Finis les bulletins de salaire à rallonge et peu intelligibles ? C’est le pari que fait le Gouvernement. D’une innovation irlandaise visant à faciliter le quotidien du consommateur français à la timide reprise des dépenses dans notre pays, voici un résumé de ce que vous avez manqué cette semaine.

Le bulletin de salaire bientôt simplifié

Les bulletins de paie à rallonge et souvent difficiles à comprendre ne seront peut-être bientôt qu’un lointain souvenir. Parmi les principales recommandations de la mission Sciberras, mandatée par le Gouvernement, on trouve la réduction du nombre de lignes du bulletin de salaire. Elles passeraient d’une quarantaine à une quinzaine, comme c’est déjà le cas en l’Allemagne ou aux États-Unis.

Comment ? En les regroupant en rubriques thématiques telles que "assurance santé" ou "assurance retraite", ce qui devrait vous permettre d’y voir plus clair. Ce nouveau format mettra également en avant des aspects importants pour le salarié tels que la rémunération nette, le net imposable ou les congés payés.

Le Gouvernement a invité les entreprises qui le souhaitent à tester cette nouvelle version dès 2016 avant une généralisation d’ici fin 2017. Il devra cependant modifier la réglementation et a déjà annoncé une phase de concertation avec les partenaires sociaux à la rentrée.

Innovation : quand le prélèvement débarque dans les magasins

À l’instar de la grande majorité des Français, vous réglez sans doute vos achats en carte bancaire. L’entreprise irlandaise Sentenial envisage de vous faciliter la vie en vous offrant la possibilité de régler vos achats via un simple prélèvement. Un système déjà mis en place outre-Rhin par exemple.

L’idée est de proposer aux consommateurs un petit objet connecté muni d’une reconnaissance digitale. Relié à votre compte bancaire et doté de la technologie sans contact NFC, il vous suffirait alors de le passer sur un lecteur pour être débité. Ce nouveau procédé impliquerait toutefois que le consommateur enregistre préalablement ses données bancaires sur le site du commerçant.

Si quelques interrogations subsistent au sujet du coût de l’appareil, un premier test devrait être mené en 2016 avec une grande enseigne, dont le nom est pour l’instant gardé secret.

Une reprise de la consommation encore hésitante

Selon les derniers chiffres de l’Insee, la consommation a augmenté, en volume, de + 0,6 % en 2014. Cette hausse fait suite à celle de + 0,4 % en 2013. Le niveau de dépenses reste toutefois loin des niveaux d’avant-crise. Cette timide reprise intervient alors que le pouvoir d’achat des Français s’est assez nettement redressé en 2014 (+ 1,1 % de revenu brut disponible) et que l’inflation était quasi nulle.

Autre preuve de la fragilité de cette reprise de la consommation, son caractère inégal selon les secteurs. Ainsi, les dépenses en hôtellerie, restauration, téléphonie, assurance, mais aussi les dépenses "pré-engagées" (logement, chauffage, électricité, etc.) ont légèrement marqué le pas l’année dernière. À l’inverse, la consommation automobile semble avoir enrayé sa chute. Les dépenses de culture et loisirs (la fréquentation des cinémas a bondi de 8,2 %) ainsi que d’habillement sont, elles, assez nettement reparties à la hausse.

Source : YouLoveWords.com