Le rendement du Livret A se situe au niveau historiquement bas de 0,75 %. Mauvaise nouvelle : la possible révision de son mode de calcul pourrait plomber encore un peu plus sa rentabilité.

Conséquence de son faible rendement, le Livret A a connu deux décollectes successives de près d'un milliard d'euros en septembre et octobre (1). Malgré cette tendance baissière, il demeure pourtant, en terme de sommes collectées, le second produit d’épargne favori des Français après l'assurance-vie (2).

Le 9 novembre, le gouvernement a affiché sa volonté d'en revoir le mode de calcul, en coopération avec la Banque de France, qui réfléchit sur le sujet depuis l’été. Mais cette révision pourrait bien ne pas constituer une bonne nouvelle pour les épargnants…

Sur quoi repose le mode de calcul actuel ?

Le taux de rendement du Livret A est actuellement revu deux fois par an. Selon l’une des principales règles de calcul, ce taux doit être au moins supérieur de 0,25 % à la moyenne de l’inflation sur les 12 derniers mois.

Néanmoins, afin de ne pas pénaliser les épargnants, il arrive que la Banque de France et le gouvernement aillent plus loin que cette règle. À titre d'exemple, alors que l'inflation est actuellement quasi-nulle en France, le rendement du Livret A est de 0,75 % quand il devrait se situer en réalité aux alentours de 0,25 % en vertu du principe précédemment cité.

Quels sont les principaux changements envisagés ?

D'après le projet du gouvernement et de la Banque de France, le rendement du Livret A continuera d'être supérieur à l'inflation. Néanmoins, la règle des 0,25 % supérieurs au taux d'inflation pourra être temporairement suspendue si l'écart entre ce dernier et le taux monétaire de base est trop important ; en d'autres termes, s'il est supérieur à 25 points de base. De même, l'inflation prise en compte pour le calcul se limitera aux 6 derniers mois contre 12 actuellement.

Pourquoi modifier ce mode de calcul ?

Une partie de l'épargne collectée par les Livrets A rejoint la Caisse des dépôts et consignations (CDC). Elle est alors utilisée par l'État pour financer la construction de logements sociaux ou encore soutenir les PME. Aujourd’hui, le maintien d’un écart minimum de 0,25 % entre le rendement du Livret A et l’inflation représente un manque à gagner assez significatif pour l’État, qui s'est en outre engagé à financer de vastes plans de constructions de logements sociaux.

Ce nouveau mode de calcul vise donc à trouver un nouvel équilibre qui permette à la fois de limiter ce manque à gagner de l'État tout en garantissant aux épargnants un niveau de rémunération qui resterait, quoiqu'il arrive, supérieur au taux d'inflation.

--

Conscient de l'impact négatif qu'une telle annonce pourrait générer auprès de l'opinion publique, le gouvernement a toutefois confirmé qu'aucune modification ne serait effective à court terme. Bercy a d'ailleurs confirmé que le rendement du Livret A serait maintenu à 0,75 % en février 2017.

Source : YouLoveWords.com

Crédits visuels : malerapaso / iStock