Les événements tragiques survenus à Paris le vendredi 13 novembre ont ébranlé la France. Si les réactions politiques ont été immédiates, les conséquences économiques pourraient en revanche se faire ressentir à plus moyen terme. Certains secteurs comme le tourisme ou le commerce perçoivent déjà des impacts négatifs sur leur activité.

Alors que le Ministre des Finances Michel Sapin saluait la semaine dernière les signaux encourageants d'une reprise économique et une hausse de la croissance de 1,1% pour 2015, ces événements peuvent-ils tout remettre en cause ?

Les Français ont temporairement modifié leurs habitudes de consommation

Dès le lendemain des attentats, la plupart des commerces, restaurants et bars parisiens avaient préféré baisser leur rideau. Si la plupart ont rouvert leurs portes lundi, certains confessaient leur crainte de constater une baisse de fréquentation dans les semaines à venir.

Les professionnels ont également noté certaines évolutions immédiates du mode de consommation, notamment à Paris. Les commerces de proximité ont ainsi été pris d'assaut et ont enregistré une hausse de 17 % de leur chiffre d'affaires samedi dernier par rapport à un jour similaire alors que les grandes surfaces et les centres commerciaux ont connu une brusque chute de fréquentation.

Si le début de la semaine montrait un relatif retour à la normale, les commerçants demeurent inquiets à quelques semaines des fêtes de Noël. D'autres secteurs, à l'instar du commerce en ligne, pourraient bénéficier d'un report de clientèle.

Le secteur touristique durement touché

Avec 83,7 millions de touristes étrangers venus visiter notre pays en 2014, ce secteur représente à lui seul 8 % du PIB français. Or l’effet dissuasif de ces attaques pourrait être durable auprès des visiteurs internationaux.

Dans les jours qui ont suivi les attentats, la baisse du chiffre d'affaire des hôtels avoisinait les 28 % par rapport à la semaine précédente. Du côté de Roissy, les chiffres communiqués par les compagnies faisaient état d'une hausse de 20 à 40 % des annulations ou changement de vols pour anticipation de retours.

L'annulation des manifestations autour de la COP21 et d'une série d'événements (Salon de l'étudiant à Paris, Marché de Noël de Strasbourg) auront également des conséquences lourdes sur le secteur.

La crainte d'une fuite des investisseurs

Alors que les bourses du monde entier étaient dans le vert ce mercredi 18 novembre, le CAC40 affichait un léger repli. Cette tendance contraire illustre les craintes de certains spécialistes de voir les investisseurs temporairement fuir la France ou différer leurs investissements.

Certains titres de compagnies plus exposées aux possibles conséquences de ces événements tels qu'Air France-KLM, Accor ou Aéroports de Paris ont d'ailleurs plongé en début de semaine.

Des premières mesures annoncées

Outre les discours des autorités visant à rassurer les acteurs économiques, certaines mesures ont été rapidement prises.

Bpifrance, auprès de laquelle 30 à 40 % des professionnels du tourisme ont emprunté de l'argent, a décidé de repousser toutes les échéances de remboursement. Dans le secteur de la culture, ce sont près de 4 millions d’euros qui ont été débloqués pour compenser le manque à gagner des salles de spectacle désertées.

De leur côté, les entreprises prennent également les devants et renforcent les mesures de sécurité pour rassurer et protéger leur clientèle, à l'image des enseignes de grande distribution telles que Carrefour ou Auchan.

__

La force de l'impact de ces événements sur l'économie dépendra avant tout du comportement et de la réaction collective des Français.

Si les mêmes craintes s'étaient faites entendre dans les jours qui ont suivi les attentats de janvier, le premier trimestre 2015 avait finalement été plutôt bon avec une croissance de 0,7 %, soutenue par une forte consommation des ménages. Il n’est donc pas interdit de penser que, malgré les évènements traumatisant traversés par le pays, le sursaut de l’économie nationale ne poursuive son cours lors du quatrième trimestre, marquée par la période de Noël.

Source : YouLoveWords.com