En cette rentrée 2017, les taux d'intérêt toujours faibles et la hausse des prix de l'immobilier incitent les Français à investir massivement dans la pierre. Si la très attendue suppression de la taxe d'habitation a été confirmée par le Gouvernement, le doute a été levé quant au maintien de certains dispositifs incitatifs favorables aux acquéreurs, tels que le Dispositif Pinel ou le prêt à taux zéro.

Le marché immobilier continue son ascension vertigineuse comme en témoignent les 3,5 % d'augmentation des prix sur un an (1), rapprochant ces derniers de leur plus haut niveau historique. La raison est simple : la plupart des indicateurs sont au vert. Suppression de la taxe d’habitation, reconduction du prêt à taux zéro, le Gouvernement a annoncé une série de mesure positives lors de la présentation de son budget 2018.

Une conjoncture favorable à court terme

Avec des taux d'intérêt qui peuvent s'établir à 1,75 (2) % sur 20 ans, le coût des crédits immobiliers reste à un niveau historiquement bas. Cependant, on observe une légère augmentation de ces derniers depuis quelques mois, une tendance qui pourrait se poursuivre. Ce frémissement haussier devrait inciter les acheteurs potentiels à avancer leur projet d'acquisition pour profiter des conditions actuelles très favorables.

Côté tarifs, le mètre carré continue de grimper dans la plupart des grandes agglomérations françaises. À Paris, il pourrait même atteindre 9 000 € en moyenne cet automne (3)! Là encore, il peut s'avérer opportun de profiter des prix actuels avant que ceux-ci ne poursuivent leur ascension.

Sur le reste du territoire, la valeur du mètre carré dans les villes moyennes et en zones rurales devrait rester relativement stable au cours des prochains mois.

Des marges de négociation en baisse

Les professionnels de l'immobilier observent une baisse assez marquée des marges de négociation des prix à l'achat sur l'ensemble du territoire depuis plusieurs mois. A titre indicatif, cette marge de négociation se situe aujourd'hui aux alentours de 3,8 % entre la valeur annoncée et la valeur d'achat dans l'immobilier ancien (4). En comparaison, elle est actuellement de 4,5 % pour les maisons individuelles.

Ces chiffres varient cependant fortement d'une région à l'autre. Ainsi, pour une maison individuelle, la marge de négociation se situe aujourd'hui entre 0 % en Franche-Comté, et 7,5 % en Poitou-Charentes. L'Auvergne (3 %), Midi-Pyrénées (3,3 %), la Champagne-Ardennes (3,5 %), la Picardie (3,7 %), les Pays-de-la-Loire et la Lorraine (3,8 %), et l'Ile de France (3,9 %) se situent plutôt dans la moyenne basse.

Du côté des appartements, les plus faibles marges de négociation se trouvent en Champagne-Ardennes (0 %), Centre (1,8 %), Midi-Pyrénées (2,4 %), Franche-Comté et Aquitaine (2,6 %), Rhône-Alpes (2,7 %), Ile de France et Languedoc-Roussillon (2,8 %), Basse-Normandie et Alsace (2,9 %). A l'inverse, il est possible de réaliser de jolis coups immobiliers en Provence-Alpes-Côte d'Azur (5,1 %), Auvergne (5,3 %), Lorraine (6,2 %) et Bretagne (6,5 %).

Le point sur les APL, la taxe d’habitation, le prêt à taux zéro et le dispositif Pinel

La baisse de 5 € des APL entrera en vigueur le 1er octobre prochain pour les 6,5 millions de ménages qui en bénéficient (5). Cette mesure doit permettre à l'Etat de réaliser une économie budgétaire de 32,5 millions d’€.

Bonne nouvelle ! La première étape vers la suppression de la taxe d'habitation pour 80 % des foyers d'ici 2020, s'amorcera en 2018 ! Ainsi, dès l'année prochaine, le montant de cette taxe diminuera d'un tiers pour les 30 millions de foyers fiscaux locataires ou propriétaires qui la paient chaque année (6).

Autre bonne nouvelle contenue dans le projet de budget 2018 : la reconduction du prêt à taux zéro (PTZ) et du dispositif Pinel pour une durée de 4 ans (soit jusqu'en 2021). Pour rappel, le dispositif Pinel offre des conditions avantageuses aux Français qui souhaitent investir dans l'immobilier locatif neuf. Un changement sera toutefois apporté dès l'année prochaine, puisque seuls les logements neufs situés dans des zones tendues seront éligibles : zones A, Abis et B1 (Paris, l'Île-de-France, Côte-d'Azur, villes de plus de 250.000 habitants, zones touristiques...).

De son côté, le prêt à taux zéro (PTZ) qui offre la possibilité à un particulier de financer sans intérêt jusqu'à 40 % de la valeur d'un bien immobilier, sera prolongé pour les logements neufs dans les zones tendues citées précédemment, et pour les logements anciens (avec obligation de rénovation énergétique), dans les zones non tendues.

Une autre mesure phare annoncée fin septembre qui ne concernera que les contribuables les plus aisés : l'ISF sera remplacé à partir de 2018 par un nouvel impôt sur la fortune immobilière (IFI). Son seuil sera similaire à celui de l'ISF (à partir de 1,3 million d'€) mais sera centré sur la rente immobilière.

Source : YouLoveWords.com

Crédit visuel : lechatnoir /iStock