Mais les bonnes nouvelles ne s'arrêtent pas là puisqu’une série d'autres frais seront également stables. C'est notamment le cas du prix des restaurants universitaires qui sera maintenu à 3,25 €, et celui de l'assurance maladie à 215 €. Enfin, 25 000 nouvelles bourses d'un peu plus de 1 000 € par an seront destinées à des étudiants aux faibles ressources.

Alors, cette rentrée ne commence-t-elle pas sous de bons auspices ?

Source : YouLoveWords.com
Crédit visuel : PeopleImages / iStock