Crise en Catalogne : quelles conséquences pour l'économie et les épargnants français ?

Un risque de contagion limité

La situation politique en Catalogne a déjà poussé près de 1200 entreprises catalanes à transférer leur siège social vers une autre région d'Espagne. En France, des voix s'élèvent également pour alerter des risques que les tensions ibériques feraient peser sur notre économie. Fortuneo fait le point.

L’impact sur la croissance française

Recul des investissements étrangers, chute de la consommation... Si la crise devait durer, une possible récession économique de notre voisin ibérique pourrait en effet pénaliser la croissance hexagonale. Pour rappel, la France exporte chaque année pour 34,2 milliards d'€ de productions diverses vers l'Espagne.

De plus, en cas d'indépendance, les droits de douane appliqués aux exportations et importations françaises vers et depuis la Catalogne pourraient pénaliser encore davantage notre commerce extérieur. La France vend en effet chaque année 7,3 milliards d’€ d'exportations vers cette seule région, et importe l'équivalent de 10,5 milliards d'€ . Au-delà d'un manque à gagner certain pour nos entreprises, des effets sur l'emploi ne tarderaient pas à se faire sentir.

Les épargnants français sont-ils menacés ?

Une récession économique de l'Espagne pourrait avoir des conséquences sur sa solvabilité et mettre en péril le remboursement de sa dette qui atteint près de 100 % de son PIB. Mais aucune raison cependant de craindre pour vos économies ! Un risque de contagion et d'implosion du système financier et bancaire européen semble en effet exclu. La BCE suit de près cette crise et assure qu'elle veille au maintien de la stabilité de l'économie et du système monétaire. En France, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire, a tenu à rappeler la solidité de notre système bancaire et balayé d'un revers de main tout risque pour les épargnants français.

Enfin en Espagne, La Caixa et Banc Sabadell, deux poids lourds bancaires, ont choisi de déménager leurs sièges sociaux de Barcelone à Valence et Alicante pour rassurer leurs investisseurs et clients. Même en cas d'indépendance, ces banques resteraient donc dans le giron des règles communautaires et de la Zone Euro, limitant là aussi les risques pour les épargnants ibériques.

À ce jour, la plupart des analystes continuent de tabler sur une solution négociée entre la Catalogne et le gouvernement de Madrid pour une autonomie accrue de la région plutôt qu'une partition du pays. Affaire à suivre.

Ce qu’il faut retenir

  • Un impact potentiellement négatif mais marginal sur le commerce extérieur français
  • Des risques financiers limités pour les épargnants
  • À moyen terme, une négociation incontournable entre les deux parties pour sortir de cette crise limitera les effets pervers anticipés

Source: YouLoveWords.com

Crédit visuel : seregalsu /iStock

On vous conseille aussi...

 
 
 
 
 
 

Ce que change la hausse de l'euro pour vos placements

Les banques britanniques vont-elles tout perdre à cause du Brexit ?

Hard Brexit, Soft Brexit : ce que cela veut vraiment dire !

N°1 du classement indépendant des meilleures banques
Classement fondé sur les frais bancaires réellement payés et la satisfaction clients de 300 000 utilisateurs de l'app Bankin'. (Bankin', juin 2017)