Près de 4,5 % des Français changent de banque chaque année, soit moitié moins que dans le reste de l'Europe (1). C'est précisément pour favoriser la mobilité interbancaire que la loi Macron entre en vigueur.

Démarches fastidieuses, méconnaissance des droits du consommateur, résistance de certaines banques, etc. Seuls 3,5 millions de comptes bancaires (1) sont clôturés en France chaque année. De plus, la durée de détention moyenne d'un compte est relativement élevée dans notre pays : 9 ans.

Depuis 2014, la loi Hamon permet de simplifier les procédures de résiliation des contrats d'assurances. La loi Macron applique, elle, cette démarche aux comptes bancaires. Et bonne nouvelle : elle entre en vigueur aujourd’hui, le 6 février 2017.

Mobilité bancaire : une simplification des démarches

Depuis l'entrée en vigueur de la loi Hamon en 2014, les banques ont déjà l'obligation de proposer à leurs clients "un service gratuit d'aide à la mobilité bancaire". Mais la loi Macron va plus loin et propose une réelle simplification des démarches nécessaires pour changer de banque.

Selon la nouvelle procédure, le client peut donner un mandat à la nouvelle banque qu'il a sélectionnée afin qu'elle se charge à sa place des procédures de résiliation et de changement de domiciliation. Pour cela, il lui suffit de transmettre son RIB de sa banque actuelle à son nouvel établissement, ainsi qu'un mandat de mobilité signé. La nouvelle banque va alors demander à la banque actuelle :

  • De lui fournir les informations bancaires du client (crédits en cours, historique des prélèvements, des virements, etc.).
  • De procéder à un changement de domiciliation sous un délai de 10 jours.

Le client sera alors prévenu de la mise en place effective de ce changement sous 10 jours.

Quels sont les avantages pour le consommateur ?

L'un des premiers objectifs de cette loi est d'améliorer le pouvoir d'achat des ménages. En effet, les Français paient aujourd'hui en moyenne 16 € de frais bancaires par mois (2). En favorisant la mise en concurrence des différents établissements, les clients peuvent plus facilement opter pour ceux proposant des tarifs plus avantageux.

De même, pour favoriser la rétention ou l'attraction de ces nouveaux "nomades bancaires", les banques vont être incitées à baisser leurs frais ou mettre en place des offres commerciales plus intéressantes.

Enfin, les promoteurs de cette loi espèrent qu'elle incitera également les banques à améliorer la qualité et la diversité de leurs services.

Comment profiter des avantages de la loi Macron ?

Afin de tirer profit de cette loi et de trouver les établissements proposant les meilleurs services et tarifs bancaires, il est possible de les mettre en concurrence sur des comparateurs en ligne tels que meilleure-banque.com ou cbanque.com.

Une autre option consiste à se tourner vers les banques en lignes qui, grâce à l'absence de réseau d'agences, répercutent leurs économies de fonctionnement sur les tarifs proposés. Elles permettraient d'ailleurs d'économiser entre 180 et 360 € par an par rapport à une banque classique (3). Selon les analystes, elles pourraient d'ailleurs être les premières bénéficiaires de la loi Macron.

--

Bonne nouvelle ! Les banques ne sont pas les seules concernées par cette simplification qui s'appliquera aussi à tous les établissements émetteurs de prélèvements et de virements récurrents.

Source : YouLoveWords

Crédit Visuel : DragonImages/ iStock